Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
(SITE EN RENOVATION JUSQU'A FIN 2017, fonctionne, mais avec des bugs !! ) Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES. Ce ne sont plus tant les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, la lecture, le rêve, l'humour. Les mots et les images que vous y mettez. Faites-vous plaisir... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 9
Search time counter: 0.0523s

haine

Le ressentiment aide à vivre longtemps.

Auteur: Luchini Fabrice

Info:

[ moteur ]

Commenter

Commentaires: 0

littérature

Les écrivains pessimistes ont au moins de la vitalité.

Auteur: Luchini Fabrice

Info:

[ énergie ] [ réaction ]

Commenter

Commentaires: 0

imagination

Le moi est une pourriture et une impasse. C'est un petit être inconfortable, malheureux, qui s'invente des mythologies pour continuer à vivre l'absurdité.

Auteur: Luchini Fabrice

Info: l'Express, 8 mai 2010

[ survie ] [ ego ]

Commenter

Commentaires: 0

comédien

On ne demande pas à l'acteur d'être génial : on lui demande seulement de travailler en légèreté pour ne pas gâcher l'effet et la puissance de la phrase.

Auteur: Luchini Fabrice

Info: Comédie française : Ça a débuté comme ça...

[ recette ]

Commenter

Commentaires: 0

décadence

Quand je vois tous ces gens qui se promènent ou mangent en téléphonant, tout en gardant un oeil sur la Bourse, ça me paraît l'image même de la barbarie.

Auteur: Luchini Fabrice

Info:

[ progrès ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Tout est énigme chez la femme, la réponse est contenue en un seul mot : la grossesse. L'homme n'est qu'un moyen vers ce but. T'as pêché un queum et t'as vu qu'c'était le bon père. Quand t'es tombée amoureuse de lui t'as cru qu'tu l'aimais, non, c'est le vouloir vivre de l'espèce qui était folle de joie... Et donc t'es tombée amoureuse du queum.

Auteur: Luchini Fabrice

Info: On n'est pas couchés, 7 septembre 2013, référence à Nietzsche

[ reproduction ] [ méta-moteur ]

Commenter

Commentaires: 0

Télévision

Luchini : Écoutez comment on peut être mieux reçu que par vous ? Personne va faire de l'ironie constante. On va pas vous mettre en cause. Comment voulez-vous qu'on ne soit pas content ?
Drucker : Les émissions où on ironise vous agacent un peu ?
Luchini : Ben c'est-à-dire que ça devient un système effrayant. C'est une convention. C'était bien y a quinze vingt ans, Canal +, parce que ça transgressait. Parce que y avait une originalité. Maintenant c'est la doxa (...) Mais maintenant c'est le lieu commun d'être constamment ironique, que plus rien ne soit sérieux. Ça devient effrayant.

Auteur: Luchini Fabrice

Info: émission Vivement Dimanche, sur France 2 26 mars 2006

[ mode ] [ dérision ]

Commenter

Commentaires: 0

altruisme

- Que pensez-vous de la psychanalyse ?
- Comme dirait Woody Allen, ça fait 41 ans, ça va un peu mieux... Alors... la psychanalyse ne fait aucun miracle, elle n'a aucune transcendance. La psychanalyse a la vertu de vous rendre plus praticable pour les autres... parce que vous transférez toutes vos angoisses sur un monsieur qui est payé pour ça, ce qui vous aide à faire un travail sur vous-même et vous arrêtez d'utiliser l'autre en le manipulant pour en faire un spectateur enfermé-prisonnier. Vous découvrez le miracle de Levinas, c'est que l'autre n'est pas là pour vous aimer ou pour être subjectivisé par vous. il est là en temps que lui. La psychanalyse t'aide à te libérer de tes grosses névroses manipulatrices et l'autre t’apparaît tel qu'il est... et tu essayes de l'embêter le moins possible.

Auteur: Luchini Fabrice

Info:

[ apprentissage ] [ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

prolétaire

Cela me rappelle l'utilisation du mot "toujours" dans une phrase de Voyage au bout de la nuit, de Céline : - Moi, je m'étais trouvé pour la pratique un petit appartement au bord de la zone d'où j'apercevais bien les glacis et l'ouvrier toujours, qui y est dessus à regarder rien, avec son bras dans un gros coton blanc, blessé du travail qui sait plus quoi dire et quoi penser, et qui n'a pas assez pour aller boire et se remplir la conscience.... Le terme "toujours" ici est étonnant, parce qu'il est employé en tant qu'adjectif. Pourquoi "toujours" est-il accolé à ouvrier ? Parce que dans ce cas-là Céline désigne l'ouvrier dans ce qu'il a d'éternel, dans ce qu'il a d'immuable. Voilà. C'est pour cela que nous sommes ici aujourd'hui, pour vous parler de l'importance de l'agencement des mots.

Auteur: Luchini Fabrice

Info:

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0