Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 50
Temps de recherche: 0.0624s

effort

L'amour est une sollicitude active pour la vie et la croissance de ce que nous aimons. Là où manque ce souci actif, il n'y a pas d'amour. Cette dimension de l'amour a été admirablement décrite dans le livre de Jonas. Dieu dit à Jonas de se rendre à Ninive et d'avertir ses habitants qu'ils seront châtiés s'ils ne renoncent pas à leur conduite perverse. Mais Jonas, craignant que le peuple de Ninive ne se repente et que Dieu ne lui pardonne, se dérobe à sa mission. C'est un homme qui possède au plus haut point le sens de l'ordre et de la loi, mais sans amour. Cependant, dans sa tentative de fuite, il se retrouve dans le ventre d'une baleine, symbole de l'état d'isolement et d'emprisonnement auquel l'a conduit son manque d'amour et de solidarité. Dieu le sauve, et Jonas se rend à Ninive. Il prêche aux habitants comme Dieu le lui avait prescrit, et voilà qu'arrive cela même qu'il craignait. Les hommes de Ninive se repentent de leurs péchés, rectifient leur conduite, et Dieu leur pardonne et décide de ne pas détruire la ville. Jonas en conçoit un profond dépit et une vive irritation, il voulait que "justice" fût faite, non miséricorde. Finalement, il puise quelque réconfort à l'ombre d'un arbre que Dieu avait fait croître pour lui afin de le protéger du soleil. Mais quand Dieu fait en sorte que l'arbre se dessèche, Jonas déprimé se plaint avec colère. Dieu lui répond : "Tu te prends de pitié au sujet d'un ricin pour lequel tu n'as pas travaillé, que tu n'as pas fait croître, qu'une nuit a vu naître et qu'une nuit a vu périr. Et moi, je, n'épargnerais pas Ninive, cette ville florissante, dans laquelle il y a plus de cent vingt mille personnes qui ne savent distinguer leur main droite de leur main gauche, et aussi beaucoup de bétail ?". La réponse de Dieu à Jonas est à comprendre symboliquement. Dieu explique à Jonas que l'essence de l'amour est de "se donner de la peine" pour quelque chose et de "faire croître" quelque chose, que l'amour et le travail sont inséparables. On aime ce pour quoi l'on peine et l'on peine pour ce qu'on aime.

Auteur: Fromm Erich

Info: L'art d'aimer

[ définition ] [ christianisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

crépuscule des idoles

Ce serait une erreur de surestimer l'influence des théories freudiennes sur l'idée que l'amour résulte de l'attirance sexuelle, ou plutôt qu'il n'est rien d'autre que la satisfaction sexuelle, réfléchie en un sentiment conscient. La chaîne causale procède essentiellement en sens inverse. Les théories de Freud furent en partie influencées par l'esprit du XIXème siècle ; en partie aussi , elles durent leur popularité à la mentalité qui s'imposa après la Première Guerre mondiale. Parmi les facteurs qui influencèrent à la fois les conceptions populaires et les conceptions freudiennes, relevons, tout d'abord, la réaction contre la moralité stricte de l'époque victorienne. Un second facteur qui a marqué les théories freudiennes, c'est l'image dominante de l'homme, fondée sur la structure du capitalisme. Pour prouver que le capitalisme correspondait aux besoins naturels de l'homme, il fallait montrer que l'homme était par nature compétitif et rempli d'hostilité envers autrui. Les économistes le "prouvèrent" en invoquant un insatiable désir de gain, et les darwiniens en énonçant la loi biologique de la survie du plus adapté. Pour sa part, Freud aboutit au même résultat en avançant l'hypothèse que l'homme est poussé par un désir sans limites, le désir de conquérir sexuellement toutes les femmes, et que seule la pression de la société l'en empêche. Il en résulte que les hommes sont fatalement jaloux les uns des autres : jalousie et rivalité qui persisteraient même en supposant que disparaissent leurs raisons sociales et économiques. En fin de compte, la pensée de Freud a hérité du matérialisme scientiste qui régnait au XIXème siècle.

Auteur: Fromm Erich

Info: "L'art d'aimer"

[ psychanalyse ] [ positivisme ] [ justification consumériste ] [ avidité disculpée ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Neshouma

nantis

Quand il parle de "propriété privée", Marx ne se réfère pas à la propriété des choses d’utilité pratique, telles qu’une maison, une table. Il fait allusion à la propriété des classes possédantes, c’est-à-dire au capitaliste qui, parce qu’il détient les moyens de production, peut embaucher ceux qui ne possèdent rien dans des conditions que ceux-ci sont obligés d’accepter. Pour Marx, "propriété privée" signifie propriété privée dans la société capitaliste, c’est donc une catégorie historique et sociale.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 121

[ définie ] [ rapports de classes ] [ rouage socio-économique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

portrait moral

Si le monde retrouve un jour la tradition de l’humanisme et parvient à vaincre la détérioration de la culture occidentale, à la fois sous sa forme soviétique et sous sa forme capitaliste, il s’apercevra, en effet, que Marx ne fut ni un fanatique ni un opportuniste et qu’il représente l’épanouissement de l’humanité occidentale. Qu’il eut un sens intransigeant de la vérité et ne se laissa jamais leurrer par la surface trompeuse des choses. Qu’il eut un courage et une intégrité intarissables, le souci profond de l’homme et de son avenir. Qu’il fut peu sensible à la vanité et à la soif du pouvoir. Par sa vitalité, il exerça une action stimulante sur tout ce qu’il touchait. Il représente la tradition occidentale dans ce qu’elle a de meilleur : la foi dans la raison et le progrès de l’homme. En réalité, Marx correspond exactement à l’homme tel qu’il l’a conçu : celui qui est intensément et qui possède peu. Celui qui est riche parce qu’il a besoin de son semblable.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" pages 108-109

[ éloge ] [ incarnation des idées ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

utopie

Le socialisme (sous sa forme marxiste et sous d’autres formes) revint à l’idée d’une "bonne société", condition favorable à la réalisation des besoins spirituels de l’homme. Cette opposition à la fois à l’autorité de l’Eglise et à celle de l’Etat conduisit à la disparition de l’Etat et à l’établissement d’une société composée d’individus prêts à coopérer volontairement. Le but était de reconstruire une société qui devait permettre à l’homme de se retrouver lui-même, sans la présence de ces forces autoritaires qui limitent et appauvrissent l’esprit.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 90

[ harmonie ] [ fin des institutions ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

désaliénation

[…] Marx veut faire le salut des hommes ; sa critique de la société capitaliste porte non pas sur la distribution du revenu, mais sur le mode de production, sur la destruction de la personnalité et sur l’esclavage de l’homme qu’il n’impute pas au capitalisme mais aux choses et aux circonstances qui ont été créées par la société.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 68

[ objectif ] [ rapports économiques ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

profession

Pour Marx, le travail est une activité, non une marchandise. A l’origine, Marx parlait de "l’activité propre à l’homme" et non du travail, et de "l’abolition du travail", but du socialisme. Par la suite, il distingua le travail libre du travail aliéné et employa le terme "émancipation du travail".

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 58

[ défini ] [ dégénérescence ] [ sens ] [ labeur salarié ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

extraversion psychique

Pour Spinoza, Goethe et Hegel, ainsi que pour Marx, l’homme n’est vivant que dans la mesure où il a une activité productive, dans la mesure où il saisit le monde qui est en dehors de lui en manifestant son propre pouvoir spécifiquement humain. Celui qui ne produit rien, qui se contente d’être réceptif et passif, n’existe pas, il est mort. Dans ce processus productif, l’homme réalise sa propre essence, il retourne à sa propre essence, ce qui, en termes religieux, veut dire qu’il retourne à Dieu.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page47

[ occidentalisme ] [ mouvement ] [ démiurge ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

libération

La philosophie de Marx, comme presque toute la pensée existentialiste, constitue une protestation contre l’aliénation de l’homme, qui lui fait perdre son individualité et le transforme en objet. Elle s’oppose à la déshumanisation et à l’automatisation de l’homme liées au développement industriel de la société occidentale. C’est une critique impitoyable de toutes les "réponses" au problème de l’existence humaine qui tentent de présenter des solutions en niant ou en camouflant des déchirements inhérents à l’homme.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 7

[ résumé ] [ individualisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

parents-enfants

Le nourrisson a besoin de l’amour inconditionnel et de la sollicitude de la mère, tant physiologiquement que psychologiquement. Après six ans, l’enfant commence à avoir besoin de l’amour du père, de son autorité et de ses conseils. La mère a pour tâche de faire de lui un être confiant dans la vie ; le père, de lui servir de guide pour faire face aux problèmes auxquels le confronte la société particulière où il est né.

Auteur: Fromm Erich

Info: L'art d'aimer

[ femmes-hommes ] [ hétéro-psychique ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel