Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 48
Temps de recherche: 0.0625s

fuite en avant

Le rythme de la science impose le rythme de la technique. La physique théorique nous impose l'énergie atomique ; la production réussie de la bombe à fission nous impose la fabrication de la bombe à hydrogène. Nous ne choisissons pas nos problèmes, nous ne choisissons pas nos produits ; nous sommes poussés, nous sommes forcés - par quoi ?
Par un système qui n'a pas de finalité et de but le transcendant, et qui fait de l'homme son appendice.

Auteur: Fromm Erich

Info: La Sane Society. Chapitre cinq, Le capitalisme du XIXe siècle (p. 83). Fawcett Publications. Greenwich, Connecticut, États-Unis. 1955

[ technologique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

liberté mensongère

Même si, à de nombreux égards, l’individu a grandi, s’est développé mentalement et émotionnellement, et contribue aujourd’hui à la réussite culturelle à un niveau jamais atteint auparavant, le décalage entre "libération de" et "libéré de" s’est accru. Le résultat de cette disproportion entre l’émancipation de tout lien et l’absence de débouchés positifs pour la réalisation de la liberté et de l’individualité a produit en Europe une fuite accélérée hors de la liberté, une fuite vers de nouveaux liens ou, tout au moins, vers l’indifférence.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La peur de la liberté", page 42

[ illusion des alternatives ] [ régression ] [ involution ] [ éloignement du réel ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

utopie

Le socialisme (sous sa forme marxiste et sous d’autres formes) revint à l’idée d’une "bonne société", condition favorable à la réalisation des besoins spirituels de l’homme. Cette opposition à la fois à l’autorité de l’Eglise et à celle de l’Etat conduisit à la disparition de l’Etat et à l’établissement d’une société composée d’individus prêts à coopérer volontairement. Le but était de reconstruire une société qui devait permettre à l’homme de se retrouver lui-même, sans la présence de ces forces autoritaires qui limitent et appauvrissent l’esprit.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 90

[ harmonie ] [ fin des institutions ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

extraversion psychique

Pour Spinoza, Goethe et Hegel, ainsi que pour Marx, l’homme n’est vivant que dans la mesure où il a une activité productive, dans la mesure où il saisit le monde qui est en dehors de lui en manifestant son propre pouvoir spécifiquement humain. Celui qui ne produit rien, qui se contente d’être réceptif et passif, n’existe pas, il est mort. Dans ce processus productif, l’homme réalise sa propre essence, il retourne à sa propre essence, ce qui, en termes religieux, veut dire qu’il retourne à Dieu.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page47

[ occidentalisme ] [ mouvement ] [ démiurge ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

autodestruction

Aussi longtemps que je lutte entre mon désir d’indépendance et de force et mon sentiment d’insignifiance et d’impuissance, je suis pris dans un conflit qui me torture. Si je réussis à anéantir mon Moi individuel, si je peux dominer la conscience de ma séparation en tant qu’individu, je peux me sauver de ce conflit. Se sentir totalement insignifiant et impuissant est un moyen de parvenir à ce but ; être inondé par la douleur et par l’agonie ou être écrasé par les effets de l’intoxication en sont d’autres.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La peur de la liberté", page 147

[ addiction ] [ évitement du problème ] [ lutte intérieure ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

doléances prétextes

Les différents motifs de plaintes ne sont que la forme consciente par laquelle notre culture leur permet [aux patients] d’exprimer un trouble bien plus profond, trouble commun aux différents patients qui s’imaginent consciemment souffrir de tel ou tel symptôme particulier. Leur souffrance commune est celle d’une aliénation d’eux-mêmes, de leur prochain, de la nature. C’est le sentiment que la vie leur file comme du sable entre leurs doigts, et qu’il leur faudra mourir sans avoir vécu. C’est le sentiment qu’au milieu de l’opulence, ils vivent néanmoins sans aucune joie.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", pages 95-96

[ projection ] [ peine originelle ] [ justifications révélatrices ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

projection conceptuelle

Du point de vue de Freud, l’inconscient est par essence le siège de l’irrationnel. A l’inverse, dans la pensée de Jung, l’inconscient est le siège de la plus profonde source de sagesse, et le conscient celui de la partie intellectuelle de la personnalité. Cette manière d’envisager le conscient et l’inconscient attribue à l’inconscient le rôle de la cave dans une maison où l’on entasserait tout ce qui ne peut trouver place dans ses superstructures. Chez Freud, ce sont principalement les vices de l’homme qu’on y relègue ; chez Jung, principalement sa sagesse.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 108

[ définis ] [ différence ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

incertitude du rang social

Nous avons des raisons de douter de la réalité du bonheur et de la sécurité souvent décrites à propos des puissants maîtres du capitalisme de la Renaissance. Il semble que cette nouvelle liberté leur ait apporté à la fois un sentiment de puissance renforcé et un isolement accru, le doute, le scepticisme et – découlant de tout cela – l’anxiété. C’est cette même contradiction que nous retrouvons dans les écrits philosophiques des humanistes. A côté de leur insistance sur la dignité humaine, l’individualité et la force, ils traitent dans leur philosophie de l’insécurité et du désespoir.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La peur de la liberté", page 53

[ philosophie des Lumières ] [ ordre social ] [ dominants ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

tiers inclus

A l’encontre de la logique aristotélicienne, on trouve la logique paradoxale qui établit que A et non-A ne s’excluent pas l’un l’autre en tant que prédicats de X. La logique paradoxale était prédominante dans la pensée chinoise et hindoue ainsi que dans la philosophie d’Héraclite. Plus tard elle apparaît dans la pensée de Hegel et de Marx. Les principes de cette logique ont été posés en termes généraux par Lao-Tseu : "Les mots qui sont la vérité même, semblent être paradoxaux" Et par Tchouang-tseu : "Ce qui est un, est un. Ce qui n’est pas un est aussi un."

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 114

[ représentants ] [ ambivalence ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

vision anthropologique

Selon Freud, l’homme n’est qu’un mécanisme mis en branle par la libido avec comme principe régulateur le maintien de la libido au minimum de l’excitation. Il concevait l’homme comme un être fondamentalement égoïste, lié à ses semblables par la nécessité partagée de satisfaire des désirs instinctuels. Pour Freud, le plaisir était le relâchement de la tension et non l’expérience de la joie. L’homme était perçu comme déchiré entre son intellect et ses affects. Ce n’était pas l’homme total, mais le soi-intellect des philosophes des Lumières. L’amour fraternel était une exigence déraisonnable, contraire à la réalité, l’expérience mystique, une régression vers le narcissisme infantile.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 94

[ pessimisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine