Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 14
Temps de recherche: 0.0534s

écriture

Je n'invente pas grand-chose dans mes romans, tout est déjà là. C'est une grande banalité de dire cela : la vie est romanesque.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info:

[ transposition ]

Commenter

Commentaires: 0

renaissance

Depuis l'accident, depuis que je suis sorti du coma, j'ai le sentiment d'avoir une perception plus affinée de la réalité. Comme si durant mon sommeil quelqu'un avait monté le son du vacarme du monde.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Le cas Sneijder

[ sensibilité ] [ mort imminente ]

Commenter

Commentaires: 0

métal

La rouille perforait avec patience les bas de caisse, grignotait les lèvres des ailes et les contreforts des portières. Cà et là, sur la malle et le capot, des bubons de peinture oxydés laissaient entrevoir l'âme brunie de la tôle.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Le cas Sneijder

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

rénovations

N'importe qui doté d'un peu de raison aurait vu, entre ces murs, un paquebot de soucis, un porte-avion d'emmerdements. Au lieu de fuir à toutes jambes ces arbres centenaires et ces toits grabataires, je montais en souriant vers le grand hall de l'étage.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Vous plaisantez, monsieur Tanner

[ naïveté ] [ propriétaire ]

Commenter

Commentaires: 0

sensibilité

Je n'aime pas la viande. Ni blanche, ni rouge. Il y a trop de souffrance à l'intérieur. A chaque bouchée, à chaque fois que je mastique, je la sens. Parfois c'est si écoeurant. Ça pèse sur ta langue comme un billot de bois. Et parfois tu ne peux même plus avaler.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Le cas Sneijder

[ végétarien ] [ imagination ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Quand elle est rentrée, ce soir, elle a enlevé son manteau et elle m'a annoncé qu'elle avait un cancer du sein qui s'était propagé un peu partout. Je l'ai prise dans mes bras et j'ai demandé : "Qu'est-ce qu'on va devenir ?" Elle a allumé une cigarette et a dit : "Qu'est-ce que tu vas devenir ?".

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Parfois je ris tout seul, p. 119

[ dépendance ]

Commenter

Commentaires: 0

rituel chrétien

Les célébrations catholiques m'ont toujours semblé surgir d'une autre époque, d'un autre monde, d'un âge sombre. Vêtus comme des empereurs incas, les célébrants marmonnent des incantations surjouées dans une langue morte, mélangent l'eau et le vin, bénissent un quignon de pain, et lors de la séquence dite de la "transsubstantiation" prétendent métamorphoser la vieille tranche d'azyme en une colombe divine.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

[ anachronique ] [ papistes ] [ ridicules ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

rénovations

Lorsque nous eûmes terminé le tour du propriétaire, il se gratta le crâne, se planta devant moi, glissa sa main dans son pantalon et, remettant en place ce qui devait l'être, me dit : "Bou zalé droit dans lé mour. Tout est à réprendre. Oun année dé santier. Trop de trabail." Reniflant machinalement le bout de ses doigts Edouard Gomez jeta un dernier regard à la bâtisse, sourit, secoua la tête, et me tendit la main comme un homme qui vient de conclure une bonne affaire.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Vous plaisantez, monsieur Tanner

[ estimation ] [ maçon ] [ chantier ] [ maison ] [ douche froide ]

Commenter

Commentaires: 0

gaule

Telle était ma famille de l'époque, déplaisante, surannée, réactionnaire, terriblement triste. En un mot, française. Elle ressemblait à ce pays qui s'estimait heureux d'être encore en vie, ayant surmonté sa honte et sa pauvreté. Un pays maintenant assez riche pour mépriser ses paysans, en faire des ouvriers et leur construire des villes absurdes constituées d'immeubles à la laideur fonctionnelle. En même temps, les boîtes des automobiles passaient de trois à quatre vitesses. Il n'en fallait pas plus pour que le pays tout entier fût convaincu d'avoir enclenché la surmultipliée.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Une vie française

[ vingtième siècle ]

Commenter

Commentaires: 0

chantier

Il faut savoir que, dans le bâtiment, les corps de métier se vouent un mépris aussi inexplicable qu'inextinguible. Le plâtrier tient le maçon pour un pouilleux et le plaquiste pour un escroc. Le chauffagiste regarde de haut le fumiste qui, lui-même, toise le jointeur. Quant à l'électricien, électron agaçant, il ne voit même pas le peintre que, souvent, le carreleur rabroue. Le charpentier n'est qu'un primate aux yeux du menuisier que le couvreur tient pour quantité négligeable, tandis que le zingueur, albatros des toitures, raille le plombier, vague ratier de la tuyauterie.

Auteur: Dubois Jean-Paul

Info: Vous plaisantez, monsieur Tanner

[ rapports humains ] [ professions ] [ Btp ]

Commenter

Commentaires: 0