Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.  Exemples.   Punchlines.   Jeux et Passe-temps.   Chaines.  Humour.  RépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.    ... Lire la suite >>
Search results: 6
Search time counter: 0.0283s

vacherie

Mendès ? Un lys dans l'urine.

Auteur: Maupassant

Info: rapporté par Barrès

Commenter

Commentaires: 0

fesse

Le cul des femmes est monotone comme l'esprit des hommes.

Auteur: Maupassant

Info: Lettre à Flaubert 3 Août 1878

[ dégoût ] [ sexe ]

Commenter

Commentaires: 0

déguster

Il n'y a que les imbéciles qui ne soient pas gourmands. On est gourmand comme on est artiste, comme on est poète.

Auteur: Maupassant

Info:

[ repas ]

Commenter

Commentaires: 0

contact

Il n'y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains, quand l'une demande : "M'aimez-vous ?" et quand l'autre répond : "Oui, je t'aime."

Auteur: Maupassant

Info: Bel-Ami

[ charnel ]

Commenter

Commentaires: 0

solitude

Il est si profond et si triste, le silence des chambres où l'on vit seul. Ce n'est pas seulement un silence autour du corps, mais un silence autour de l'âme, et, quand un meuble craque, on tressaille jusqu'au coeur, car aucun bruit n'est attendu dans ce morne logis.

Auteur: Maupassant

Info: Bel-Ami

[ isolement ]

Commenter

Commentaires: 0

littérature

J'aime la nuit avec passion. Je l'aime comme on aime son pays ou sa maîtresse, d'un amour instinctif, profond, invincible. Je l'aime avec tous mes sens, avec mes yeux qui la voient, avec mon odorat qui la respire, avec mes oreilles qui en écoutent le silence, avec toute ma chair que les ténèbres caressent. Les alouettes chantent dans le soleil, dans l'air bleu, dans l'air chaud, dans l'air léger des matinées claires. Le hibou fuit dans la nuit, tache noire qui passe à travers l'espace noir, et, réjoui, grisé par la noire immensité, il pousse son cri vibrant et sinistre.
Le jour me fatigue et m'ennuie. Il est brutal et bruyant. Je me lève avec peine, je m'habille avec lassitude, je sors avec regret, et chaque pas, chaque mouvement, chaque geste, chaque parole, chaque pensée me fatigue comme si je soulevais un écrasant fardeau.
Mais quand le soleil baisse, une joie confuse, une joie de tout mon corps m'envahit. Je m'éveille, je m'anime. A mesure que l'ombre grandit, je me sens tout autre, plus jeune, plus fort, plus alerte, plus heureux. Je la regarde s'épaissir, la grande ombre douce tombée du ciel : elle noie la ville, comme une onde insaisissable et impénétrable, elle cache, efface, détruit les couleurs, les formes, étreint les maisons, les êtres, les monuments de son imperceptible toucher.
Alors j'ai envie de crier de plaisir comme les chouettes, de courir sur les toits comme les chats ; et un impétueux, un invincible désir d'aimer s'allume dans mes veines.

Auteur: Maupassant

Info: La nuit

[ obscurité ]

Commenter

Commentaires: 0