Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
(SITE EN RENOVATION JUSQU'A FIN 2017, fonctionne, mais avec des bugs !! ) Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES. Ce ne sont plus tant les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, la lecture, le rêve, l'humour. Les mots et les images que vous y mettez. Faites-vous plaisir... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 6
Search time counter: 0.033s

dernières paroles

Hhhhggg...

Auteur: Calet Henri

Info:

[ épectase ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

On ne se demande rien, de peur d'entendre ses propres réponses.

Auteur: Calet Henri

Info:

[ crainte ]

Commenter

Commentaires: 0

existence

La vie est un tapis roulant qui ne s'arrête jamais, la vie est un verre d'eau dans lequel on se noie, la vie est un mur de prison sur lequel on écrit avec ses ongles, la vie est une poêle dans laquelle on frit.

Auteur: Calet Henri

Info: Peau d'ours

Commenter

Commentaires: 0

paternité

Je pense que j'ai eu tort de te faire venir en ce monde. Tu verras, ce n'est pas très drôle, quoi qu'on en dise. Te voilà, par ma faute, condamné à la peine de vie. Mais rassure-toi, ce n'est pas si long qu'il y paraît : tout a une fin.

Auteur: Calet Henri

Info: Monsieur Paul, p. 60, Chapitre 2, 2 Septembre 1949

[ remords ]

Commenter

Commentaires: 0

vieillesse

C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il faut se quitter déjà ? Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.

Auteur: Calet Henri

Info:

[ émotion ] [ hypersensibilité ]

Commenter

Commentaires: 0

tanière

Je demeure chez moi autant que je le peux, dans ma soupente, au huitième étage, où il fait très froid l'hiver, trop chaud l'été. Je suis revenu aux mansardes de mon enfance. Ma soupente ressemble par ses dimensions à une cellule, à une cabine de transatlantique, à un belvédère, ou bien, quelquefois, à une dunette... Elle est meublée d'une armoire blanche, d'une table de sapin teinte au brou de noix, sur quoi j'écris, d'une chaise, d'un lit-divan où je dors, où je rêve les yeux ouverts, ou fermés, pendant que le réveil-matin grignote ce qui reste de la nuit.

Auteur: Calet Henri

Info: Le tout sur le tout

[ littérature ] [ terrier ]

Commenter

Commentaires: 0