Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche mots et extraits tous azimuths. ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.         ... Lire la suite >>
Search results: 7
Search time counter: 0.0369s

solitude

Rien n'apportait autant de sérénité qu'une soirée d'hiver passée seul à bord, avec pour seule compagnie les goélands, le vent et les vagues.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ plaisir ] [ océan ] [ naviguer ]

Commenter

Commentaires: 0

thérapie

La poésie le fortifiait, c'était un vade-mecum permettant aux sentiments de se mettre en place et aux pensées de suivre d'autres voies que celles qu'il suivait en tant que policier, des voies sans issues, en l'occurrence.

Auteur: Larsson Björn

Info: Les poètes morts n'écrivent pas de romans policiers

[ lecture ] [ délassement ]

Commenter

Commentaires: 0

nausée

Je comprenais maintenant ce qu'avait voulu dire Ian Nicholson, le navigateur au long cours anglais qui avait toujours le mal de mer, lorsqu'il écrivait qu'il y avait deux stades dans le mal de mer : le premier, quand on croit qu'on va mourir ; le second, quand on commence à craindre de ne pas mourir.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ vomissement ] [ souffrance ]

Commenter

Commentaires: 0

couple

Comment pouvaient-ils s'aimer ? C'était une question que je me posais constamment et je me la pose encore aujourd'hui. Je n'ai pas de théorie compliquée qui pourrait expliquer leur amour. Je sais seulement que l'amour contre toute raison et contre tous les paris est possible. Je l'ai vu de mes propres yeux entre Mary et MacDuff.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ mystère ]

Commenter

Commentaires: 0

naviguer

La mer n'était pas pour MacDuff qu'une simple forme de vie, c'était le fondement même de sa relation avec la réalité. C'était apprendre à vivre dans une perpétuelle mobilité, à ne rien considérer comme acquis, à s'entraîner constamment à toujours plus d'humilité et de respect envers ce qu'on ne maîtrise pas, et à profiter pleinement de chaque instant. C'est en mer que l'on saisissait les vraies dimensions et la juste valeur de l'être humain.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ existence ] [ navigation ] [ passion ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Mary leva la tête et me regarda droit dans les yeux. Je tentai de soutenir son regard, mais c’était comme si je perdais immédiatement pied, comme si j’allais me noyer. Combien de temps deux personnes peuvent-elles se regarder fixement ? Dix secondes ? Il ne se passe en tout cas pas beaucoup de temps avant que l’on ressente de l’angoisse devant ce que l’on voit ou de la crainte pour l’image reflétée de ses propres yeux, qui apparaît soudain sans qu’on puisse l’empêcher. Ou bien ressentir ce doute d’être aspiré tout entier par le regard de l’autre. Ou même cette hésitation à propos de sa propre identité ou de celle de l’autre. L’identité n’existe pas dans les yeux. On ne la retrouve qu’au moment où l’on détourne le regard.
En même temps, le fait de se laisser aller dans les yeux de quelqu’un d’autre, de disparaître et d’être englouti par eux, présente un charme et une fascination illimités.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ oeil ] [ rapports humains ] [ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0
Is added to chains

unicité

Dans la pâle lueur des étoiles et du brasillement de l'eau, les paquets de mer semblaient briller d'eux-mêmes, comme des des créatures vivantes qui montaient et descendaient, disparaissaient et renaissaient dans un chaos désemparé. J'avais l'impression d'être dans un autre monde, et je pensais comprendre comment il avait dû être facile pour les Celtes d'autrefois de supprimer la frontière entre la réalité et la fiction. Pour eux, les animaux et les êtres humains, la nature et la civilisation étaient deux facettes d'une même chose. Même leurs outils avaient une âme. Les artisans habiles étaient considérés comme des dieux. Pour nous, qui ne pouvons vivre sans tracer de limites entre la vérité et le mensonge, entre la certitude et la croyance, il est difficile de comprendre un peuple qui peut vivre seulement de vérité et de certitude. Dans les dizaines de milliers de vers conservés dans les anciens manuscrits irlandais, il n'est nullement fait référence à quelqu'un qui profère un mensonge. Le mot n'existe pas; de même les Celtes n'avaient pas de mot qui couvre la notion de conte.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ rationalisme ] [ océan ] [ nuit ]

Commenter

Commentaires: 0