Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 70
Search time counter: 0.0672s

incarnation

La création et le temps sont les résultats de quelque processus cosmique de limitation de la substance spirituelle éternelle, alors que le mal est le nom que nous donnons à un processus secondaire de limitation effectué par les créatures à l’intérieur de l’ordre de la création –limitation de l’état individuel de toutes les autres créatures, et envers ce qui s’étend au-delà de toutes les créatures.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Les portes de la perception

[ délimitations ]

Commenter

Commentaires: 0

être humain

Une grosse automobile bleu-pâle stationnait au bord du trottoir. A sa vue, je fus soudain saisi d’une gaieté énorme. Quelle suffisance, quelle absurde satisfaction de soi, rayonnait de ces surfaces bombées revêtues de l’émail le plus luisant ! L’homme avait créé cet objet à sa propre image –ou plutôt à l’image de son personnage de roman préféré. Je me mis à rire, au point que les larmes me ruisselèrent sur les joues.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Les portes de la perception

[ ridicule ]

Commenter

Commentaires: 0

visionnaire

Les formes pittoresques et désuètes – élections, parlements, cours suprêmes, et. – seront conservées.
La nature sous-jacente sera un nouveau totalitarisme. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans sacrés resteront en place... La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiophoniques et de tous les éditoriaux. Pendant ce temps, l'oligarchie régnante, ses soldats d'élite, sa police, ses industriels avisés et ses laveurs de cerveaux pourra tranquillement mener les affaires à sa convenance.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Le Meilleur des Mondes, 1931

[ oppression ]

Commenter

Commentaires: 0

loisirs

A mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s'accroître en compensation. Et le dictateur (à moins qu'il n'ait besoin de chair à canon et de familles pour coloniser les territoires vides ou conquis) fera bien d'encourager cette liberté-là. Conjointement avec la liberté de se livrer aux songes en plein jour sous l'influence des drogues, du cinéma et de la radio, elle contribuera à réconcilier ses sujets avec la servitude qui sera leur sort.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Le Meilleur des mondes, préface de l'édition de 1946

[ oppression ] [ abrutissement ]

Commenter

Commentaires: 0

être humain

[...] il est aussi et en même temps l'un de ceux qui, suivant les paroles de Plotin, voient toutes choses, non pas en cours de devenir, mais en Être, et se voient eux-mêmes dans l'autre. Chaque être renferme en lui-même la totalité du monde intelligible. En conséquence, Tout est partout. Chacun y est. Tout, et Tout est chacun. L'homme tel qu'il est maintenant a cessé d'être le Tout. Mais quand il cesse d'être un individu, il s'élève de nouveau, et pénètre le monde entier.

Auteur: Huxley Aldous

Info: La philosophie éternelle

[ univers ] [ inversion ] [ solipsisme ] [ altruisme ]

Commenter

Commentaires: 0

égoïsme

La laideur morale naît quand l’affirmation du moi gâte les rapports harmonieux qui devraient exister entre les êtres sentants. De même, la laideur esthétique et intellectuelle naît lorsqu’une partie d’un tout est excessive ou insuffisante. L’ordre est rompu, la signification est détournée, et au rapport correct, divin, entre les choses ou les pensées, il en est substitué un faux, un rapport qui manifeste symboliquement, non pas la source immanente et transcendante de toute beauté, mais ce désordre chaotique qui caractérise les créatures quand elles essayent de vivre indépendamment de Dieu.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Les portes de la perception

[ déséquilibre ]

Commenter

Commentaires: 0

société

Il n'y a, bien entendu, aucune raison pour que les totalitarismes nouveaux ressemblent aux anciens. Le gouvernement au moyen de triques et de pelotons d'exécution, de famines artificielles, d'emprisonnements et de déportations en masse, est non seulement inhumain (cela, personne ne s'en soucie fort de nos jours); il est - on peut le démontrer - inefficace: et, dans une ère de technologie avancée, l'inefficacité est le péché contre le Saint-Esprit. Un État totalitaire vraiment "efficient" serait celui dans lequel le tout-puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d'esclaves qu'il serait inutile de contraindre, parce qu'ils auraient l'amour de leur servitude. La leur faire aimer - telle est la tâche assignée dans les États totalitaires d'aujourd'hui aux ministères de la propagande, aux rédacteurs en chef de journaux et aux maîtres d'école.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Nouvelle préface au Meilleur des mondes, 1946

[ pouvoir ] [ système ]

Commenter

Commentaires: 0

protestantisme

- Voilà Érasme, homme de raison s'il en fut jamais. On commença par l'écouter - virtuose nouveau jouant de cet instrument élégant et plein de ressources qu'est l'intellect ; on l'admira même, on le vénéra. Mais les a-t-il incités à se conduire comme il voulait qu'ils le fissent - raisonnablement, décemment, au pis-aller un peu moins dégoûtamment qu'à l'ordinaire? Non pas. Et puis apparaît Luther, violent, passionné, dément follement convaincu au sujet de choses qui ne peuvent comporter de convictions. Il cria, et les hommes se précipitèrent à sa suite. On n'écouta plus Érasme ; il fut honni parce qu'il était raisonnable. Luther était sérieux, Luther était la réalité - comme la Grande Guerre. Érasme n'était que la raison et la décence ; il lui manquait le pouvoir, étant un sage, de pousser les hommes à l'action. L'Europe suivit Luther et s'embarqua dans un siècle et demi de guerres et de persécutions sanglantes. C'est une histoire mélancolique.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Jaune de chrome

[ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

poésie

C'est sombre parce que tu essayes trop dur.
Doucement mon enfant, légèrement. Apprends à tout faire légèrement.
Oui, sens-toi légère, même si tu ressens profondément.
Laisse juste les choses se passer légèrement, prends les avec légereté.

J'étais si absurdement sérieux ces jours ...
Doucement, légèrement - c'est le meilleur conseil qu'on m'ait jamais donné

Même quand il s'agit de mourir. Rien de lourd, ou grave ou emphatique.
Pas de discours, pas de tremolos,
Pas de cet auto persona conscient, dans sa célèbre imitation du Christ ou de Little Nell.
Et bien sûr, ni théologie, ni métaphysique.
Juste le fait de mourir et le fait de la claire lumière

Alors jettes tes bagages et va de l'avant.
Il y a plein de sables mouvants te concernant, suçant tes pieds,
Essayant de t'aspirer en bas vers la peur, l'auto apitoiement et le désespoir.
Voilà pourquoi tu dois marcher si légèrement.
Aérienne ma chérie
Sur la pointe des pieds et sans bagages,
Pas même un sac éponge,
Totalement délestée.

Auteur: Huxley Aldous

Info: Ile

[ réconfort ] [ lâcher prise ]

Commenter

Commentaires: 0

LSD

"J’avais pris ma pilule à onze heures. Une heure et demie plus tard, j’étais assis dans mon cabinet de travail, contemplant attentivement un petit vase en verre. Le vase ne renfermait que trois fleurs - une rose Belle-de-Portugal, largement épanouie, d’un rose-coquillage, avec un soupçon, à la base de chaque pétale, d’une teinte plus chaude, plus enflammée ; un gros oeillet magenta et crème ; et, violet pâle à l’extrémité de sa tige brisée, le bouton fier et héraldique d’un iris. Fortuit et provisoire, le petit bouquet violait toutes les règles du bon goût traditionnel. Au déjeuner, ce matin-là, j’avais été frappé de la dissonance vive de ses couleurs. Mais la question n’était plus là. Je ne regardais plus, à présent, une disposition insolite de fleurs. Je voyais ce qu’Adam avait vu le matin de sa création - le miracle, d’instant en instant, de l’existence dans sa nudité.
"Est-ce agréable ?" demanda quelqu’un. (Pendant cette partie de l’expérience, toutes les conversations étaient enregistrées au moyen d’une machine à dicter, et j’ai pu me rafraîchir la mémoire quant à ce qui a été dit.)
Ni agréable, ni désagréable. "Cela est, sans plus." Istigkeit – n’était-ce pas là le mot dont maître Eckhart aimait à se servir ? Le fait d’être. L’Être de la philosophie platonicienne, – sauf que Platon semble avoir commis l’erreur énorme et grotesque de séparer l’Être du devenir, et de l’identifier avec l’abstraction mathématique de l’idée. Jamais il n’avait pu voir, le pauvre, un bouquet de fleurs brillant de leur propre lumière intérieure, et quasi frémissantes sous la pression de la signification dont elles étaient chargées ; jamais il n’avait pu percevoir que ce que signifiaient d’une façon aussi intense la rose, l’iris et l’oeillet, ce n’était rien de plus, et rien de moins, que ce qu’ils étaient une durée passagère qui était pourtant une vie éternelle, un périr perpétuel qui était en même temps un Être pur, un paquet de détails menus et uniques dans lesquels, par quelque paradoxe ineffable et pourtant évident en soi, se voyait la source divine de toute existence.
Je continuai à regarder les fleurs, et dans leur lumière vivante, il me sembla déceler l’équivalent qualitatif d’une respiration - mais d’une respiration sans retours à un point de départ, sans reflux récurrents, mais seulement une coulée répétée d’une beauté à une beauté rehaussée, d’une profondeur de signification à une autre, toujours de plus en plus intense. Des mots tels que Grâce et que Transfiguration me vinrent à l’esprit, et c’était cela, bien entendu, entre autres, qu’ils représentaient. Mes yeux passèrent de la rose à l’oeillet, et de cette incandescence plumeuse aux banderoles lisses d’améthyste sentimentale qui étaient l’iris. La Vision de Béatitude, Sat Chit Ananda, la Félicité de l’Avoir-Conscience, - pour la première fois je comprenais, non pas au niveau verbal, non pas par des indications rudimentaires ou à distance, mais d’une façon précise et complète, à quoi se rapportaient ces syllabes prodigieuses. Et je me souvins alors d’un passage que j’avais lu dans l’un des essais de Suzuki. "Qu’est-ce que le Corps-Dharma du Buddha ?" (Le Corps-Dharma du Buddha est une autre façon de dire : l’Esprit, l’Être, le Vide, la Divinité.) Cette question est posée dans un monastère Zen, par un novice plein de sérieux et désorienté. Et, avec la prompte incohérence de l’un des Frères Marx, le Maître répond : "La haie au fond du jardin." - "Et l’homme qui se rend compte de cette vérit" demande le novice, d’un ton dubitatif, "qu’est-il, lui, si j’ose poser cette question ?" Groucho lui applique sur les épaules un coup vigoureux de son bâton, et répond : "Un lion aux cheveux d’or."

Ce n’avait été, lorsque je l’avais lu, qu’une absurdité vaguement grosse de quelque sens caché. Maintenant, c’était clair comme le jour, aussi évident qu’un théorème d’Euclide. Bien entendu, le Corps-Dharma du Buddha, c’était la haie au fond du jardin. En même temps, et non moins manifestement, c’était ces fleurs, c’était toute chose qu’il me plaisait – ou plutôt, qu’il plaisait au non-moi béni et délivré pour un instant de mon étreinte étouffante – de regarder. Les livres, par exemple, dont étaient tapissés les murs de mon cabinet. Comme les fleurs, ils luisaient, quand je les regardais, de couleurs plus vives, d’une signification plus profonde. Des livres rouges, semblables à des rubis ; des livres émeraude ; des livres reliés en jade blanche ; des livres d’agate, d’aigue-marine, de topaze jaune ; des livres de lapis-lazuli dont la couleur était si intense, si intrinsèquement pleine de sens, qu’ils me semblaient être sur le point de quitter les rayons pour s’imposer avec plus d’insistance encore à mon attention."

Auteur: Huxley Aldous

Info: Les portes de la perception

[ drogue ] [ spiritualité ]

Commenter

Commentaires: 0