Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Résultat(s): 77158
Temps de recherche: 0.055s

vacherie

Petit gris, fripé, triste et raté...

Auteur: Charasse Michel

Info: à propos de Michel Rocard

[ politique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

occident

Si l'on compare les États-Unis à l'Europe, je pense que ce qui s'est passé en Europe, c'est que l'Église a suscité une profonde méfiance de la part des gens, car elle s'est rangée du côté des monarques. Elle a institué l'Inquisition et est devenue partie intégrante de l'appareil d'État répressif. Cela ne s'est jamais produit ici. Nous n'avons pas cette histoire.

Auteur: Rawls John

Info: "Collected Papers", p.621, Harvard University Press, Avec Samuel Richard Freeman (1999).

[ religions ] [ pouvoir ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

bienveillance

Le sens de la justice est contigu avec l'amour de l'humanité.

Auteur: Rawls John

Info:

[ équité ] [ égalité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

égoïsme

Un homme de basse qualité n'est pas gêné d'avoir un pouvoir arbitraire. Ce qui anime un tel homme est en somme l'amour de l'injustice.

Auteur: Rawls John

Info: “A Theory of Justice”, p.439, Harvard University Press

[ autosatisfaction ] [ pouvoir ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

partialité

Une injustice n'est tolérable que lorsqu'elle est nécessaire afin d'éviter une injustice plus grande encore.

Auteur: Rawls John

Info: "A Theory of Justice", p.4, Harvard University Press 2009

[ justification ] [ sacrifice ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

inégalités

La répartition naturelle n'est ni juste ni injuste ; il n'est pas non plus injuste que de constater que des personnes naissent dans la société dans une position particulière. Il s'agit simplement de faits de vie. Ce qui est juste et injuste, c'est la façon dont les institutions traitent cette réalité.

Auteur: Rawls John

Info: "A Theory of Justice" 1971

[ justice sociale ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

portrait

Vieillard sans majesté, fébrile et féminin, jouant à la poupée, tournant des madrigaux en l’honneur de la maladie, en se vautrant avec délices dans le linge sale de l’humanité.

Auteur: Baudelaire Charles

Info: A propos de Jules Michelet

[ vacherie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

hommes-femmes

En fin de compte, c’est comme hommage à George Sand, bien plus qu’à sa pâle Athénaïs, qu’il faudrait relire ce que Michelet a tartiné sur la Femme. Agenouillement du Maître-Autel devant la Guérisseuse ! Lutte frénétique contre les chatouilles sensuelles du clergé. Quinze ans de vaudeville pathétique sous le toit conjugal. Les jours où elle ne veut pas. Ceux où elle veut un peu. Ceux où elle se met en colère. Ceux où elle a l’air disposée. Ceux où elle est malade. Les hémorroïdes, les constipations, les règles. Le jour où elle lui laisse baiser ses pieds mais rien d’autre. Celui où elle brise net son assaut en lui disant cette nouveauté : "Je suis une personne, non une chose". Celui où elle consent enfin à essayer de se "desserrer" comme il écrit. Après avoir pris un long bain pour se dilater. Le soir où il tente l’autre solution, celle du vis-à-dos. Le forçage impossible de l’ "étroite vallée qui se fend entre deux montagnes". Ceux où il peut examiner avec ravissement les métamorphoses périodiques du "cher petit organe". Ceux où il se sent en elle "comme Brahma dans le lotus". Ceux où il palpe, voit, tripote, saisit, renifle. Ceux où elle refuse de le laisser palper, tripoter, regarder, renifler. L’obsession sexuelle devenant religion. La Nature autour d’eux se transformant poétiquement en une immense muqueuse palpitante. Le "petit épanchement de la nature". Le "petit bonheur" du pipi et du caca. Les excréments "cordes blondes". La "pagode sainte" du rond des chiottes. Le "cabinet-musée". L’obscénité résidant dans la sanctification de l’obscène. Le rêve de fusion payé très cher. Le mystère qui s’accroît quand les fesses reculent.

Auteur: Muray Philippe

Info: Dans "Le 19e siècle à travers les âges", page 618

[ sublimation ] [ scatophilie ] [ sexualité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

relations amoureuses

Sandeau, Musset, Chopin… A travers les aventures rocambolesques de sa vie et les couples transitoires qu’elle [George Sand] forme avec ses compagnons successifs dans les décors variés de l’Europe, c’est toujours la même odeur qui persiste, de clinique et de désinfectant. Un hôpital de campagne qu’elle traîne après elle de Venise à Paris et de Paris à Nohant puis encore de Nohant à Majorque… Un bloc opératoire mobile, maternel, bienveillant. Pour ses amants ectoplasmes, ses amis translucides et fluidiques, ses appendices mâles si peu phalliques de plus en plus efflorescents. Sandeau est extrêmement paresseux et à peu près dépourvu de talent, elle l’oblige à se mettre à son bureau, le nourrit quand il oublie de le faire, se fatigue vite de le tenir à bout de bras sur ce bord de son propre néant où il titube. Musset abuse de l’alcool, se montre souvent grossier et violent, s’effondre de temps en temps en proie à des espèces de crises nerveuses qu’elle regarde assez lucidement comme des affaires de possession. Inondé de sueur il se tord et hurle et croit voir des fantômes tomber sur lui. Intensité de l’exhibition du lien démoniaque derrière les jets déclamatifs de passion. "Est-ce que l’amour élevé et croyant est possible ? Est-ce qu’il faut que je meure sans l’avoir rencontré ? Toujours saisir des fantômes et poursuivre des ombres !" s’écrit George Sand qui sait très bien qu’elle va de spectre en spectre quand elle dit chercher l’amour… Elle est frigide, raconte-t-on parfois ? Mais non, bien sûr, pas plus que n’importe qui. Et puis d’ailleurs, comment pourrait-elle "jouir" puisqu’elle n’a à sa disposition dans son lit que des ombres, fatalement ? Au fond ses amants de passage me semblent des incarnations assez modernes de l’espèce masculine, ils ne seraient pas déplacés aujourd’hui. Les bouclettes de Sandeau l’incapable, la vulgarité éthérée de Musset, le retrait digne et silencieux de Chopin derrière sa toux de Dame aux camélias… Le gâtisme final de son mari qui, à la veille de mourir, en 1869, écrit à Napoléon III pour lui demander la Légion d’honneur non pas en tant qu’ancien officier mais parce qu’il a été l’époux de Sand et qu’elle l’a fait cruellement souffrir…

Auteur: Muray Philippe

Info: Dans "Le 19e siècle à travers les âges", page 606, à propos de George Sand

[ déceptions ] [ littérature ] [ femme-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

littérature

Si le poème sacré vit encore, c’est que son créateur ne l’a peuplé que de vivants. Lui-même d’abord, par une décision unique que jamais poète n’avait osé prendre ni n’a jamais reprise. Tous les autres ensuite, car non seulement tous les personnages qui s’y meuvent ont vécu dans l’histoire ou dans la légende, mais ils y vivent plus intensément que jamais, dans leur essence propre telle que le manifeste enfin l’inflexible loi de la justice divine. Il n’y a pas un seul mort dans toute La Divine Comédie. Voilà pourquoi le texte de Dante n’a rien de commun avec on ne sait quels Pèlerinage de Vie humaine, Roman de la Rose, ou autres fatras allégoriques si pauvres de substance humaine.

Auteur: Gilson Etienne

Info: Dans "Dante et la philosophie"

[ éloge ] [ puissance suggestive ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson