Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 30
Search time counter: 0.2543s

symbole

L'homme se met à l'affût de significations à l'intérieur des signes comme un chasseur tendu écoute si le bruit vient de son imagination ou signale le tigre. La conscience est ainsi faite que dans le chaos des signes, elle cherche un corps de chiffres ; autrement dit dans la diversité même des événements, des êtres, elle discerne un sens intérieur (ésotérique dit-on en grec) qui ne renvoie pas à un autre monde, qui ne reflète pas seulement la conscience, mais qui indique un ordre, une intelligibilité intrinsèques.

Auteur: Jung C.G.

Info: Réponse à Job, Ed. Buchet/Chastel, 1977

[ réflexivité ]

Commenter

Commentaires: 0

théorie-pratique

Car tout ce que l'on écrit n'est finalement qu'une note en bas de page d'un écrit antérieur. Il n'existe qu'un sujet: la vie, et la vie est toujours la même; un même rayonnement imprègne l'univers tout entier et il n'émane d'aucun objet en particulier. Nos actes et nos amours sont la répétition d'actes et d'amours passés, et c'est pourquoi, dans un livre, nous trouverons toujours une réponse à certaines de nos questions. L'ennui c'est que nous ne comprendrons jamais rien à ce qui est écrit avant de l'avoir vécu d'une manière ou d'une autre.

Auteur: Etxebarria Lucia

Info: Béatriz et les corps célestes

[ citation s'appliquant à ce logiciel ] [ écriture ] [ réflexivité ]

Commenter

Commentaires: 0

lecture

Il y a, je crois, plus d'idées réelles dans les Confessions de Rousseau que dans son Émile ; et il est rare que l'on lise des Mémoires sans en tirer quelque chose. Si vous me demandiez ce qu'il faut lire pour connaître l'homme, je conseillerais plutôt de lire Balzac ou Stendhal, qui ont recueilli et enchâssé tant de paroles échappées, que La Rochefoucauld lui-même, qui s'étudie à répéter la même chanson. Encore va-t-il jusqu'au bout de son refrain ; mais ceux qui l'ont connu entendirent sans doute des chansons plus libres. Faites attention à ceci que le vrai observateur semble toujours distrait ; c'est qu'il guette l'imprévisible chant du merle.

Auteur: Alain

Info: Propos I, Bibliothèque de la Pléiade, nrf Gallimard 1956, 21 juillet 1921 p.258

[ quête ] [ réflexivité ] [ affut ] [ attention flottante ]

Commenter

Commentaires: 0

beaux-arts

Comme toute forme d'Art, [la littérature] a pour mission de rendre supportable l'accomplissement de nos devoirs vitaux. Pour un être qui, comme l'humain, façonne son destin à la force de la réflexion et de la réflexivité, la connaissance qui en découle a le caractère insupportable de toute lucidité nue. Nous savons que nous sommes des bêtes dotées d'une arme de survie et non des dieux façonnant le monde de leur pensée propre et il faut bien quelque chose pour que cette sagacité nous devienne tolérable, quelque chose qui nous sauve de la triste et éternelle fièvre des destins biologiques.
Alors, nous inventons l'Art, cet autre procédé des animaux que nous sommes afin que notre espèce survive.

Auteur: Barbery Muriel

Info: L'élégance du hérisson, p.269, Gallimard, 2006

[ thérapie ]

Commenter

Commentaires: 0

réflexivité

Alors, pourquoi lisez-vous?
Par goût d'abord, et puis parce que ça me manque autant de ne pas lire que de ne pas fumer, et aussi pour me connaître moi-même. Quand je lis, on dirait que seuls mes yeux suivent les lignes, mais, de temps à autre, je tombe sur un passage, quelque fois une simple phrase, qui m'offre une signification précise et qui devient partie intégrante de moi-même. J'ai tiré alors du livre tout ce qu'il peut me donner et je n'en sortirais pas davantage si je le lisais une douzaine de fois. Nous sommes comme un bouton de fleur; la plus grande partie de nos lectures glisse sur nous, mais certaines choses, au sens plus profond, ouvrent un pétale. Un à un, les pétales s'épanouissent, et, enfin, la fleur se forme.

Auteur: Maugham W. Somerset

Info: Servitude humaine

[ résonance ] [ citation s'appliquant à ce logiciel ]

Commenter

Commentaires: 0

lire

Nous ne lisons pas à proprement parler, nous devinons quand nous parcourons des eux les colonnes d'un journal(1). C'est que la rétine photographie, le nerf optique transmet, le centre visuel enregistre des formes de mots qui vont ébranler subconsciemment les images des mots qui ont été, eux, épelés lettre à lettre dans notre enfance. Par eux le jeux des associations se produit, donnant naissance à l'idée consciente. C'est dans la subconscience qu'a lieu la véritable lecture : le siège de la conscience est sous le crible de la mémoire inconsciente. La subconscience est la matrice de l'idée, qui s'exprime par une phrase avant qu'on ait eu le temps de penser à la composer. Ces conceptions du subconscient, si imparfaites qu'elles soient, et probablement si inexactes, permettent de comprendre tant bien que mal, outre les phénomènes ordinaire de la vie mentale, comment la télépathie peut avoir une origine et une manifestation inconsciente et involontaire.

Auteur: Warcollier René

Info: La télépathie, recherches expérimentales, p.68 (1) L'énergie spirituelle, Bergson (Alcan, 1919), Expérience de Goldscheider et Mueller, p. 104 et p. 181 : C'est le souvenir qui nous fait voir et entendre.

[ cognition ] [ formulation ] [ réflexivité ]

Commenter

Commentaires: 0

lecture

Pourquoi lisons-nous, sinon dans l'espoir d'une beauté mise à nu, d'une vie plus dense et d'un coup de sonde dans son mystère le plus profond? L'écrivain peut-il isoler et rendre plus vivace tout ce qui dans l'expérience engage le plus profondément notre intellect et notre cœur? L'écrivain peut-il renouveler notre espoir de formes littéraires? Pourquoi lisons-nous sinon dans l'espoir que l'écrivain rendra nos journées plus vastes et plus intenses, qu'il nous illuminera, nous inspirera sagesse et courage, nous offrira la possibilité d'une plénitude de sens, et qu'il présentera à nos esprits les mystères les plus profonds, pour nous faire sentir de nouveau leur majesté et leur pouvoir? Que connaissons-nous de plus élevé que ce pouvoir qui, de temps à autre, s'empare de notre vie et nous révèle à nos propres yeux éblouis comme des créatures déposées ici-bas dans l'émerveillement? Pourquoi la mort nous prend-elle ainsi par surprise, et pourquoi l'amour? Encore et toujours, nous avons besoin d'éveil. Nous devrions nous rassembler en longues rangées, à demis vêtus, tels les membres d'une tribu, et nous agiter des calebasses au visage, pour nous réveiller; à la place nous regardons la télévision et ratons le spectacle.

Auteur: Dillard Annie

Info: En vivant, en écrivant

[ ouverture ] [ réflexivité ] [ délassement ]

Commenter

Commentaires: 0

étiquetage

Lorsqu'Octavio Paz affirme que "traduire est la façon la plus profonde de lire", il interpelle les concepteurs des "fils de la pensée".
"La plus profonde" parce que le traducteur doit intégrer la compréhension des mots, la compréhension du sens et celle du climat général du texte/histoire... avant de le transposer dans un autre idiome. C'est à dire qu'il doit le lire plusieurs fois, chaque fois avec une focale différente, de "points de vue" variés. Il intègre aussi, consciemment ou pas, plein d'autres paramètres : conditions de vie de l'auteur, pays, spécificité de sa langue, de son époque et ses us en coutume, etc... Démontrant par là même la merveilleuse plasticité d'un cerveau, le notre, capable (dans l'idéal) de gérer tous ces niveaux.
La lecture du "tagueur" se différencie de deux manières de celle du traducteur.
PRIMO : étant entendu qu'il lit et parle couramment la langue en question, (qu'il ne doit donc pas traduire), il conserve une vitesse de croisière qui fait que son esprit se soucie beaucoup moins des détails, plus focalisé sur le sens de l'idée ou des phrases qui défilent. Lecteur-miroir il perçoit, reçoit... comprend, ressent.
Et boum ! Voilà qu'il tombe sur une formulation qui le frappe, le conforte d'une manière ou d'une autre. Une impression déjà vécue mais jamais exprimée, un agencement des mots, ou de phrases, qui reflètent une réalité pressentie, expériencée... rêvée ?
Ici notre lecteur-miroir est déjà en train d'indexer inconsciemment puisque son "être chair-esprit" reconnait (s'identifie à ?) une "idée vraie", une "pensée drôle", "réflexion sage", "parole profonde", etc.
SECUNDO : focalisé sur le sens d'une phrase ou d'un extrait, il doit maintenant repérer les quelques "mots-clefs" du texte en question. Pour ensuite faire sa petite cuisine. Quels sont les plus pertinents, et, parmi ceux-ci, le plus important (Catégorie)... Sont-ils déjà dans le corps du texte ? Si oui : quel synonyme utiliser pour focaliser le concept, comment se débrouiller ?
Ce simple extrait, (celui que vous avez devant les yeux !), contient en lui-même beaucoup (tous?) de ces éléments.
Ne reste plus qu'à lui joindre les termes catégorie et tags - absents de l'extrait et propices à la précision de son indexation.
Et l'introduire dans la base de données du logiciel.
Pour les auteurs et leur paramètres voir ici.

Auteur: Mg

Info: 13 août 2016

[ analyse ] [ citation s'appliquant à ce logiciel ] [ réflexivité ]

Commenter

Commentaires: 0

lectures

Je lus tous les livres de D.H. Lawrence. Cela m'amena à d'autres. Cela m'amena à H.D. la poétesse. Et puis à Huxley - le plus jeune, l'ami de Lawrence. Tous ces livres qui m'arrivaient dessus ! Un livre conduisait à un autre. Arriva Dos Passos. Pas très bon, non, vraiment, mais assez bon quand même. Il me fallut plus d'une journée pour avaler sa trilogie sur les U.S.A. Dreiser ne me fit rien. Mais Sherwood Anderson, alors là, si ! Et puis ce fut Hemingway. Quels frissons ! En voilà un qui savait pondre ses lignes. Quel plaisir ! Les mots n'étaient plus ternes, les mots étaient des choses qui pouvaient vous faire chantonner l'esprit. Il suffisait de les lire et de se laisser aller à leur magie pour pouvoir vivre sans douleur et garder l'espoir, quoi qu'il arrive.

Mais retour à la maison

"EXTINCTIONS DES FEUX ! " hurlait mon père.

C'était les Russes que je lisais maintenant, Gorki et Tourgueniev. Mon père avait pour règle que toutes les lumières devaient être éteintes à huit heures du soir : il voulait pouvoir dormir pour être frais et dispo au boulot le lendemain. A la maison il ne parlait que de ça. Il en causait à ma mère dès l'instant où il franchissait la porte et jusqu'au moment où ils s'endormaient enfin. Il était fermement décidé à monter dans la hiérarchie.

"Bon alors, maintenant, ça suffit, ces putains de bouquins ! Extinction des feux !"

Pour moi, tous ces types qui débarquaient dans ma vie du fin fond de nulle part étaient la seule chance que j'avais d'en sortir. C'étaient les seuls qui savaient me parler.

"D'accord ! D'accord !" lui répondais-je.

Après quoi, je prenais la lampe de chevet, me faufilait sous la couverture, y ramenais l'oreiller et continuais de lire mes dernières acquisitions en les appuyant contre l'oreiller, là, en plein sous la couvrante. Au bout d'un moment, la lampe se mettait à chauffer, ça devenait étouffant et j'avais du mal à respirer. Je soulevais la couverture pour reprendre un bol d'air.

"Mais qu'est-ce qui se passe ? Ca serait-y que je verrais de la lumière ? Henry, tu m'éteins tout ça !"

Je rabaissais la couverture à toute vitesse et attendais le moment où mon père se mettait à ronfler.

Tourgueniev était un mec très sérieux mais qui arrivait à me faire rire parce qu'une vérité sur laquelle on tombe pour la première fois, c'est souvent très amusant. Quand en plus la vérité du monsieur est la même que la vôtre et qu'il vous donne l'impression d'être en train de la dire à votre place, ça devient génial.

Je lisais mes livres la nuit, comme ça, sous la couverture et à la lumière d'une lampe qui chauffait. Tous ces bons passages, je les lisais en suffoquant. Pure magie.

Auteur: Bukowski Charles

Info: Souvenirs d'un pas grand-chose

[ enfance ] [ hiérarchie ] [ réflexivité ] [ littérature ] [ écrivains ]

Commenter

Commentaires: 0

citation s'appliquant à ce logiciel

Attention ce texte implique plusieurs pensées croisées.
Comme chacun sait, nous sommes formatés par notre éducation, l'environnement et ainsi de suite.
Phrases, chapitres... livres... tels sont niveaux d'échelles qui structurent les mots et la pensée de nos langages et de la littérature.
Comment en sortir ? Ensemble peut-être.
En termes de "réflexion personnelle commune" il semble que l'humain soit hélas bloqué au niveau de la phrase ou de la formule. Tout simplement parce que la survie le demande. Dans l'action animale le cause-effet de la situation se passe vite, trop vite pour que l'individu isolé puisse développer sa réflexion.
Maintenant les hommes, touchons du bois, sont semble-t'il passés au-delà de l'individu et de sa survie immédiate. Ils ont pris le temps de réfléchir, ils développent ; voilà les philosophes. Et, grâce à Internet, il est devenu possible de le faire de manière collective.
Qu'est-ce alors qu'une intelligence ensemble ? Carl Friedrich von Weizsäcker donne un début de réponse.
"La raison pratique sert la perception de ses propres intérêts, La raison théorique profonde celle de l'intérêt général."
Au départ de cette compilation nous nous intéressions aux formules courtes (disons 5 mots en moyenne). Ensuite sont venus des extraits plus longs plus "littéraires", un peu comme l'a écrit Claudio Magris : "L'Histoire dit les événements, la sociologie décrit les processus, la statistique fournit les chiffres, mais c'est la littérature qui les fait toucher du doigt, là où ils prennent corps et sang dans l'existence des hommes."
C'est ainsi que le langage écrit, témoignage par les mots de la réalité humaine, est maintenant mis en "réflexivité collective" via les "likes" et autres remarques que proposent d'innombrables web spots.
Avec ce site nous tentons donc d'aller un peu plus loin puisque nous faisons en sorte qu'il se nourrisse de citations (étiquetées) par les surfeurs, ajouts modérés avant leur publication.
Aussi, développement supplémentaire, les participants peuvent développer des "chaines", ("Oh les beaux enfants"). Voilà comment les choses avancent depuis plusieurs années.
Résultat évident à ce stade de cette expérience collective : "Plus une pensée courte est populaire, plus elle tient de l'axiome. Plus elle est longue, plus elle témoigne de la singularité de son auteur."
Récapitulons
Les formules/extraits sont tagués sur deux niveaux :
1) tag-chapitre, "catégorie" supposé être le plus généraliste, ce qui est déjà délicat à définir !
Il y a déjà ici une piste que nous allons décelopper pour le tag chapitre "catégorie" : établir sa pertinence via une modération pyramidale. Nous y reviendrons.
2) tag simple, qui précise et oriente.
Ici aussi tout un chacun peut demander à modifier un étiquetage dont la pertinence pourra être discuté via une modération pyramidale.
3) les auteurs sont intégrés à la base de donnée avec 6 paramètres séparés (qui rendent "plus intelligente" la base de données" et permettent de préciser une recherche)
A ce stade des "Fils de la pensée" on incitera le participant a déjà s'amuser à faire des recherches en combinant tags, auteurs, longueurs, périodes historiques, etc., ce qui est déjà énorme et complexe mais surtout lui donnera une idée de comment "répond" le système.
Il faut aussi savoir qu'il y eut rapidement besoin d'améliorer l'indexage, ce qui amena à créer des tags/concepts moins imprécis : fond-forme, causes-effets, homme-machine, femmes-hommes, théorie-pratique, etc. Et aussi ensuite d'utiliser des mots/tags qui n'existent pas en français, nommés et recensés ici comme "intraduisibles".
Malgré tout, même précisé, un mot-tag reste porteur de plusieurs sens (terme-carrefour) et peut signifier tout et son contraire en fonction du contexte et de l'agencement des phrases.
Apparraissent alors ce que nous nommons "méta-tags", une troisième catégorie, un peu à l'image du terme "Livre" dans la hiérarchie d'une bibliothèque, apparitions répétées de certaines combinaisons de tags. Combinaisons qui délimitent mieux une réflexion dont le champ est précisé, s'affinant, quand tout va bien, au sens philosophique du terme, avec les collaborations des participants.
Ainsi s'est établie une liste de doublons ou de triplettes de tags-mots-concepts, pistes qui se sont dessinées par répétition des passages. En voici quelques exemples.

mort - omniprésence
conclure - illusion
amour - temps
mauvaise nouvelle - efficacité
survie - éthique
musique - langage
réconfort - ordre
enfance - imagination
protéger - affaiblir
être humain - quête
lecture - miroir
non-voyant - témoignage
femmes-par-femmes - amour etc., etc...

Exemples de triplettes :

complexité - vie - bouillonnement
humain - animal - particulier
réveil - naitre - réintégration
mentir - fuite - beaux-arts
motivation - transgression - jeunesse etc., etc...

On pourra bien évidemment complexifier à loisir tout ce qui précède mais il vaut mieux faire ici une pause.
Il semble que c'est d'abord en se mettant d'accord via une modération pyramidale sur la moins mauvaise pertinence des mots-tags-chapitres d'une formule-citation que nous établirons une base commune, un peu plus solide et moins aléatoire, pour avancer.
Ensuite, une fois ce groupe de réflexion collective mis en place, pourra peut-être venir le temps d'établir des "méta-tags" selon des critères à définir. Mais là nous sommes dans de la musique d'avenir.
Concluons par trois questions dont les réponses, possibles sujets-chaines au sein même d'un telle tentative de réflexion collective, nous semblent importantes.
- Peut-on mélanger et structurer nos pensées et nos échelles de pensées "ensemble" sans faire ressortir de froides et imbéciles statistiques d'une société de consommation productiviste ?
- Comment éviter que la technologie ne conduise l'homme à se spécialiser dans l'humain, mais au contraire à l'aider à développer sa sagesse-tolérance et son ouverture aux autres espèces vivantes pour qu'il tente de trouver une plus juste place dans la réalité ?
- Avec la disparition du travail, comment conserver une motivation forte chez les individus si la problématique de survie immédiate disparaît ?

Auteur: Mg

Info: 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017

[ quête ] [ classification ] [ structuration ] [ taxinomie ] [ ranger ] [ taxonomie ]

Commenter

Commentaires: 0