Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
(SITE EN RENOVATION JUSQU'A FIN 2017, fonctionne, mais avec des bugs !! ) Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES. Ce ne sont plus tant les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, la lecture, le rêve, l'humour. Les mots et les images que vous y mettez. Faites-vous plaisir... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 9
Search time counter: 0.0469s

préoccupation

Il y a des réflexions qu'on tente de tenir à distance , mais elles reviennent quand même vous asticoter .

Auteur: Banville John

Info: La blonde aux yeux noirs

[ souci ] [ obsession ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Pouvait-il parler et choisissait-il de se taire, personne ne semblait le savoir. Etait-il muet ou taciturne, taciturne ou muet ?

Auteur: Banville John

Info: La mer

[ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

répartie

Vous avez une mine épouvantable, me lança-t-elle.
- Et vous, vous avez la mine florissante du solde bancaire de votre maman.

Auteur: Banville John

Info: La blonde aux yeux noirs

[ pauvreté ] [ richesse ]

Commenter

Commentaires: 0

fond-forme

Terry était un salopard , mais je l'aimais bien quand même . C'était un salopard qui avait du style, et le style , moi j'apprécie.

Auteur: Banville John

Info: La blonde aux yeux noirs

[ attitude ] [ sentiment mélangé ]

Commenter

Commentaires: 0

réminiscence

Le goût de son rouge à lèvres rappelait quelque chose de l'enfance, de la pâte à modeler ou des bonbons à trois sous.

Auteur: Banville John

Info: La Lettre de Newton

[ maman ] [ odeur ]

Commenter

Commentaires: 0

maturité

Oui, c'est bien ce que je pensais que l'âge adulte m'apporterait, une sorte de long été indien, un état de quiétude, d'incuriosité paisible, totalement purgé des impatiences tout juste supportables de l'enfance, où tout ce qui m'avait intrigué autrefois était enfin réglé, tous les mystères révélés, toutes les questions résolues et où les moments s'écoulaient un à un, presque à mon insu, goutte d'or après goutte d'or, en attendant, à mon insu ou presque, l'ultime coup de grâce.

Auteur: Banville John

Info: La mer, Robert Laffont, 2007, page 92

[ dégustation ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Si on me demandait : "Quelle est la plus grande invention de l'humanité?", je dirai : "la phrase".
Il y a des civilisations, je ne me souviens pas si c'était les Aztèques ou les Incas - de très grandes civilisations - qui ne connaissaient pas la roue. Mais ils ont dû avoir la notion de la phrase, car c'est par la phrase que nous pensons, que nous communiquons, que nous décidons... de la loi, que nous décidons de la guerre. La phrase est l'unité de base de l'être humain.

Auteur: Banville John

Info: Entretien dans "Les carnets de route" de François Busnel, 10 avril 2014

[ sens ] [ direction ] [ modulation ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

On évoluait dans l'inconnu, en fin de compte, autant elle que moi, sûrement. Si j'avais été un homme plutôt qu'un jeune garçon, elle aurait su comment se comporter, aurait recouru à des plaisanteries, à des sourires ironiques, et aurait affiché une mine réticente pour exprimer le contraire – le jeu habituel –, mais que fallait-il qu'elle fasse de moi, ramassé en crapaud à sa table de cuisine, le bas du pantalon humide et légèrement fumant, les yeux farouchement baissés, les coudes plantés sur le plateau en bois, la tasse solidement calée entre les mains et rendu muet par la timidité et une secrète luxure ?

Auteur: Banville John

Info: La lumière des étoiles mortes

[ rencontre ] [ décalage ] [ ambiguïté ]

Commenter

Commentaires: 0

rencontre

En fendant la foule pour suivre Chloé jusqu’au Strand Café, je tâtais mes lèvres du bout des doigts, ces lèvres qui l’avaient embrassée, m’attendant à moitié à les trouver inchangées d’une façon infiniment subtile mais radicale. Je m’attendais à ce que tout ait changé, à l’image de la journée, sombre, humide et tendue de nuages pansus à notre entrée au cinéma en plein après-midi et vibrante de lumières fauves et d’ombres distendues, maintenant que le soir était venu, que les prêles ruisselaient de gemmes et qu’un voilier rouge dans la baie tournait sa proue vers l’horizon d’un bleu déjà crépusculaire au loin.
Le café. Dans le café. Dans le café, nous.

Auteur: Banville John

Info: La mer

[ analogie ] [ femmes-hommes ] [ éblouissement ]

Commenter

Commentaires: 0