Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
(SITE EN RENOVATION JUSQU'A FIN 2017, fonctionne, mais avec des bugs !! ) Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES. Ce ne sont plus tant les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, la lecture, le rêve, l'humour. Les mots et les images que vous y mettez. Faites-vous plaisir... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 8
Search time counter: 0.1075s

mutisme

Tous les silences ne font pas le même bruit.

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: Alors vous ne serez plus jamais triste

[ communication ] [ interruption ]

Commenter

Commentaires: 0

impuissance

"Ta braguette est ouverte, papi.
- On peut laisser la cage ouverte quand l'oiseau est mort", ricana-t-il.

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: La Ballade de l'Enfant Gris

[ humour ] [ vieillesse ]

Commenter

Commentaires: 0

neige

Les flocons tombaient de plus en plus gros.
C'est pas tous les jours que les nuages perdent leurs plumes, hein, No' ?

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: La Ballade de l'Enfant Gris

[ métaphores-comparaisons-etc ] [ hiver ]

Commenter

Commentaires: 0

hommes-par-femmes

Il me faisait l'amour comme il jouait à ses jeux sur la console, pressant les boutons dans le désordre, avec l'espoir que quelque chose arrive...

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: La Ballade de l'Enfant Gris

[ sexe ] [ maladresse ]

Commenter

Commentaires: 0

espérance

Ce n'est pas l'amour qui permet au coeur de battre, ce sont des cellules musculaires, mais c'est la poésie, l'immortelle poésie, l'indéfectible poésie, l'inaltérable et légère poésie du monde qui a fait de l'amour le moteur du cœur des hommes.

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: La mort est une garce

[ romantisme ]

Commenter

Commentaires: 0

humour

- [...]. Et j'ai des mouchoirs , si vous voulez pleurer.
- Il en faudrait trop.
- J'ai une serviette dans le coffre, elle servait pour les chiens.
- Ils pleuraient ?
- Non, ils empestaient ! Imaginez deux gros labradors fous et excessifs, ajouta la vieille dame. Un jour, j'ai lancé un morceau de bois, ils m'ont rapporté un arbre !

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: Alors vous ne serez plus jamais triste, p 274

[ exagération ] [ chien ]

Commenter

Commentaires: 0

jouvence

Un enfant, ça a ce pouvoir d'attendrir même ce qu'il y a de plus âpre en toi, de plus inflexible. Sa tête posée sur une épaule, son souffle sur ta joue quand il dort dans tes bras, ses gestes malhabiles quand il peigne ses cheveux, ces gestes d'adulte en miniature, la chaleur de son corps, sa manière de manger vorace et festive, à chaque fois.
Ça te retourne l'âme comme on retourne un gant, No', ça te lave de tout avant de tout remettre en place, mais pure.

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: La Ballade de l'Enfant Gris

[ gamin ] [ roboratif ] [ reconstituant ]

Commenter

Commentaires: 0

agonie

L'odeur du cinquième colle à ma blouse. Je la nettoierais cent fois qu'elle garderait encore la trace de mes allers et retours incessants.
Là-haut, la femme-oiseau-de-feu s'accroche et ne lâche rien :
- Pas de morphine. Je serai là jusqu'au bout, sans avoir l'esprit embrouillé.
L'équipe et moi passons chaque jour pour lui faire entendre raison. Parce qu'elle souffre et qu'on espère la soulager, croit-on.
Elle nous observe avec indulgence, elle sait la vérité : l'équipe soignante et moi, on voudrait tous qu'elle accepte pour nous tranquilliser, parce que la mort, c'est douloureux et effrayant : nous avons beau la côtoyer tous les jours, elle fait tous les jours aussi peur. Chaque soignant remet une couche lors de son passage :
- Pas d'antalgiques ? Êtes-vous certaine ?
Ou :
- On ne vous laissera pas dans cet état !
Hier, c'en était trop, la femme-oiseau-de-feu a haussé le ton et, avec l'air d'une mère qui dispenserait une leçon à son fils, elle a tapoté ma joue :
- Vous vous inquiétez tous pour rien : mon état ne signifie pas que je vais mourir, mais que je suis arrivée à la fin de ma vie.
Voilà : pas sa mort, non, mais la fin de sa vie. Tout simplement. Pour elle, la différence est abyssale. Elle est sereine dans sa douleur et dans la fin de sa vie. Réfléchit-on jamais au sens de certains mots ? Ils sont cuisants comme une brûlure de cigarette, mais ils font sens.

Auteur: Beaulieu Baptiste

Info: Alors voilà : Les 1001 vies des Urgences

[ passage ] [ détachement ] [ foi ]

Commenter

Commentaires: 0