Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES :  humour, punchlines, réparties, etc. Attention de faire un RESET après une recherche compliquée. Ce ne sont plus les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexivité, la lecture, le rêve, la fantaisie ; les mo... Lire la suite >>
Search results: 8
Search time counter: 0.0286s

vieillesse

La mort aussi est une vieille dame aux dents fragiles d'avoir tant rongé.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info:

[ élimée ]

Commenter

Commentaires: 0

laisser-aller

Fernando se couche et attend l'arrivée du sommeil ou des larmes. Un corps couché n'espère pas grand chose et se livre à ce qui vient.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info:

[ s'endormir ] [ abandon ]

Commenter

Commentaires: 0

points de vue

Il est difficile de faire la part de la justice et de la trahison, car leurs procédés se confondent, et c’est toujours celui qui raconte l’histoire qui en détermine la morale.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info: Les hommes n'appartiennent pas au ciel , p.108

[ relatifs ] [ relativité ]

Commenter

Commentaires: 0

réalité

Vivre dans un lieu c’est être ce lieu, c’est lui prêter une âme et en recevoir une autre en échange. Les biographies devraient se classer par lieux et non pas par dates. Dans cette rue, je fus comme ceci, dans celle-là, je fus tout autrement. Personne ne sait décrire une ville, ce sont les villes qui nous écrivent.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info: Les hommes n'appartiennent pas au ciel

[ miroir ]

Commenter

Commentaires: 0

acrophobie

- Lorsque le monde fut créé, les hommes furent posés les pieds sur la terre et avec la crainte des hauteurs. Les hommes n'appartiennent pas aux hauteurs, comme les oiseaux et les anges, le vertige nous fut donné par la nature pour que nous ne l'oubliions pas. Les hommes qui montent trop haut sont poussés par le diable, en dessous de tout, vers l'enfer auquel ils aspirent. La force de la terre est celle du diable à attirer les gens.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info: Les hommes n'appartiennent pas au ciel

[ peur du vide ]

Commenter

Commentaires: 0

être humain

Un homme qui écrit peut transformer le monde à son gré. Le code infaillible des lettres les unes derrière les autres renferme tout ce qui est connu, passé, futur et le présent tel qu'il doit être. Une armée a gagné une bataille car c'est écrit dans un livre, un homme est mort, un empire s'est effondré, un dieu vint sur terre. L'homme est parole, l'empire est parole, l'armée et Dieu et tout, rien que des paroles inventées à l'heure où les hommes sont devenus hommes.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info: Les hommes n'appartiennent pas au ciel

[ langage ] [ verbe ]

Commenter

Commentaires: 0

solitude

Le dimanche, beaucoup d’hommes sont perdus dans les rues, et Karl avec eux. New York ne sait que faire des heures libres, la ville et ses habitants deviennent des choses creuses, des yeux vides, des pieds qui marchent parce qu’ils ne savent rien faire d’autre.
La famille épargne l’ennui a beaucoup de gens, dans une famille, toutes les heures ont un nom : l’heure de manger, l’heure de se promener, l’heure de rentrer, l’heure de manger encore. Le dimanche, les appartements de New York se remplissent de familles et de lumière, ils se transforment en phares pour celui qui a perdu sa route.
Pendant les heures vides du dimanche, des questions sont posées qui n’ont pas de réponse et il est des hommes qui se tuent. Il y a beaucoup d’hommes qui meurent le dimanche dans la ville.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info: Les hommes n'appartiennent pas au ciel

[ week-end ] [ ennui ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-hommes

Karl n’y connaît rien aux femmes, du moins rien qui soit vrai ou utile. Il sait de quoi elles ont l’air et comment elles parlent, il en sait un peu sur leurs corps et les services qu’elles rendent, mais il ne sait plus rien d’autre. Il ne suffit pas d’être sorti d’elles pour connaître les femmes, pas plus qu’il ne suffit d’entrer dans leur corps. Un homme qui entre dans une femme peut ne jamais la connaître, car pour cela il faut beaucoup de temps et un désir qui ne s’éteigne pas avec le jour.
Chaque femme est une somme de parcelles innombrables, une pour chaque homme passé, pour chaque homme aimé, pour chaque douleur, pour chaque enfant. Certaines parcelles sommeillent jusqu’à ce qu’un effleurement les fasse tressaillir, d’autres brûlent d’un feu autonome, même si rien ne vient le nourrir.

Auteur: Camarneiro Nuno

Info: Les hommes n'appartiennent pas au ciel

[ mystère ]

Commenter

Commentaires: 0