Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 14
Temps de recherche: 0.1447s

parents-enfants

Hattie savait que ses enfants ne se considéraient pas comme quelqu'un de gentil, et peut-être ne l'était-elle pas, mais quand ils étaient petits, il n'y avait pas beaucoup de temps pour les sentiments. (...) Ils ne comprenaient pas que tout l'amour qu'elle avait en elle était accaparé par la nécessité de les nourrir, de les habiller et des préparer à affronter le monde. Le monde n'aurait pas d'amour à leur offrir, le monde ne serait pas gentil.

Auteur: Mathis Ayana

Info: Les douze tribus d'Hattie

[ décalage ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Que voulait-il dire? Cette intelligence pourrait surpasser et excéder la force aveugle de l'évolution, avec son accent sur la mutation, la lutte et la mort ?
Cette coopération consciente était-elle plus efficace que la concurrence féroce?

Auteur: Banks Iain M.

Info: The Player of Games 1988

[ science-fiction ] [ extraterrestre ]

Commenter

Commentaires: 0

guerre

Pourquoi l'armée japonaise était-elle si attachée aux "femmes de réconfort"?
Ah, je t'ai déjà expliqué. C'est pour prévenir les viols de civiles!
Les pulsions sexuelles chez l'homme, c'est incontrôlable!
Sans "femmes de réconfort" sur le champ de bataille, impossible de circonscrire les viols.
(...)
Plus que tout, je refuse catégoriquement le terme de "femme de réconfort"! Puisqu'il signifie quelque chose de chaleureux et de doux.
Nous n'étions pas des "femmes de réconfort" mais des victimes de rapts et de viols commis par l'armée japonaise.

Auteur: Kyung-A Jung

Info: Femmes de réconfort : Esclaves sexuelles de l'armée japonaise

[ femmes-hommes ] [ torture ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

- Ou c'est que vous êtes malades ? s'inquiétait-elle.
- Partout mais pas au zizi! fit un artilleur en réponse.

Auteur: Céline Louis-Ferdinand

Info: Voyage au bout de la nuit, p 85

[ pragmatisme ] [ obsédé ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

Je crois que souvent, dans le calme du soir, elle se demandait en rêve qui elle était. Peut-être était-elle devenue dans son sommeil la vieille femme porteuse de la terre sacrée, l'aïeule qui, malgré son grand âge, aimait encore à jouer? Et en elle-même, qui sait, peut-être voyait-elle tomber les étoiles?

Auteur: Momaday N. Scott

Info: Le chemin de la montagne de pluie

[ question ]

Commenter

Commentaires: 0

réconfort

Les colis n'étaient pas seulement précieux par leur valeur matérielle. Ils ne contenaient pas seulement des objets et des aliments. C'était souvent, provenant de plusieurs milliers de kilomètres, le salut de la maison natale, une preuve d'amour, un témoignage de fidélité. Chaque objet, soigneusement empaqueté, rayonnait de chaleur et de tendresse. Nous nous sentions de nouveau des hommes et nous découvrions en nous de nouvelles forces pour la résistance. Dans un colis, je trouvais une vieille boite de "thé anglais", en fer-blanc, qui, pendant vingt ans, était resté sur un rayon dans la cuisine de ma mère. La vue de cette boite rouge laquée, avec des geishas et des petits bateaux, me réjouit comme si j'avais retrouvé mon meilleur ami. Et la timbale en émail bleu ! Et mes chaussettes avec mes initiales ! Dans quelle atmosphère de serre, d'amour et de chaleur nous avions vécu jusqu'au jour où le hasard nous jeta sous le pouvoir d'hommes pour qui votre vie n'avait aucune valeur ! Était-ce vraiment le hasard, ou la vie dans les camps, au contraire, n'était-elle pas la véritable école des moeurs humaines tandis que le climat dans lequel nous avions vécu jusqu'alors n'était qu'une exception ?

Auteur: Margolin Julius

Info: Voyage au pays des Ze-Ka

[ prison ]

Commenter

Commentaires: 0

religion

Si, par exemple, une pierre est tombée d'un toit sur la tête de quelqu'un et l'a tué, ils démontreront que la pierre est tombée pour tuer l'homme, de la façon suivante : Si, en effet, elle n'est pas tombée à cette fin par la volonté de Dieu, comment tant de circonstances (souvent, en effet, il faut un grand concours de circonstances simultanées) ont-elles pu concourir par hasard ? Vous répondrez peut-être que c'est arrivé parce que le vent soufflait et que l'homme passait par là. Mais ils insisteront : Pourquoi le vent soufflait-il à ce moment-là ? Pourquoi l'homme passait-il par-là à ce même moment ? Si vous répondez de nouveau que le vent s'est levé parce que la veille, par un temps encore calme, la mer avait commencé à s'agiter, et que l'homme avait été invité par un ami, ils insisteront de nouveau, car ils ne sont jamais à cours de questions : Pourquoi donc la mer était-elle agitée ? Pourquoi l'homme a-t-il été invité à ce moment-là ? Et ils ne cesseront ainsi de vous interroger sans sur les causes des causes, jusqu'à ce que vous vous soyez réfugié dans la volonté de Dieu, cet asile d'ignorance.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: oeuvres complètes

[ justification ] [ fuite ] [ destin ]

Commenter

Commentaires: 0

vacherie

Mais s'il s'agit de psychodrames, alors ils [les critiques] ne jurent plus que par les audaces du transbouleversant génial Lawrence... la bravoure inouïe de ses messages sexuels... (une pauvre bite de garde-chasse pour 650 pages) de ses prémonitions mondiorénovatrices... de ses tortures inspirationnelles... de ses déboires trans-médullaires... ses retournements matrimoniaux... L'était-elle ? L'était-il ? ... En était-elle ? En était-il ?

Auteur: Céline Louis-Ferdinand

Info: Bagatelles pour un massacre, sur D. H. Lawrence

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

musique

Jouer du piano était un acte solitaire, pas un cirque. Bien entendu, avant de pouvoir comprendre la Marche funèbre, avant même de prétendre savoir jouer du piano, il fallait savoir marcher. Il fallait connaître le poids existentiel de chaque pas, l'état d'esprit, la transparence, la volonté et la présence qui définissaient chaque façon de marcher, or il y en avait des millions ! J'avais davantage appris à jouer du piano en déambulant dans les rues de Sofia qu'en répétant dix heures par jour. Toute musique n'exprimait-elle pas, en un sens, ce mouvement si fondamental ? Toute oeuvre musicale n'était-elle pas une promenade conduisant d'un lieu à un autre, une exploration, un voyage ?

Auteur: Grozni Nikolai

Info: Wunderkind

[ interprétation ]

Commenter

Commentaires: 0

insomnie

Il ne trouva pas le sommeil. Allongé sur son lit, les yeux fermés, il repensa à Catherine Sheridan. Qui était-elle ? Pourquoi était-elle morte ? Qui l'avait tuée ? Il médita là-dessus et attendit impatiemment la venue du matin, car le matin apporterait la lumière du jour, et la lumière du jour l'éloignerait de ses propres fantômes.

Auteur: Ellory R.J.

Info: Les anonymes

[ . ]

Commenter

Commentaires: 0