Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche mots et extraits tous azimuths. ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.         ... Lire la suite >>
Search results: 10
Search time counter: 0.0401s

fantaisie

Il faut de la désinvolture pour pouvoir penser loin.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Marcher, une philosophie

[ philosophie ]

Commenter

Commentaires: 0

instinct

Antigone choisit de désobéir, mais cette désobéissance est l’envers d’une obéissance supérieure.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Désobéir

[ moteur ]

Commenter

Commentaires: 0

théorie-pratique

Là où Kant affirme : la vraie désobéissance, c’est la critique (théorique), Thoreau répond : la vraie critique, c’est la désobéissance (pratique).

Auteur: Gros Frédéric

Info: Désobéir

[ chiasme ] [ philosophie ]

Commenter

Commentaires: 0

réfléchir

Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose dire ainsi, que dans les voyages que j'ai faits seul et à pied.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Marcher, une philosophie

[ marche ] [ ballade ] [ penser ] [ chair-esprit ]

Commenter

Commentaires: 0

réflexion

Socrate appelle à faire vibrer en chacun la dissonance harmonique du "deux-en-un" (penser), ou encore à se soucier de soi pour découvrir que le soi est au service des autres.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Désobéir

[ ego ] [ communauté ]

Commenter

Commentaires: 0

normalité

Ce qui paralyse les capacités de désobéissance, c’est bien la confrontation d’un individu seul avec une figure de l’autorité, confirmée par un environnement institutionnel et technique, et qui, d’une voix neutre, tranquille, assurée, donne des ordres dont la monstruosité est comme effacée par la légitimité de leur source.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Désobéir. On pense ici à Eichmann, note du compilateur

[ grégaire ] [ obéissance ]

Commenter

Commentaires: 0

exister

Etre quelqu'un, c'est bon pour les soirées mondaines où chacun se raconte, c'est bon pour les cabinets de psychologues. Mais être quelqu'un n'est-ce pas encore une obligation sociale qui enchaîne, une fiction bête pesant sur nos épaules ?
La liberté en marchant, c'est de n'être personne, parce que le corps qui marche n'a pas d'histoire, juste un courant de vie immémoriale.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Marcher, une philosophie

[ miroir ] [ contrainte ] [ moi ] [ société ]

Commenter

Commentaires: 0

responsabilité

Le débat théorico-éthique autour du procès d’Eichmann s’est figé depuis les années 1970 dans les termes d’une opposition abstraite : soit vous faites d’Eichmann un monstre d’antisémitisme, en oubliant de mettre en cause la modernité gestionnaire et nos propres lâchetés, parce qu’Eichmann est rejeté dans une extériorité maléfique ; soit vous faites le procès de la monstruosité de la modernité technique, au risque de faire de lui un rouage "innocent" du système.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Désobéir

[ guerre ] [ génocide ] [ dilemme ] [ société ]

Commenter

Commentaires: 0

indépendance

Personne, écrit Thoreau, ne peut être moi "à ma place". On désobéit depuis cette prérogative. Personne ne peut penser à ma place, et personne ne peut décider à ma place de ce qui est juste et injuste. Et personne ne peut désobéir à ma place. Il faut désobéir depuis ce point où on se découvre irremplaçable, au sens précis de faire cette expérience de l’indélégable, faire l’expérience que "c’est à moi de le faire" (mea res agitur), que je ne peux reporter sur personne d’autre la tâche d’avoir à penser le vrai, à décider du juste, à désobéir à ce qui me paraît intolérable.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Désobéir

[ féroce ]

Commenter

Commentaires: 0

ballade

La lenteur, c'est de coller parfaitement au temps, à ce point que les secondes s'égrènent, font du goutte-à-goutte comme une petite pluie sur la pierre. Cet étirement du temps approfondit l'espace. C'est un des secrets de la marche : une approche lente des paysages qui les rend progressivement familiers. C'est comme la fréquentation régulière qui augmente l'amitié. Ainsi un profil de montagne qu'on tient avec soi tout le jour, qu'on devine sous différentes lumières, et qui se précise, s'articule. Quand on marche, rien ne bouge, ce n'est qu'imperceptiblement que les collines s'approchent, que le paysage se transforme. On voit, en train ou en voiture, une montagne venir à nous. L'oeil est rapide, vif, il croit avoir tout compris, tout saisi.
En marchant, rien ne se déplace vraiment : c'est plutôt que la présence s'installe lentement dans le corps. En marchant, ce n'est pas tant qu'on se rapproche, c'est que les choses là-bas insistent toujours davantage dans notre corps.
Le paysage est un paquet de saveurs, de couleurs, d'odeurs, où le corps infuse.

Auteur: Gros Frédéric

Info: Marcher, une philosophie

[ méditation ]

Commenter

Commentaires: 0