Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Eh oui, FLP recherche mots et extraits tous azimuths. ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.      &nb... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 71229
Search time counter: 0.0889s

lecture

Pour rêver, il ne faut pas fermer les yeux. Il faut lire.

Auteur: Foucault Michel

Info: La bibliothèque fantastique

[ imaginaire ] [ onirique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

nord-sud

Dans une province reculée de l'Inde, on expliquait tout par les rêves et, ce qui est plus important, on s'en inspirait pour guérir les maladies. C'est d'après eux aussi qu'on réglait les affaires, quotidiennes ou capitales. Jusqu'à l'arrivée des anglais. Depuis qu'ils sont là, disait un indigène, nous ne rêvons plus.
Dans ce qu'il est convenu d'appeler civilisation, réside indéniablement un principe diabolique dont l'homme a pris conscience trop tard, quand il n'était plus possible d'y remédier.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: De l'inconvénient d'être né, Folio essais, p.115

[ rationalisme ] [ efficacité ] [ colonialisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Is added to chains

époux

Dans un couple il est préférable de ne pas attendre grand-chose l'un de l'autre. Vivre et laisser vivre, voilà le secret.

Auteur: Shion Miura

Info: La grande traversée

[ durables ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

mort

A un moment donné, nous avons tous la même destination, ai-je pensé. A un moment donné, tout, la moindre chose, chacun de nous, se mue en souvenir.

Auteur: Woodson Jacqueline

Info: Un autre Brooklyn

[ transmutation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

pensée-de-femme

Nous sommes encore indécises, nous les femmes, nous ne savons qui choisir. Je vais tout vous dire : il faut absolument que ce soit le bon, les autres sont exclus. Ce n’est tout de même pas si difficile ; au loto, il en faut carrément six d’un coup. Et aucun chiffre n’a le droit de traîner derrière lors du Jugement dernier hebdomadaire qu’est le tirage du samedi après-midi. Les hommes offrent un choix infiniment grand, il devrait bien y en avoir un pour vous, non ? Allez, prenez-le donc, peu importe avec quelle espèce d’homme et de quelle manière on assure son malheur, en tout cas, votre espèce n’est pas en voie de disparition, croyez-moi.

Auteur: Jelinek Elfriede

Info: Avidité

[ femmes-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

programme poétique

Arrière la muse académique ! Je n’ai que faire de cette vieille bégueule. J’invoque la muse familière, la citadine, la vivante, pour qu’elle m’aide à chanter les bons chiens, les pauvres chiens, les chiens crottés, ceux-là que chacun écarte, comme pestiférés et pouilleux, excepté le pauvre dont ils sont les associés, et le poëte qui les regarde d’un œil fraternel.

Auteur: Baudelaire Charles

Info: "Les bons chiens" dans Petits poëmes en prose

[ laissé-pour-compte ] [ rupture ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Arcé

parabole

Sous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés.

Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère, aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain.

Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi.

Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher.

Chose curieuse à noter : aucun de ces voyageurs n'avait l'air irrité contre la bête féroce suspendue à son cou et collée à son dos; on eût dit qu'il la considérait comme faisant partie de lui-même. Tous ces visages fatigués et sérieux ne témoignaient d'aucun désespoir; sous la coupole spleenétique du ciel, les pieds plongés dans la poussière d'un sol aussi désolé que ce ciel, ils cheminaient avec la physionomie résignée de ceux qui sont condamnés à espérer toujours.

Et le cortège passa à côté de moi et s'enfonça dans l'atmosphère de l'horizon, à l'endroit où la surface arrondie de la planète se dérobe à la curiosité du regard humain.

Et pendant quelques instants je m'obstinai à vouloir comprendre ce mystère; mais bientôt l'irrésistible Indifférence s'abattit sur moi, et j'en fus plus lourdement accablé qu'ils ne l'étaient eux-mêmes par leurs écrasantes Chimères.

Auteur: Baudelaire Charles

Info: "Chacun sa chimère" du recueil Petits poëmes en prose

[ inconscient ] [ servitude ] [ fatalité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Arcé

ville

Si vous pouvez sentir l'odeur de la rue en regardant la photo, c'est une photo de rue.

Auteur: Gilden Bruce

Info: FaceBook post du 18 octobre 2012

[ image ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

miroir

C'est moi que je prends en photo sur le terrain. Pas moi physiquement, mais mentalement. C'est ma propre vision du monde.

Auteur: Gilden Bruce

Info:

[ cliché ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

art pictural

La photographie est le support de formidables contradictions. Elle est à la fois ridiculement facile et presque incroyablement difficile. Facile parce que ses rudiments techniques peuvent être facilement maîtrisés par n'importe qui avec quelques instructions simples. Difficile parce qu'alors qu'un artiste travaillant sur n'importe quel autre support commence avec une surface vierge et donne progressivement naissance à sa création, le photographe est le seul faiseur d'image qui commence avec une image terminée. Ses émotions, ses connaissances, capacités et son talent natif sont mis en valeur et se fixent au-delà du moment où l'obturateur de son appareil photo a été actionné.

Auteur: Steichen Edward

Info:

[ comparaison ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel