Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Search results: 60
Search time counter: 0.0711s

femmes-par-femmes

L'amour romantique, dans la pornographie comme dans la vie, est la célébration mythique de la négation femelle. Pour une femme, l'amour est défini comme sa bonne volonté de se soumettre à sa propre annihilation... La preuve d'amour est qu'elle est disposée à être détruite par celui qu'elle aime, dans son intérêt. Pour la femme, l'amour est toujours dévouement, sacrifice de l'identité, volonté, et intégrité corporelle, afin d'accomplir et racheter la masculinité de son amoureux.

Auteur: Dworkin Andrea

Info:

[ pensée-de-femme ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Les mères cherchaient leurs enfants du regard, mues par un sentiment qu'elles ne pouvaient pas nommer. Les femmes prenaient la main de leurs amoureux. Les rayons de soleil transperçaient , comme toujours, les arbres - les saules endormis, le vent chaud qui soufflait sur les couvertures de pique-nique -, mais l'ambiance ordinaire était perturbée par le chemin que traçaient les filles dans le monde normal. Aussi racées et inconscientes que les requins qui fendent les flots.

Auteur: Cline Emma

Info: The Girls

[ puissantes ] [ mamans ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

C'est cette dimension de la maternité qu'on ne saisit jamais vraiment tant qu'on n'a pas été mère soi-même, qui fait que ce n'est pas l'homme adulte qu'on voit - ce rejeton maladroit, mal rasé, malodorant, aux idées bien arrêtées - avec ses contraventions, ses chaussures mal cirées et sa vie amoureuse compliquée.
Non, ce qu'une mère voit, ce sont toutes les personnes que son fils a été au fil de sa vie rassemblées en un seul et unique individu.

Auteur: Moyes Jojo

Info: Avant toi

[ pensée de femme ] [ maman ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n'est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d'autre ; l'amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c'est tout : vases sacrés, calices ambulants.

Auteur: Atwood Margaret

Info: La Servante écarlate, p. 152

[ maternité ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Devant un homme qui m'attire, je me maudis parfois de pouvoir être encore comme une petite fille, comme si c'était la première fois, la vraie première fois, envahie d'un mélange d'effroi et de hardiesse, bête à mourir.
N'est-ce pas pourtant justement à cause de ce miracle qu'on aime être saisi par le sentiment amoureux, à cause de cette fragilité où il nous précipite, renvoyant toute expérience à l'oubli et à l'inutilité, nous exposant au monde dans notre misère et notre nudité, avec pour seule arme de survie notre désir?

Auteur: Reyes Alina

Info: Quand tu aimes, il faut partir

[ amoureuse ] [ vertige ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Les femmes sont en général des marionnettes actionnées par l'amour. En théorie, il est évident que toutes, elles veulent être jolies pour pouvoir, le moment venu, vivre leur roman avec le bel inconnu. En pratique, lorsqu'elles doivent aller au théâtre avec un homme qu'elles aiment par-dessus tout, elles sont capables de passer des heures dans un institut de beauté, le visage contracté de douleur, et elles se contentent de quelques maigres tranches de saucisson au repas du soir, afin de pouvoir s'offrir le vernis à ongles le plus coûteux.

Auteur: Selinko Annemarie

Info: J'étais une jeune fille laide

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Et pendant qu'un nouvel homme s'installait chez moi, je lui faisais la fête. Follement amoureuse, une vraie chatte en chaleur. Je bossais moins bien, je perdais le sens des réalités, j'en arrivais même à négliger Andersen. Je trouvais ses CD formidables, ses tableaux magnifiques. Je prétendais que sur le plan sexuel, il me satisfaisait complètement, ce qui était toujours loin, très loin même de la vérité. J'appréciais soudain des plats que j'avais en horreur auparavant. Je mettais le réveil à sept heures et demie parce que c'était l'heure à laquelle il devait se lever...

Auteur: Ragde Anne B.

Info: Zona Frigida

[ couple ] [ amoureuse ] [ illusion ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Voilà ce qui avait changé dans le monde. Il n'y avait plus de comme si... Ce n'était pas comme si je contemplais le royaume des merveilles derrière la vitre ; c'était le royaume des merveilles. Je n'adorais pas Frank comme un dieu ; il était un dieu. Ce n'était pas comme si je le vénérais, puis que je le vénérais. Le monde était ce qu'il semblait. Le vide était devenu du solide. Je baissais les yeux sur ma main et je l'aimais, non parce que c'était ma main, mais parce que Frank l'aimait et la touchait.

Auteur: Fromberg Schaeffer Susan

Info: Folie d'une femme séduite

[ amoureuse ] [ envoutée ]

Commenter

Commentaires: 0

allumeuse

Céline à toujours aimé ça, reine de la fête, adulée des garçons – toutes bandes confondues. Même quand elle était plus jeune, il y avait des coins d’ombre où se laisser glisser contre le corps d’un petit ami, jouer à ne pas aller plus loin mais s’arrêter tout au bord. Eux rêvaient de ses doigts aux ongles roses sur leur petit
pénis dressé ; elle serrait amoureusement de grosses peluches gagnées à la carabine en espérant des mots d’amour. Et s’il fallait se laisser tâter maladroitement les seins pour obtenir de pauvres Je t’aime balbutiants et autres dérivés sans imagination, elle était prête.

Auteur: Brunet Marion

Info: L'été circulaire, Page 14, Albin Michel, 2018

[ femmes-par-femmes ] [ aguicheuse ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Ça raconte Sarah, sa beauté inédite, son nez abrupt d'oiseau rare, ses yeux d'une couleur inouïe, rocailleuse, verte, mais non, pas verte, ses yeux absinthe, malachite, vert-gris rabattu, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte le printemps où elle est entrée dans ma vie comme on entre en scène, pleine d'allant, conquérante. Victorieuse.
(...)
Son parfum. Son odeur. Sa nuque. Ses cheveux. Ses mains. Ses doigts. Ses fesses. Ses mollets. Ses ongles. Ses lobes d'oreille. Ses grains de beauté. Ses cuisses. Sa vulve violine. Ses hanches. Son nombril. Ses tétons. Ses épaules. Ses genoux. Ses aisselles. Ses joues. Sa langue.

Auteur: Pauline Delabroy-Allard

Info: Ça raconte Sarah, pp. 15 et 34, Minuit, 2018.

[ amoureuse ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel