Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths. CROWFUNDING.  Exemples.  Punchlines.  Jeux et Passe-temps.  Chaines.  Humour.  RépartiesFemnmes, etc.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.      &nbs... Lire la suite >>
Search results: 600
Search time counter: 0.476s

répartie

Passant par un village, Henri IV fut obligé de s'arrêter pour y dîner; il donna ordre qu'on lui fît venir celui du lieu qui passait pour avoir le plus d'esprit, afin de l'entretenir pendant le repas. On lui dit que c'était un nommé Gaillard, " Eh bien ! dit-il, qu'on l'aille quérir. " Ce paysan étant venu, le roi lui commanda de s'asseoir vis-à-vis de lui, de l'autre côté de la table où il mangeait, et comment t'appelles-tu? dit le Roi. - Sire, répondit le manant, je m'appelle Gaillard. - Quelle différence y a-t-il entre Gaillard et paillard ? - Sire, répondit le paysan, il n'y a que la table entre deux. - Ventre-Saint gris ! J'en tiens, dit le roi en riant, je ne croyais pas trouver un si grand esprit dans un si petit village.

Auteur: Tallemant des Réaux

Info:

Commenter

Commentaires: 0

réparties

Bonaparte n'aimait pas qu'une femme se mêlât de balancer les intérêts des Etats. A l'époque où il n'était encore que général, il se trouva dans un cercle, où Mme de Staël venait, dans une espèce de dissertation aussi spirituelle que bien raisonnée, de juger les différents partis qui avaient successivement gouverné la France. Tout le monde joignait son avis au sien et applaudissait à son esprit : Bonaparte seul se taisait, elle s'en aperçut, " Eh bien ! général, est-ce que vous n'êtes pas de mon avis ? - Madame, je n'ai pas écouté, parce que je n'aime pas que les femmes se mêlent de politique. - Vous avez raison, général, répondit l'aimable raisonneuse, mais dans un pays où on leur coupe la tête, il est naturel qu'elles aient envie de savoir pourquoi. (Bonaparte ne répliqua rien)

Auteur: Staël Madame de Germaine Necker baronne de Staël-Holstein

Info:

[ femmes-hommes ] [ macho ]

Commenter

Commentaires: 0

artiste

- Écoute, un poète riche, chez nous ? C'est une pure absurdité. À Budapest, quiconque aura un tant soit peu d'argent, on se le représentera toujours bête comme une courge. S'il a de l'argent, qu'a-t-il à faire de jugeote, de sentiment, d'imagination ? Telle est la sanction qu'on prend contre lui. Cette ville, elle est excessivement intelligente. Et par là même excessivement stupide. Elle refuse d'admettre que la nature est une païenne, qui dispense ses faveurs sur un monde échappant à tout calcul, et non pas par miséricorde. À Byron, qui était lord et plusieurs fois millionnaire, personne ici n'aurait reconnu la moindre bribe de talent. Ici, la dignité du génie est répartie en tant que dédommagement, en tant qu'aumône, à ceux qui ne possèdent rien d'autre, aux crève-la-faim, aux malades, aux persécutés, aux morts vivants ou aux morts véritables.

Auteur: Kosztolányi Dezsö

Info: Le Traducteur cleptomane : Et autres histoires

[ pauvreté ] [ beaux-arts ]

Commenter

Commentaires: 0

coïncidence

<minimoi> tin aujourd'hui, un de ce sboulets qui est venu acheter un PC là où je bosse, le mec il y connaisait rien, keu dalle de rien, je lui ai vendu un PC super cher et trop de la merde. le mec il zozotai, et sa meuf, trop grosse habillée tout en rose, elle faisait genre elle s'y connaissait mais rien... trop marrant quoi
<nérix> Très interessant tes journées toi...
<minimoi> mais t'étais aps là, c'est pour ça, sinon c'était trop marrant !!!!!!!!!!!!
<guest58094> le mec, c'était pas un petit blond assez fort mal rasé avec un pull violet ?
<minimoi> si, pk ?
<guest58094> tu travailles à auchan plaisir ?
<minimoi> vi et alors ?
<guest58094> c'est moi le mec. alors je vais imprimer tout ce que t'as marqué, et j'vais en parler à ton chef on va voir comment il va réagir. à demain
*** minimoi has left plaisir-78.

Auteur: Internet

Info:

[ humour ] [ réparties ] [ dialogue-web ]

Commenter

Commentaires: 0

répartie

Cecile : Vous êtes dispo pour un shooting ? pour faire un book de plusieurs tenues ?
Dark Photo : J'ai un agenda un peu plus libre. Ça dépend des dates que vous voulez, et aussi du prix ! :)
Cecile : sais payant ?
Dark Photo : Hélas non, il y a encore des gens peu scrupuleux comme moi qui considère qu'un travail durement accomplit mérite salaire
Cecile : N'importe quoi ! Je vais pas payer pour faire mon book ! Sa va la photo c'est une passion pas un travail !!!!
Dark Photo : Sinon on peut s'arranger. On couche ensemble, et l'affaire est conclu. Juste avant de faire les photos. Ça vous va ?
Cecile : C'est quoi cette blague ????
Cecile : Vous me prenez pour une pute ???
Dark Photo : N'importe quoi ! Je ne vais quand même pas payer pour faire l'amour. C'est une passion pas un travail !!!!

Auteur: Internet

Info:

[ femmes-hommes ] [ prostitution ] [ dialogue-web ]

Commenter

Commentaires: 0

vocabulaire

Oh Google, grand recenseur (pas désintéressé) des termes organisés, cerveau global que tout un chacun peut explorer à loisir.
Avec cette suite de caractères : "karma quantique", tu m'as offert sept occurrences, grosso modo réparties ainsi :
- Un site individuel marrant.
- Trois sites tournant autour du Manga "Gunnm", univers riche et complexe, assez brillamment bâti semble-t'il par Yukito Kishiro.
- Trois sites spiritualo machin dont un intitulé "Au delà du paranormal" et un autre sous-titré "Ésotérisme expérimental"...
Les mots sont des préjugés, air connu. Certains s'essayent à nommer des trucs aux limites ou au-delà de nos sens. Plus souvent au-delà. Aussi ai-je pu ramasser ici des termes comme : multivers, harmoniques fractales, réincarnation, nanomachines vivantes, ufos, métaphysique, inconscient collectif, terraformation, physique des plasmas, immortalité relative, ovnis, vies antérieures, amour, astrologie quantique, extraterrestres...
Auxquels on pourrait ajouter : théologie, illusion, imagination, invention, mystique, parapsychologie, religion, spiritisme, astrologie... shinigami , djinn, fées... Etc. etc.

Auteur: Mg

Info: 1er août 2017

[ limitation ] [ quête ]

Commenter

Commentaires: 0

répartie

Louis XV sut que Landsmath avait perdu son confesseur, missionnaire de la paroisse, de Notre-Dame; l'usage des lazaristes était d'exposer leurs morts à visage découvert. Louis XV voulut éprouver la fermeté d'âme de son écuyer. " Vous avez perdu votre confesseur ? lui dit le roi. - Oui, sire. - On l'exposera sans doute à visage découvert? - C'est l'usage. - Je vous ordonne d'aller le voir. - Sire, mon confesseur était mon ami, cela me coûterait beaucoup. - N'importe, je vous l'ordonne. - Est-ce tout de bon, sire? - Tout de bon. - Ce serait la première, fois de ma vie que j'aurais manqué à un ordre de mon souverain ! J'obéirai. " Le lendemain, à son lever, le roi lui dit, aussitôt qu'il l'aperçut : " M'avez-vous obéi, Landsmath? - Sans aucun doute, sire. - Eh bien, qu'avez-vous vu ? - Ma foi, j'ai vu que Votre Majesté et moi ne sommes pas grand-chose.

Auteur: Campan Madame

Info: Mémoires

[ autoritarisme ] [ curiosité ]

Commenter

Commentaires: 0

égalité

La base du caractère humain est la force morale. Le degré de la volonté ou de l'énergie met entre les hommes la même distance que celle de la force physique entre les animaux. Sous ce rapport un homme peut être à un autre homme ce qu'un rat ou une belette est à un lion. Cette vérité est inébranlable ; elle est d'ailleurs assez sinistre, c'est pour cela qu'on ne la crie pas par-dessus les toits. Et maintenant bouleversez une société de fond en comble, nivelez tout ce qui a été construit à sa surface, faites-y passer la charrue et semez du sel, décrétez la loi agraire et l'égalité absolue, ramenez l'homme à l'état de larve, la société à l'état de peuplade primitive. Si ce niveau égalitaire était possible une minute, la minute d'après la force morale inégalement répartie entre les hommes, aurait refait de pied en cap la hiérarchie politique et les catégories sociales.

Auteur: Joly Maurice

Info: Recherches sur l'art de parvenir, Paris Amyot 1868 [BnF Cote LB56-1958] &lt;p.28&gt;

Commenter

Commentaires: 0

réparties

Albrecht von Haller était un austère médecin bernois, fameux pour son immense érudition. Voltaire ne manquait jamais une occasion d'ironiser à son propos. Mais dans l'intimité. Car, réfugié à Genève, il avait besoin de son appui. De bons amis s'empressaient de rendre publics les propos privés. Sans réaction de la part du savant.
- Puisqu'il est en ville, pourquoi n'allez-vous pas lui rendre la monnaie de sa pièce ? finit par lui demander l'un des "bons amis".
- C'est que si monsieur de Voltaire est un homme qui mérite d'être connu, bien des gens, malgré les lois de la physique, l'ont trouvé plus grand de loin que de près. Toujours à la recherche de la dispute, les mêmes bons amis courent alors chez Voltaire pour l'exciter contre Haller.
- Comment pouvez-vous dire tant de bien de Haller alors qu'il dit tant de mal de vous ?
- Ah ! s'écria Voltaire, c'est probablement parce que nous nous trompons tous les deux.

Auteur: Voltaire

Info:

Commenter

Commentaires: 0

adaptation

Le duc de Laval était un très-bel homme, très-poli, mais fort distrait, ce qui le jetait dans des embarras désagréables, qui cependant ne le déconcertaient pas. Ainsi, étant ambassadeur à Naples, il entra un soir avec l'ambassadeur d'Autriche au balcon du théâtre San-Carlo, afin de jouir du coup d'oeil de la salle, et lui dit étourdiment : et Dieu ! que nous avons là de laides personnes dans la loge du corps diplomatique!
- Mais, c'est ma femme, arrivée ce matin, répondit l'ambassadeur autrichien.
- Pas celle-là, que vous désignez, reprit le duc de Laval, l'autre à côté, en robe blanche : elle est affreuse.
- C'est ma soeur, dit d'un ton mécontent le collègue.
- Mais non, non, la troisième, si disgracieuse ; les autres sont très bien.
- C'est ma fille!
- Ah ! reprit le duc de Laval du ton le plus affable, elle est charmante. Ces dames sont toutes charmantes, monsieur l'ambassadeur, et je vous fais mes bien sincères compliments.

Auteur: Ancelot Madame

Info: Un salon de Paris

[ humour ] [ répartie ] [ maladresse ]

Commenter

Commentaires: 0