Ce ne sont plus les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, le rêve... Les mots et les images que vous y mettez... Et puis, faites-vous plaisir, comme vous voulez, par exemple en vous promenant sur 1 ou 2 mots  (ou 3, ou 4... ou début de mots) ou autres combinaisons qui feront plus ou moi... Lire la suite >>
Reset
Search results: 10
Search time counter: 0.0628s

absurde

Le caméléon n'a la couleur du caméléon que lorsqu'il est posé sur un autre caméléon.

Auteur: Cavanna François

Info:

Commenter

Commentaires: 0

macho

Il n'y a pas d'hommes impuissants, il n'y a que des femmes feignantes.

Auteur: Cavanna François

Info:

[ humour ]

Commenter

Commentaires: 0

monotonie

Je sais quand ça m'emmerde et quand ça m'amuse. Et quand ça m'emmerde, je ne peux pas arriver à me persuader que ça m'amuse. Je cherche pas à faire l'original, j'ai personne à épater, je sais seulement que l'ennui est pour moi une souffrance aigüe, violente, insoutenable. Les autres, je sais pas, ils sont sans doute moins douillets, alors je fuis les occasions de m'emmerder...

Auteur: Cavanna François

Info: Les yeux plus grands que le ventre

[ mal être ]

Commenter

Commentaires: 0

lucidité

L'humour fait mal. L'humour fait peur. Toujours, Parce que l'humour, c'est le réel. Le réel débarbouillé du masque de l'habitude.

Auteur: Cavanna François

Info:

[ vérité ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-hommes

Il est faux que les femmes frigides vivent plus longtemps que les autres. Simplement, le temps leur semble plus long.

Auteur: Cavanna François

Info:

[ humour ]

Commenter

Commentaires: 0

absurde

Quand la tour de Pise penche vers la droite, c'est qu'il va pleuvoir. Quand elle penche vers la gauche, c'est que vous arrivez par l'autre bout de la rue.

Auteur: Cavanna François

Info:

Commenter

Commentaires: 0

conscience

L'Univers roulait ses sphères, roulait, roulait, la vie naissait et mourrait, naissait et mourait, et nul ne s'en doutait, nul capable de s'en douter n'existait, et la matière diffuse se condensait, les volcans surgissaient, les torrents bondissaient, les herbes fleurissaient, se fanaient, fleurissaient de nouveau, les bêtes naissaient, grandissaient et mourraient, et ça ne gênait personne, n'angoissait personne. Il a fallu que survienne cette saloperie : la conscience. Et maintenant il y a quelqu'un pour contempler l'Univers, il y a quelqu'un qui sait qu'il est là, qu'il vit, qu'il vit très provisoirement, et qu'il va mourir : moi. La conscience est là, je ne peux pas faire qu'elle n'y soit pas, je ne peux pas faire comme si elle n'y était pas, je ne peux pas redevenir singe, ou chien, ou limace, ou caillou... La conscience est là, c'est à dire l'angoisse, Heureux les croyants, ils ont réponse à ça. Ils ont réponse à tout. Ils ont leur morphine. Heureux les croyants, mais je préfère mon angoisse et ses yeux grands ouverts.

Auteur: Cavanna François

Info: Lettre ouverte aux culs-bénits/Albin Michel 1994<p.63>

Commenter

Commentaires: 0

malentendu

Beethoven était tellement sourd que, toute sa vie, il a cru qu'il faisait de la peinture.

Auteur: Cavanna François

Info:

[ humour ]

Commenter

Commentaires: 0

savoir

Que cesse l'opposition "Science contre Nature", "artificiel contre naturel". La science est l'étude de tout ce qui est, c'est-à-dire de la nature. La compréhension de la nature se fait par la science, et ne se fait que par elle. C'est la science qui a découvert, par exemple, le rôle des vitamines dans la santé, celui des micro-organismes dans la maladie, d'où la nécessité d'une nourriture équilibrée, de la propreté et de l'asepsie. Il n'y a qu'une manière d'aborder la compréhension de l'existant, c'est l'utilisation du seul outil que nous ayons : notre raison. Encore cet outil nécessite-t-il un apprentissage : ce que Descartes appelait "la Méthode" et qui est tout simplement la logique scientifique stricte.

Auteur: Cavanna François

Info: La belle fille sur le tas d'ordures/L'Archipel, LdP9667 1991 <p.82>

[ cohérence ] [ unicité ]

Commenter

Commentaires: 0

religion

C'est bien connu: dans les périodes d'inquiétude générale, l'animal humain perd les pédales, rejette - plus encore qu'à l'accoutumée - les arguments de sa raison et plonge à corps perdu dans les tentations de l'irrationnel rassurant et exaltant. La crédulité s'engraisse sur le désarroi comme la mouche verte sur la charogne.

Auteur: Cavanna François

Info:

[ fuite ] [ extraterrestre ] [ exutoire ]

Commenter

Commentaires: 0