Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 34
Temps de recherche: 0.1138s

globalisation

La société est de plus en plus appréhendée et traitée comme un “réseau” plutôt que comme une structure (et encore moins comme un “tout” compact) : elle est perçue comme une matrice de connexions et de déconnexions réalisées de façon aléatoire et surtout comme un nombre infini de permutations possibles.

Auteur: Bauman Zygmunt

Info:

[ flux informationnels ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

A l’origine, Facebook était un réseau social, resserré sur ce qu’on appelle "les liens forts", c’est-à-dire vos interactions avec les personnes dont vous êtes les plus proches. Le problème, c’est que quand l’usage est vraiment social, il est difficile de le rentabiliser. Amener une publicité pour un annonceur extérieur dans une conversation entre proches, c’est extrêmement violent et ça ne donne pas envie de cliquer.

C’est donc pour gagner de l’argent que Facebook a fait venir d’autres éléments dans le fil d’actualité : les informations, les images, les vidéos…, y compris les fausses informations. Cela change la posture de l’internaute : il n’est plus engagé, il lit. Et avec cette métamorphose, Facebook était devenu beaucoup moins une plate-forme de sociabilité qu’une interface de lecture. Le volet social s’est déporté sur WhatsApp, Snapchat, Instagram ou encore Messenger. Le changement d’algorithme annoncé en début d’année revient en partie sur cette évolution, en voulant redonner de l’importance aux amis proches.

Auteur: Cardon Dominique

Info: https://www.lemonde.fr, 21 octobre 2018

[ lire ] [ évolution ] [ bulles informationelles ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sociologie

Le comportementalisme radical joue ce rôle à la fois lucide et démoralisant de montrer à des sujets qui pensaient s'être émancipés des déterminations que, en ce qu'ils pensent être des singularités inassignables, ils continuent à être prévisibles, petites souris mécaniques dans les griffes des calculateurs. Vue depuis les algorithmes, la société ne repose plus sur de grands systèmes de déterminations, mais elle est une sorte de micro-physique des comportements et des interactions que des capteurs placés à bas niveau savent décoder.

Auteur: Cardon Dominique

Info: A quoi rêvent les algorithmes : Nos vies à l'heure des big data, p. 69

[ singularités facebook ] [ métadonnées ] [ bulles informationelles ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseau social

Twitter est le seul parmi eux que j'ai jamais utilisé. J'aime avoir le sentiment que ma perception du monde s'élargit sans cesse, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, par la possibilité de suivre les réactions d'une centaine de personnes à travers le monde que je suis personnellement, de manière à avoir une idée de qui elles sont et comment elles se sentent. Il n'y a jamais rien eu de tel auparavant, du moins en ce qui concerne cette digeste bande passante de 140 caractères sur laquelle repose Twitter. Je peux me réveiller, ouvrir Twitter, et jeter un oeil sur l'état psychique de la planète.

Auteur: Gibson William

Info: www.businessinsider.com

[ information ] [ globalité ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

anti-TV

La télévision n’est jamais aussi vulgaire que lorsqu’elle feint de s’intéresser à un objet qu’elle méprise. La télévision méprise l’Art. Il est son ennemi juré‚ il met en évidence‚ sans un mot – il suffit de les confronter –‚ sa petitesse et lui rappelle qu’elle n’est rien de plus qu’un outil. La télévision est un médium – ce n’est pas rien – mais elle souhaite ardemment devenir un spectacle à part entière. Dès lors‚ elle s’appuie sur l’Art‚ entre autres choses‚ pour s’élever au-dessus de sa condition. Elle le vampirise. Elle le réduit à ses propres dimensions ("on ne voit rien") et elle l’oblige à parler le même langage qu’elle.

La télévision se croit essentielle. Elle a raison‚ c’est elle qui fait la pluie et le beau temps. Elle peut rendre célèbre n’importe qui et le faire disparaître en l’oubliant. Elle est le plus grand dénominateur commun : fatalement‚ au nom du populaire‚ elle se laisse aller au populisme et nivelle par le bas. À quand un Ministère de la Communication et (accessoirement) de la Culture ?

Quand la télévision fait sa fête au théâtre‚ elle se soucie moins de l’Art en question – il suffit de regarder les programmes pour constater qu’elle s’en fiche royalement – que de le réduire à son moule‚ s’en servir pour sa propre cause. Et comme le seul but de la télévision‚ actuellement‚ est de remplir le temps qui lui est imparti et de ratisser large‚ ce qu’elle nomme une fête devient un défilé longuet de gens connus du plus grand nombre. C’est mal cuisiné mais il y a beaucoup de plats.

Le problème avec le théâtre‚ c’est qu’il n’y a pas de "vedettes". Une vedette est fabriquée par la télévision‚ y compris celles du cinéma‚ et comme elle n’a que faire du théâtre‚ les organisateurs se retrouvent en manque. Les seules vedettes du théâtre qu’on puisse connaître sont celles du théâtre télévisé‚ tendance Sabbagh ou celles du cinéma‚ revenues à la source ("C’est là qu’est mon seul amour... "). On se retrouve donc‚ pour "honorer" le théâtre‚ avec une cohorte de gens‚ tous respectables au demeurant‚ mais dans bien des cas‚ à des années-lumière de ce qu’est la réalité de ce métier. Le temps de devenir une vedette grâce à la télévision et le train est largement passé.
D’où l’aspect fête de charité‚ amicale des anciens élèves‚ gala de l’Union des artistes ou noces d’or des grands-parents.

Pourtant‚ devant tant de vulgarité‚ un pauvre digne et magnifique fait taire la médiocrité. Terzieff parle. Et la télévision la ferme. Elle ne gouverne plus. Elle est à son service‚ elle doit se rapprocher de lui‚ le cadrer comme un acteur‚ et non comme un présentateur. Il ne la regarde pas‚ il parle au public. Il prend son temps‚ pas de chronomètre dans la poche. Il est un acteur‚ le théâtre sur la scène. Et paradoxalement‚ il fait de la bonne télévision.
Les dames patronnesses en restent un instant bouche bée : le théâtre est grand‚ il se suffit à lui-même‚ il ne rêve pas de "passer à la télé"‚ il ne demande qu’à vivre. Les médailles‚ c’est bon quand on est mort.

Auteur: Lagarce Jean-Luc

Info: Article paru dans 7 à Paris en 1988 à propos de la cérémonie des Molières signé Paul Dasthré (inspiré d’un personnage balzacien‚ cf. Le Roman de Jean-Luc Lagarce de J.-P. Thibaudat) qui est le pseudonyme sous lequel Jean-Luc Lagarce écrivit quelques articles dans la presse.

[ coup de gueule ] [ nivellement par le bas ] [ pouvoir informationnel ] [ média descendant ]

Commenter

Ajouté à la BD par Bandini

infobésité

Des chercheurs ont ainsi affirmé que l’information produite sur notre planète en cinq ans, au tournant du XXIe siècle, a été quantitativement supérieure à l’ensemble de l’information imprimée depuis Gutenberg. En 2005, l’humanité a produit 150 exabits de données, et 1200 en 2010 !

Auteur: Bronner Gérald

Info: Dans "La démocratie des crédules" page 33

[ chiffres ] [ évolution ] [ surinformation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

imagination

La terreur est une mémoire du futur.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: Dans "Crépuscule des pensées"

[ temps ] [ information ] [ pessimisme ] [ précognition ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

infobésité

Notre culture du sens croule sous l'excès de sens, la culture de la réalité croule sous l'excès de réalité, la culture de l'information croule sous l'excès de l'information. Ensevelissement du signe et de la réalité dans le même linceul.

Auteur: Baudrillard Jean

Info: Le crime parfait

[ surinformation ] [ surcharge informationnelle ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

médias

J'ai toujours été d'avis que le bon type de journalisme est un élément essentiel de notre démocratie.
(...)
J'ai développé un intérêt pour soutenir les journalistes indépendants d'une manière qui exploite au maximum leur travail, le tout dans l'intérêt public.

Auteur: Pierre Omidyar

Info:

[ informations ] [ justice ] [ transparence ] [ égalité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

injustice

La censure épargne les corbeaux et tourmente les colombes

Auteur: Juvénal Decimus Junius

Info:

[ pouvoir ] [ information ]

Commenter

Commentaires: 0