Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.   EXEMPLESJEUX et PASSE-TEMPSCHAINESPUNCHLINESHUMOURREPARTIESFEMMES. ETC.          ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.             ... Lire la suite >>
Search results: 9
Search time counter: 0.0258s

adaptation

Les mondes nouveaux doivent être vécus avant d'être expliqués.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Le Partage des eaux

[ acclimatation ]

Commenter

Commentaires: 0

nature

Un jour, les hommes découvriront un alphabet dans les yeux de la calcédoine, dans le velours brun de la phalène, et alors on verra avec étonnement que chaque escargot boueux est, depuis toujours, un poème.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: The Lost Steps.

[ contemplation ] [ mystère dévoilé ]

Commenter

Commentaires: 0
Is added to chains

baise

Nous nous disputions parfois terriblement pour nous étreindre ensuite avec colère, tandis que nos visages, si proches qu'ils ne pouvaient se voir, se disaient des injures que la réconciliation des corps transformaient en éloges crus du plaisir reçu.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Le partage des eaux, p.38

[ raccommodement ] [ sexe ]

Commenter

Commentaires: 0

raisonnements

La prodigieuse nouveauté, c'était Dieu. Dieu qui s'était révélé à lui dans le cigare allumé par la vieille, la veille de sa maladie. Le geste soudain qu'elle avait fait pour saisir une braise dans le fourneau, et la lever à hauteur de son visage, qu'il avait vu si souvent dans les cuisines de son enfance, s'était amplifiée en une suite de déductions écrasantes.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Chasse à l'homme

[ vertige ] [ pensée ] [ gamberge ] [ vitesse ] [ esprit ]

Commenter

Commentaires: 0
Is added to chains

allégresse

Je demeurai silencieux un temps que la joie intérieure libéra de toute mesure. Quand je repris conscience de son écoulement, dans un geste de dormeur qui étire ses bras tout en ouvrant les yeux, j’eus l’impression que quelque chose en moi avait mûri et se manifestait sous la forme singulière d’un grand contrepoint de Palestrina qui résonnait dans ma tête avec la majesté de toutes ses voix.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Le Partage des eaux

[ élan ] [ explosion ]

Commenter

Commentaires: 0

vie

Dans le Royaume des Cieux, il n'y a aucune grandeur à gagner, dans la mesure où une hiérarchie est établie, l'inconnu se révèle, l'existence est infinie, il n'y a aucune possibilité de sacrifice, tout est joie et repos. C'est pourquoi, courbé par la souffrance et les devoirs, magnifique au milieu de sa misère, capable d'aimer face aux malheures et aux épreuves, l'homme ne trouve sa grandeur, sa pleine mesure, que dans le Royaume de ce Monde.

Auteur: Carpentier Alejo

Info:

[ combat ] [ foi ] [ paradis ]

Commenter

Commentaires: 0

existence

Maintenant, il comprenait qu'un homme ne sait jamais pour qui il souffre et pour qui il espère. Il souffre, espère et travaille pour des gens qu'il ne connaîtra jamais, et qui, à leur tour, souffriront et espéreront et travailleront pour d'autres qui ne seront pas heureux non plus, car l'homme cherche toujours un bonheur bien au-delà de ce qui lui est réservé. Mais la grandeur de l'homme consiste dans le fait même de vouloir être meilleur qu'il n'est. En s'imposant des devoirs. Dans le Royaume des Cieux, il n'y a pas de grandeur à gagner, dans la mesure où il y a une hiérarchie établie, l'inconnu se révèle, l'existence est infinie, il n'y a pas de possibilité de sacrifice, tout est repos et joie. C'est pourquoi, courbé par la souffrance et les devoirs, magnifique au au milieu de sa misère, capable d'aimer face aux afflictions et aux épreuves, l'homme ne trouve sa grandeur, sa pleine mesure, que dans le Royaume de ce Monde.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: The Kingdom of This World

[ combat ] [ croyance ]

Commenter

Commentaires: 0

jungle

Ce qui m'étonnait le plus était l'infini mimétisme de la nature vierge. Ici rien ne répondait à son aspect ; il se créait un monde d'apparences qui cachait la réalité, qui remettait en question beaucoup de vérités. Les caïmans à l’affût dans les bas fonds de la forêt inondée, immobiles, la gueule prête, ressemblaient à des troncs pourris, recouverts d'anatifes ; les lianes avaient l'air de reptiles, les serpents de lianes, quand leur peaux n'avaient pas des nervures de bois précieux, des ocelles d'ailes de phalènes, des écailles d'ananas ou des anneaux de corail ; les plantes aquatiques formaient le tissus serré d'un tapis touffus, cachaient l'eau qui coulait en dessous, prenaient l'aspect d'une végétation de terre ferme ; les écorces tombées prenaient tout à coup une consistance de laurier en saumure ; les champignons étaient des coulées de cuivre, des saupoudrages de souffre, près de l'aspect trompeur d'un caméléon un peu trop branche, un peu trop lapis-lazuli, un peut trop plomb strié d'un jaune intense, lequel simulait à présent des éclaboussures de soleil tombées à travers des feuilles qui ne laissaient jamais passer le soleil tout entier. La forêt vierge était le domaine du mensonge, du piège, du faux semblant ; tout était travesti, stratagème, jeu d'apparences, métamorphoses. Domaine du lézard concombre, de la châtaigne hérisson, de la chrysalide mille-pattes, de la larve à corps de carotte, du poisson-torpille, qui foudroyait du fond de la vase visqueuse.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Le partage des eaux, pp 222 et 223

[ masques ] [ littérature ] [ reflets ]

Commenter

Commentaires: 0

nature

La forêt vierge était le domaine du mensonge, du piège, du faux-semblant ; tout y était travesti, stratagème, jeu d’apparences, métamorphose. Domaine du lézard-concombre, de la châtaigne-hérisson, de la chrysalide-mille-pattes, de la larve à corps de carotte, du poisson-torpille, qui foudroyait du fond de la vase visqueuse. Lorsqu’on passait près des berges, la pénombre qui tombait de certaines voûtes végétales envoyait vers les pirogues des bouffées de fraîcheur. Mais il suffisait de s’arrêter quelques secondes pour que le soulagement que l’on ressentait se transformât en une insupportable démangeaison causée, eût-on dit, par des insectes. On avait l’impression qu’il y avait des fleurs partout ; mais les couleurs des fleurs étaient imitées presque toujours par des feuilles que l’on voyait sous des aspects divers de maturité ou de décrépitude. On avait l’impression qu’il y avait des fruits ; mais la rondeur, la maturité des fruits, étaient imités par des bulbes qui transpiraient, des velours puants, des vulves de plantes insectivores semblables à des pensées perlées de gouttes de sirop, des cactées tachetées qui dressaient à un empan du sol une tulipe en cire safranée. Et lorsqu’une orchidée apparaissait, tout en haut, au-dessus des bambous et des yopos, elle semblait aussi irréelle et inaccessible que l’edelweiss alpestre au bord du plus vertigineux abîme. Mais il y avait aussi les arbres qui n’étaient pas verts, qui jalonnaient les bords de massifs couleur amarante, s’incendiaient avec des reflets jaunes de buisson ardent. Le ciel lui-même mentait parfois quand, inversant sa hauteur sur le mercure des lagunes, il s’enfonçait dans les profondeurs insondables comme le firmament. Seuls les oiseaux étaient vrais, grâce à la claire identité de leur plumage. Les hérons ne trompaient pas, quand leur cou s’infléchissait en point d’interrogation ; ni quand, au cri du vigilant coq-héron, ils prenaient leur vol effrayé dans un frémissement de plumes blanches.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Le partage des eaux

[ sauvage ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0