Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres.  EXEMPLES  :  punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.   Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.        ( NOUS AIDER ! )   ... Lire la suite >>
Search results: 19
Search time counter: 0.2281s

réflexivité

Nous n'adhérons à nos lectures que pour autant qu'elles suscitent en nous ce petit choc à quoi l'on reconnaît une grande vérité humaine.

Auteur: Blondin Antoine

Info: Ma vie entre des lignes, Oeuvres, Robert Laffont, Bouquins 1991 <p.871>

[ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

tranquillité

Cocteau disait à peu près qu'il y avait un grave danger à ne pas ressembler à l'idée que les gens se font de vous.

Auteur: Blondin Antoine

Info: Un malin plaisir

[ conformisme ] [ adaptation ]

Commenter

Commentaires: 0

partir

À la fin, il ne me resta plus que le sentiment presque grisant de constater ma propre absence et que cette absence ne laissait aucun vide.

Auteur: Blondin Antoine

Info: L'Humeur vagabonde

[ non être ]

Commenter

Commentaires: 0

vélo

Pour la troisième fois, la "sangsue" officielle et légendaire de ce début du Tour voyait l'espoir amenuisé de battre en brèche son rival fondre sur le pavé et s'écouler avec le sang. Il n'était plus celui qui suce, il était celui qui répand.

Auteur: Blondin Antoine

Info: Le sang de la sangsue, L'Équipe, 16 juillet 1955, à propos de Nello Lauredi, la Sangsue du Tour 1955

Commenter

Commentaires: 0

labeur

Mais le coureur est un animal plus heureux que les autres. Vous croyez que c'est drôle de descendre à la mine, de passer des heures derrière un bureau ? Lui, il est libre. Il circule. Il peut attaquer et se défendre. C'est un prolétaire qui a bien tourné.

Auteur: Blondin Antoine

Info: Tauromachines, L'Équipe, 13 juillet 1957

[ sport ] [ vélo ]

Commenter

Commentaires: 0

courage

L'homme se distingue de l'animal en ceci qu'il est doué d'arrière-pensées. Ayez confiance en lui : on peut exiger à l'intérieur ce que l'on ne voit pas à la devanture. Quand Guillaumet en détresse dans la cordillère des Andes déclare : "Ce que j'ai fait, une bête ne l'aurait pas fait", nous le croyons d'autant plus que ses actes sont chargés de sens et de prix. La signification est un des privilèges de l'espèce.

Auteur: Blondin Antoine

Info: Ma vie entre des lignes/Oeuvres/Robert Laffont/Bouquins 1991 <p.1015>

Commenter

Commentaires: 0

sport

Il nous arrive de moquer les Italiens pour le culte outrancier qu'ils vouent à leurs "campionissimi", leur partialité exclusive, leur mauvaise foi. Heureux "campionissimi" ! Pareille chose ne risque pas d'arriver à nos champions. Non, certes, que nous n'ayons besoin d'idoles, comme tout le monde. Nous savons même fort bien nous en forger quand le besoin s'en fait sentir. Mais nous avons trop d'esprit pour accepter généreusement d'être l'esclave de nos admirations. Le Français, né malin, a peur d'être dupe.

Auteur: Blondin Antoine

Info: <p.1031>

Commenter

Commentaires: 0

infirmité

Le goût des choses de la vie: j'emploie cette locution en hommage à Valery Larbaud frappé lui aussi d'aphasie, un peu plus d'un demi-siècle après Baudelaire (...). Le langage humain en se retirant laissa à la disposition de Larbaud une seule phrase d'une douceur miraculeuse: "Bonsoir les choses de la vie." Ce mot de passe ample et déchirant devint l'instrument de communication de l'écrivain foudroyé avec les personnes dignes de lui faire escorte au long des nombreuses années assourdies qu'il lui restait encore à accomplir.

Auteur: Blondin Antoine

Info: Baudelaire, Collection Génies et Réalités

[ dernières paroles ]

Commenter

Commentaires: 0

citation

"Qu'ai-je fait de ma vie ? ..." Pour ce qui me concerne, c'est une façon très optimiste de poser la question. Peut-être conviendrait-il plutôt de me demander ce que la vie a fait de moi. Je me suis, en effet, rarement dérobé aux tentations qui s'offraient de part et d'autre de mon chemin, si bien qu'en me donnant l'illusion de mener mon existence à ma guise, je n'ai fait que la plier aux sollicitations des circonstances. De grandes libertés m'ont réduit en esclavage. Je me suis beaucoup abandonné en route...

Auteur: Blondin Antoine

Info: Ma vie entre des lignes/Oeuvres/Robert Laffont, Bouquins 1991 <p.1110>

[ circonstances ]

Commenter

Commentaires: 0