Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths. CROWFUNDING.  Exemples.  Punchlines.  Jeux et Passe-temps.  Chaines.  Humour.  RépartiesFemnmes, etc.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.      &nbs... Lire la suite >>
Search results: 901
Search time counter: 0.5132s

introspection

Pourquoi ce flash back de première jeunesse ? : et moi... qui suis-je ?... qu'est-ce que moi ?... petit enfant dans son lit vespéral interrogeant les étoiles, questionnant l'immense vacuité du monde et de son âme... qui suis-je ?... Je n'avais, bien sûr, pas vraiment conscience d'être campé sur ce champ de bataille des contrastes. Yeux grand ouverts dans le noir, candide curiosité en total éveil, comme l'indien qui aurait collé ses oreilles au sol cosmique, écoutant, ressentant, devinant, imaginant, je ne sais pas, le souffle neutre et vide de mon moi résonnant dans le silence, l'atone bourdonnement du fond des âges... qui suis-je ?... comment se fait-il qu'il y ait un moi, ici et maintenant ?... Plus curieux encore ; comment se fait-il que je me pose la question ?... ce souvenir si vif de mon esprit d'enfant défiant l'incommensurable, la grande question : MOI... moi c'est quoi, quoi est moi ?.. gamberges si stables parce qu'enfant choyé. N'étaient-ce que d'agréables vertiges de garçonnet curieux, confortable dans sa vie alors qu'aujourd'hui je pense aux petits humains qui crèvent de guerres, de famines, sont-ils concernés de la même façon, plus proches de ce feeling ?... plus lointains de ce souffle d'absolu ?... Savoir. Mon intime conviction est que nous avons tous vécu ces sentiments, de manière identique parce que nous sommes fils des atomes et des ondes, et, de manières différentes parce que le monde en a besoin et que nous sommes novices à chaque étape de la vie. Questions enfantines, interrogations solitaires et nocturnes d'ado, rêveries de jeune papa, gamberges d'époux aimé, etc... pauvre énumération de mes petites expériences perso pour essayer d'expliquer cette immensité fine, cet aplomb qui fait comprendre à chacun de nous, à tous instants, qu'il faut la nuit pour que les étoiles brillent.

Auteur: Mg

Info:

[ question ] [ ego ] [ vie ] [ enfance ]

Commenter

Commentaires: 0

citation s'appliquant à ce logiciel

Nouvel outil qui privilégie la lecture courte, le surf sur des idées ou des concepts, la découverte d'embranchements inattendus, de synonymes étonnants, d'auteurs nouveaux, d'un vocabulaire singulier... On peut s'y promener sur un mot, plusieurs mots, un auteur, une période-époque, une profession, un pays, un continent... et toutes les possibilités de mélanges de ces termes-paramètres.
Bref "lire comme avant" disparaît puisqu'on peut choisir et affiner un sujet - sans être simplement guidé par un auteur qui vous mène où il veut. Et donc rester AUSSI à la merci de ses propres instincts, amusements, curiosités...
De manière plus réflexive, pour ceux que "le sens" amuse ou intéresse, les extraits et leur étiquetage demanderont parfois, souvent... idéalement : une relecture. (Voire un retour en arrière sur des extraits précédents, chose aisée avec l'informatique.)
Ici - ce qui fera le bonheur des concepteurs de cette application - le lecteur/miroir, titillé, tente alors de "se situer" par rapport à l'extrait.
Donc s'arrête, médite. Le "sens" ? Que ce soit d'un mot, d'une phrase... Suis-je en accord ou pas ? Pourquoi ? Quelles sont les nuances que j'aurai envie d'apporter à tel ou tel extrait/formulation - ou à son étiquetage .... s'y j'y songe ?...
Délibération personnelle qui pourra amener à proposer une autre citation pertinente en regard de l'extrait, et pourquoi pas ensuite s'amuser à construire une chaîne pour tenter de développer, d'articuler, cette réflexion.
Mieux encore : le participant en vient à formuler sa propre pensée, pour l'intégrer dans la chaîne - après son acceptation par la modération du site bien sûr. (Sous-entendu : si la réflexion en cause est une redite, il vaut mieux user de la formulation originale, ou antérieure, pour compléter la chaîne en question.)
Là nous semble se profiler l'embryon d'une réflexion collective.

Auteur: Mg

Info: 8 juillet 2017

[ réfléchir ] [ révasser ]

Commenter

Commentaires: 0

quête

Il y a, à l'évidence, une cause simple et centrale à notre vie et à l'incroyable complexité que la nature dispense devant nos sens ébahis.
M'interrogeant sur la force qui "pousse" derrière tout ça j'en conclus qu'il y a nécessité d'ouverture totale des moyens afin que cette exploration progressive de la matière - progression qui semble par essence destinée à s'en libérer - laisse passer le moins possible des opportunités "combinatoires" qui se présentent.
Il y a comme une volonté de toujours repousser les limites du réel donné. L'humain en est un exemple particulier. Avide il devance, anticipe. Littérature et science-fiction sont apparues. (Et nous voilà avec des hommes télépathes qui explorent la galaxie, rencontrent d'autres espèces, approfondissent et simplifient leur spiritualité devant l'immensité des énigmes posées... Entre autres exemples)
Il semble que le peu que nous connaissons et observons de l'évolution, passionnante, ainsi que le résultat qui s'offre à nous en ce moment même (semence de Dieu ?!) indique - si on réfléchit à ce qui sous-tend cette action globale -, que bien des termes-notions changent notablement de signification lorsqu'on les applique à des échelles différentes.
Tenez : l'agressivité serait, au niveau cosmique, une sorte d'exploration pondérée et opportuniste ; alors qu'au plan animal il y aurait plutôt une notion de peur et de force défensive. Voir de survie.
Ou encore : l'avidité de l'animal, ou de l'homme glouton... ressemblerait plutôt, si on envisage la nature dans son ensemble, à de la générosité. Pensons aux milliards de spermatozoïdes, de têtards, bébés tortues morts très vite...
Maintenant ce terme : complexité. Souvent détourné et perverti chez l'humain, ce mot se transforme, en termes de contemplation non analytique, en simple beauté émerveillée.
Reste la curiosité. Qui semble correspondre à tous les états.
Monde insondable.

Auteur: Mg

Info: 3 aout 2015

[ désir ] [ langage ] [ relatif ] [ limitation ] [ religion ] [ spéculation ] [ plan global ]

Commenter

Commentaires: 0

extraterrestres

Un point de vue fixe est une limitation.
Mais notre imagination a besoin de clarté, de netteté. D'une image précise.
Ainsi des OVNIS : il y a chez l'humain ce besoin d'identifier, de comprendre, de voir et détailler afin d'intégrer un phénomène dans son système, déjà bien montré par ce besoin naturel de se raccrocher à quelque chose, (les standards SF comme la soucoupe ou le cigare par exemple).
Ce qui est assez stupide, à y réfléchir. Car l'alien est peut-être, visuellement pour nous, une vague et fugace brume. Ou une entité qui se déplace si lentement qu'elle présente les caractéristiques d'un massif de montagnes. Alors que les humains, médias de masse surtout, qui se doivent d'être fédérateurs et donc stupides, veulent à tout prix un machin qui soit bien dans la focale, discernable, à leur niveau. Une focale tout à fait relative, puisque elle n'est que celle de l'être humain d'une époque donnée... Un humain éventuellement si corrompu par ses propres stimuli (TV, Internet, compétitions, etc...) qu'il a perdu quelques aptitudes à certaines perceptions subtiles. Un peu comme s'il s'était petit à petit aveuglé lui-même en s'enfermant dans son univers égocentré de consumériste débile et clinquant de dominateur de l'univers.
Bref, au lieu de se rapprocher d'une réalité subtile, il s'en éloignerait. Régression.
Mais je désaxe le propos. Je voulais juste évoquer cette propension, lorsqu'il s'agit appréhender un phénomène non connu, non répertorié et basiquement non reconnaissable, à aller se perdre dans les théories hautement spéculatives (mais très intéressantes) genre Vallée ou Guillemant. Théories qui, grand défaut selon moi, veulent conclure en présentant un système qui unifierait tout.
Cool les gars, certes... Mais pourquoi être si pressé ? Ça se déguste les découvertes. Celles sur nos limites ou nos défauts par exemple.

Auteur: Mg

Info: 2 janv. 2015

[ quête ] [ parapsychologie ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

Il semble que l'inconscient collectif, tel que décrit par Jung, à savoir une réalité située dans une dimension en dehors de l'espace et du temps qui constituerait une forme de "mémoire de l'humanité", voire d'âme de l'univers, mériterait quelques améliorations... ou extensions.
Tout d'abord ce modèle de domaine mental traîne inévitablement avec lui des époques, langages, habitudes... manies. Qui font immédiatement surgir les difficultés. Tenez : l'archétype, ce flou modèle général, primitif, éventuellement idéal... Surtout "complexe", dans les deux sens du terme, qui reste souvent à l'état d'archange mal esquissé, perdu au milieu d'un cosmos incolore...
Ici l'intuition sussure "Votre anthropomorphisme les gars ! Trop limitatif..."
Comment aller au-delà ? Et pouvoir mieux observer et décrire ces attracteurs, méta-moteurs, titanesques aimants polarisateurs ? Galaxies psychiques ressenties et reconnues par nous et d'autres espèces. Partagées.
Pensons à ce simple tropisme qui fait que le le soleil attise les plantes et les nourrit, ou à celui de l'eau qui irrigue et fertilise l'écorce terrestre. Et ce besoin absolu de la matière de s'agréger, de rejoindre un centre qui n'existe pas à l'origine... Un peu comme les animaux, forcés de se regrouper en gage de protection et de reproduction...
Quel mode, quel mécanisme, permettra de mieux définir ces modèles, de pointer et créer de nouvelles focales pour certains endroits-phénomènes de nos espaces intérieurs, de "mieux les voir" au sein de cet espace conceptuel, hors du monde carbone-oxygène... Ou, pourquoi pas, dans un monde matériel, mais seulement peuplés d'atome et de champs magnétiques, où ces forces, agissant sur ces derniers, par leurs traces, se laisseront mieux entrevoir.
Et comment conserver et transmettre entre nous, et avec les autres êtres, ce savoir indicible que révélera cette quête de nos mondes intérieurs. Espaces spirituels rassemblés qui ressemblent encore et toujours à un vide absolu.

Auteur: Mg

Info: 1 sept. 2016

[ question ] [ exploration ] [ unicité ] [ dépassement ]

Commenter

Commentaires: 0

terrorisme

Si l'on se fie à la Sira, après la bataille de Badr et sa victoire contre les marchands de la Mecque, Mahomet gagna en assurance et en audace. Il s'employa à éliminer un par un les poètes satiriques qui l'avaient attaqué ou moqué. Le premier en lice fut Al Nader, un mecquois qui avait raconté à son sujet des histoires drôles et qui avait tourné en dérision sa carrière de prophète, il fut exécuté sans jugement ni appel.
Attention à l'embourbage, au tittytainement... Le faites-vous sans le vouloir ? L'Islam est la dernière réforme, celle doté de l'esprit le plus neuf, le plus fort, attisé de plus par la frustration de l'impuissance au niveau global. Mais l'esprit surtout. La stratégie du bisou ferait bien de prendre en compte certaines choses. Et ce n'est pas une déclaration de guerre...
Le premier link est passionnant.
http://www.postedeveille.ca/2015/01/racines-islamiques-du-massacre-de-charlie-hebdo.html
http://www.lepoint.fr/societe/le-desarroi-d-une-prof-qui-parle-de-charlie-a-ses-eleves-09-01-2015-1895173_23.php
Problématique passionnante. Quelques paramètres dans le désordre
1) les mots sont dérisoires devant les armes 2) l'Islam est frustré parce que, dernière réforme, il se fait marcher dessus par un occident qui prône l'intérêt de l'argent. Idée honnie. 3) Frustré plus encore parce que Charlie Hebdo était loin d'être équilibré dans ses moqueries, 4) d'ailleurs depuis l'arrivée de Val ce journal était une forfaiture... si loin de Choron. 5) Cet événement marque la fin de l'après-guerre... peut-être le début de la suivante 6) Sous forme de question : pourrait-on, en couverture du prochain Charlie, mettre Allah en train de se faire sodomiser par un crayon que tiendrait Dieu ? 7) Comprenez-vous que beaucoup de gens ont peine à comprendre les deux poids deux mesures entre Dieudonné et Charlie Hebdo ?
Je stoppe ici et souhaite bien du plaisir à nos philosophes, bla blateurs à un niveau et deux faces...

Auteur: Mg

Info: 10 janv. 2015

Commenter

Commentaires: 0

Internet

Avec Internet vint l'usage des "like".
Au-delà d'une lecture devenue plus rapide et superficielle, qui a fait perdre de la continuité dans les raisonnements et les développement, on sait maintenant que les objets les plus "likés" (phrases, photos, articles ou films) le sont pour plusieurs raisons. Certaines énervantes, d'autres amusantes, à l'instar des anciens films de cul en vidéo (ou VHS) où les scènes les plus chaudes montraient une forte usure de la bande (d'où altération de l'image, au grand dam de l'utilisateur monomane)...
Statistiques souvent déprimantes puisque très proches du panurgisme d'un audimat aux pulsions naïves et formatées par le consumérisme de masse et à sa perméabilité aux modes grégaires, rassurantes et convenues... "Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?" Cette phrase de Guillaume Musso étant par exemple la citation préférée sur babelio "depuis la nuit des temps".
Il y a un autre mécanisme, moins décelable mais très en vogue ; la contre-affaire... Je "like" tes interventions et tu "like" les miennes, OK ?... D'où le développement de petits cénacles - forts sympathiques par ailleurs - qui en se soutenant font parfois monter en neige de choses insignifiantes.
Il y a aussi les petits malins qui vous vendent des "like" ou des "clicks", afin de faire monter l'audience de votre site ou de vos interventions, action mue en général plus par simple gloriole que par souci mercantile.
L'effet temporel peut aussi jouer un rôle important. Exemple : après les attentats de Paris en octobre 2015 les surfeurs plébiscitèrent les citations condamnant violence, fanatisme et religion.
On pourrait aussi parler des stratégies de guérilla marketing et autres recettes pour "faire le buzz" sur le web. Inutile. Sur le Web comme dans la vie réelle, on retrouve principalement un monde d'apparences et d'effets miroirs.

Auteur: Mg

Info: 13 juin 2015

[ magouilles ] [ cooptation ]

Commenter

Commentaires: 0

obstination

Ceux qui font carrière dans le spectacle de masse, pratiquent ce principe fondamental de la pédagogie, ils répètent et re répètent les mêmes choses jusqu'à laisser une trace forte dans un inconscient collectif. Un peu comme d'autres enseignent aux groupes. On présente un stimulus, un raisonnement, une musique... et on l'imprime au forceps, en le rabâchant et le ressassant - ce que les marketeurs musicaux américains appellent "heavy rotation".
Pour maximiser l'attention et donc les ventes, on usera aussi d'effets qui ont déjà montrés leur efficacité. Des effets "pas trop rugueux" pour les oreilles, rassurants, avec juste une petite épice en plus pour attirer l'attention. Nous sommes ici au plus près du talent - étymologiquement une monnaie.
Tout ceci à l'opposé absolu du génie, vu ici comme la singularité profonde d'un être, qui serait parvenu à la transmettre au grand nombre via son art - sa discipline.
Sous cet angle, c'est comme si le marché nous disait : L'art de qualité est foncièrement de droite.
A moins que ce ne soit le pognon (la droite) qui abrutisse les masses en les confortant dans la facilité pour des besoins de rendement.
La culture actuelle semble aller dans cette direction, pilotée par les audimats
Tout ceci est à voir, mais une chose est sûre. L'avènement de la technologie et de son efficacité, couplés avec un monde toujours plus encombré et complexe (la Suisse en est l'exemple frappant) nous promettent un avenir où l'humain dans sa singularité et sa complexité sera toujours plus sous contrainte dans une société constamment plus régulée.
Perso ça me fout les boules, surtout à contempler la résignation générale devant ce phénomène. Du coup j'autorise mes mômes - dès désormais et à partir de dorénavant - à me traiter de sale con.
Comment leur conserver un peu d'espace, territorial... mental ?

Auteur: Mg

Info: 22 mars 2014

[ redite ] [ standardisation ] [ création ] [ visionnaire ]

Commenter

Commentaires: 0

citation s'appliquant à ce logiciel

Voyons ce logiciel comme une sorte de "bibliothèque des idées".
Mais, une bibliothèque, pour paraphraser Michel Melot, devrait être "une symphonie, pas un vacarme".
Pas ici.
Dans les "Fils de la pensée" sont classés des concepts courts et des extraits plus longs, tous choisis et tagués avec une bonne dose de subjectivité.
Donc point d'ordre au-sens du livre avec un début et une fin. Encore moins du "chef-d'oeuvre arrêté", mais un agencement différent, correspondant à une quête - ou des quêtes -, croisées, comme dans une immense forêt des idées où, à force de passages du promeneur chercheur compilateur, commenceraient à se dessiner des pistes. Certaines rebattues donc bien marquées, parce que correspondants à des évidences de la pensée humaine (prenez les sentiers "mort" et "définitif" ou "mourir" et "libération"...) d'autres à peine marquées parce que plus orientées et définies (au hasard de ces percées forestières : "confort" et "abrutissement" ou "langage" et "limitation").
Quelques vieux sages, (certains jamais nés, d'autres peut-être morts) experts des ballades dans cette infinie sylve, fille des mots, phrases, paragraphes, chapitres... certains engloutis à jamais, comme avalés et assimilés par ces touffeurs végétale de syllabes, d'autres réfugiés dans des clairières qui n'existent plus, s'accordent cependant sur ce constat : "Trois sortes de quêtes sont possibles dans ces entrelacs". Par ordre d'importance : celle de la beauté qu'on déguste, celle de l'objet que l'on recherche pour un usage. Et la plus hasardeuse : celle de la vérité.
Les créateurs de ce monde de lettres préfèrent quand à eux les intoxiqués de formules et de littérature, explorateurs désintéressés, absorbés-distraits, au point qu'ils abandonneront quelques vivres, comme par mégarde, quelque part dans ce site jungle. Propositions ou appréciations... Tant ludiques que nutritives , comme autant d'indices nourriciers qui pourront étancher au passage quelque visiteur égaré sur les même sentes. Et l'aideront à vivre.

Auteur: Mg

Info: 10 mai 2015. En hommage admiratif à "Le jardins aux sentiers qui bifurquent" de JL Borges.

[ web ] [ présentation ]

Commenter

Commentaires: 0

insérer une nouvelle citation

Bonjour. Et merci à toi qui vient jouer avec nous.

- Attention de bien vérifier si la citation n'est pas déjà dans la base de données. Idem pour son auteur.

- Quelques indications pour l'étiquetage : ici

Pour la rubrique Epoque - Courant religieux, voici les principaux points de repères, entre parenthèses pour la dénomination.

Imhotep H 2800 env. av. J.-C. Afrique - Egypte (Egypte ancienne)
Gilgamesh R 2700 env. av. J.-C. Proche&Moyen Orient (Sumer ancien ou biblique)
Moïse H 1300 env. av j.-c Afrique - Egypte - Israël (Judaïsme ancien)
Yi King Yi Jing Yi-King R 900 av. J.-C. env. Asie - Chine (Chine ancienne-Tao)
Homère ? 880 env. av. J.-C. Europe - Grèce (Grèce antique)
Bouddha H 490 env. av. J.-C. Asie - Inde (Inde antique - Bouddhisme)
Appius Claudius Caecus H 312 - 278 av. J.-C. Europe - Italie (Empire romain)
Vishnu Sarma H 200 av. J.-C env. Asie - Inde (Hindouisme)
Rémi l'évêque H 400 ?? env. Europe - France ? (Antiquité)
Roi Arthur H 450 - 500? Europe - Angleterre (Haut moyen âge)
Muhammad le prophète H 570 - 632 Asie - Moyen Orient (Islam ancien)
Anangavajra H 680 - 7?? Asie - Inde (Bouddhisme ancien)
Fleury Hugues de Sainte-Marie H 105? - 112? Europe - France (Moyen âge)
Shao Yong H 1012 - 1077 Asie - Chine (Moyen âge - néoconfucianisme)
Nasrudin Mulla Nasreddin H 12?? - Europe - Turquie (Moyen âge - Islam )
Carrión Sem Tob de H 1290 - 1369 ? Europe - Espagne (Moyen age - judaïsme)
Copernic Nicolas H 1473 - 1543 Europe - Pologne (Renaissance)
Van Swieten Gerard H 1700 - 1772 Hollande - Autriche (Préindustriel)
Ibsen Henrik H 1828 - 1906 Europe - Norvège (Industriel)
Steinbeck John H 1902 - 1968 Amérique du nord - Usa (Récent et Libéralisme économique)

Auteur: Mg

Info: 18 juillet 2017

[ citation s'appliquant à ce logiciel ] [ étiquetage ]

Commenter

Commentaires: 0