Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 11
Temps de recherche: 0.031s

fumets

Il est dix heures du matin et il commence à faire chaud, les gens sont fatigués et montent dans l'omnibus du cimetière (ce sont les mêmes que ceux des gares, du football et des arènes), certains, les plus loyaux et les plus en vue, ont passé la nuit à veiller le cadavre, les gens quand ils sont fatigués dégagent une odeur spéciale, Madeleine Immaculée Mugica, elle, ne sentait pas la femme fatiguée mais la femme morte, par contre Belle Turquoise sent la femme fatiguée, très fatiguée, on le remarque difficilement mais c'est vrai, mesdames, pour votre santé utilisez les lotions parfumées "Perleucuterol", malheureusement le parfum des lotions n'efface pas l'odeur traîtresse de la fatigue. Rien ne se crée ni ne se détruit dans la nature, les choses se déguisent et le cycle du carbone est lui aussi très mystérieux et riche en enseignements.

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 173

[ chimie ] [ publicité ] [ veille mortuaire ] [ courant de conscience ]

Commenter

Ajouté à la BD par Benslama

conseils

Allons, remets ta chemise, c'est assez ridicule car on devrait d'abord enfiler son caleçon, ce que je dis là est valable pour tout le monde, on peut être élégant en caleçon et sans chemise tandis que dans la tenue inverse, c'est-à-dire en chemise et sans caleçon, on offre un spectacle étrange et ridicule, si l'on est seul peu importe, on est seul un point c'est tout, comme dans son miroir, mais si on s'habille ou se déshabille devant une femme ou un ami il convient de procéder d'une façon plus ordonnée, bon maintenant mets ton caleçon, sagesse n'est pas bassesse, et pudeur ne veut pas toujours dire perversité, te voilà maintenant en chemise et en caleçon.

Auteur: Cela Camilo José

Info: San Camilo 1936, éd. Albin Michel, p. 200

[ 2éme personne du singulier ] [ convenances ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

indépendance

La liberté est une sensation. On peut parfois l'atteindre, enfermé dans une cage comme un oiseau.

Auteur: Cela Camilo José

Info:

Commenter

Commentaires: 0

motivation

Je dédie cette édition à mes ennemis, parce qu'ils m'ont beaucoup aidé dans ma carrière.

Auteur: Cela Camilo José

Info:

[ réagir ]

Commenter

Commentaires: 0

futur

Dans le monde de demain, l'homme parlera une infinité de dialectes, mais seulement quatre langues: l'espagnol, l'anglais, l'arabe et le chinois.

Auteur: Cela Camilo José

Info:

[ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

sadisme

Belle Turquoise est très soumise et se laisse aimer sans trop de ménagement, la faim est un puissant aiguillon, elle ne proteste pas et en remerciement récolte des rebuffades, le jour de sa fête Gabriel lui a chié entre les nichons et l'a obligée à dormir par terre sous prétexte qu'elle n'était qu'une putain, une sale et misérable putain, ce sont ses propres termes, Belle Turquoise s'est tue et a pleuré tout bas puis elle s'est endormie, allons, monte dans le lit, crevarde, ah si je ne t'aimais pas comme je t'aime !

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 182

[ acceptation ] [ justification ] [ femme-homme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

réflexion

Tâche de te calmer et renoue avec un double noeud ton cordon ombilical, le coeur suffoquant de doute et de méfiance tu te contemples dans la glace, tous les agonisants souffrent de ces deux maux, le doute est plus riche en enseignement que le savoir et aussi plus cruel, l'unique moyen de tomber juste est de soupçonner l'erreur, il ne te sert à rien de réclamer à ton miroir une autre image de toi, tu es tenu de jouer ton rôle et le miroir ne peut que te suivre et reproduire tes traits avec un naturalisme cruel, il n'occupe pas le mur entier, ce miroir, il est minable, mais tu peux à loisir l'imaginer énorme et imposant, et même le prolonger à travers le sol et le plafond et l'étirer tout autour de la chambre, imagine-toi en train de flotter comme un poisson à l'intérieur d'un grand récipient parallélépipédique dont le miroir tapisse chacune des six facettes, tu es habillé, ta cravate est nouée autour de ton cou mais qu'importe, tu peux te redéshabiller si tu veux, ou les yeux mi-clos te déshabiller par la pensée, tu peux également voir ton derrière et ta nuque ce qui est impossible avec un miroir simple, allons souris, le miroir te renvoie ton sourire, grimace et le miroir te renvoie ta grimace, pousse un cri ou chante, le miroir reste muet

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 208

[ espace virtuel ] [ autoportrait ] [ retrait narcissique ] [ 2e personne du singulier ] [ reflet ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

vision kaléidoscopique

La peur est mauvaise conseillère car elle inonde tout et détruit tout, Paquito attend la mort de son père pour rendre à ses amis leurs gentilesses, le petit verre de blanc, l'oisillon grillé, la petite sèche, la passe dans la maison close qui est au-dessus de "La Grappe d'Or", merci beaucoup Don Leoncio, Dieu vous le rendra, lorsque j'hériterai je saurai m'en souvenir, ça arrivera bien un jour, oui, mon garçon, ne te fais pas de souci, les choses finissent toujours par arriver, Paquito est maigre et tousse continuellement, voilà ce que c'est que de se masturber, dit Victoriano Palomo, ce Paquito est un fainéant et un je-m'en-foutiste qui cherche à vivre aux crochets des gens comme il faut, Paquito est entraîné par la foule rue de la Montera devant les ruines roussies de l'église Saint-Louis, des armes, des armes, des armes, les gens crient sans relâche et l'on voit déjà quelques fusils, l'UGT a distribué six ou huit mille fusils à ses militants, la radio diffuse plusieurs décrets, on retire au général de division Don Virgilio Cabanellas Ferrer le commandement de la première division, Don Leoncio a une vis de sa jambe artificielle qui se rouille et Donata la lui répare avec sa lime à ongles et un peu de vaseline, je crois que maintenant ça va, tu peux marcher ?

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 239-240

[ bricolage ] [ dépendance ] [ 2e personne du singulier ] [ guerre civile ] [ courant de conscience ] [ appréciation d'autrui ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

information

C'est à toi que je pose à présent cette question, non par cruauté mais à titre d'épreuve, voyons, dans quelle phase de la lune nous trouvons-nous ? Tu n'en sais rien mais ne t'inquiète pas, tout le monde l'ignore, ou si quelqu'un le sait ce n'est pas pour avoir regardé la lune, sois-en sûr, mais pour l'avoir lu dans un journal ou un calendrier, l'oncle Jérôme se met à rire et quitte le balcon, lorsqu'on écrira l'histoire des événements actuels on dira que Madrid a été brusquement peuplé d'une avalanche d'hommes et de femmes innombrables et identiques, ce qui sera faux, il n'y en a pas deux semblables et on peut certainement les dénombrer avec de la patience et un peu de méthode, le seul point difficile avec un melon étant de savoir par quel bout commencer...

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 446 - trad. C. Bourguignon et C. Couffon

[ narration ] [ 2e personne du singulier ] [ diversité ] [ crédulité collective ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

interactions

Nous vivons dans un pays de fous, personne ici n'est au courant de rien et la seule chose dont on soit capable c'est de tomber en rugissant sur le dos du voisin, de l'assassiner, de lui botter les fesses ou de lui pisser dessus, tout dépend du degré de criminalité atteint, les révolutions en Espagne tournent toujours à la boucherie, on tue son prochain on lui flanque son pied au cul on lui pisse dessus on lui crache au visage on lui fait des croche-pieds mais on ne change rien aux structures économiques et sociales, le peuple espagnol a toujours raison quand il sort dans la rue pour réclamer du pain et la justice, mais en quelques heures il la perd et a bientôt la garde civile sur le dos.

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 209

[ chaos ] [ soulèvement ] [ violence ] [ renversement de situation ] [ éthique ] [ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama