Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 15
Temps de recherche: 0.0396s

pause

A Paris, certains automobilistes interrogés affirment que les embouteillages représentent pour eux le meilleur moment de la journée : seuls dans leur voiture, sans conjoint, la musique à fond, dégustant chaque bouffée de leur cigarette, ils sont "libre".

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Dans "Manifeste incertain", volume 7, page 91

[ interlude ] [ point positif ] [ coupure ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

malentendu

Certes, des nazis ont empruntés quelques-uns des préjugés de Gobineau. Ils s’en sont réclamés. Mais celui-ci ne voulait en rien sauver le monde. A ses yeux, le déclin de l’humanité était inexorable, et il s’en réjouissait. Nulle part il n’écrit en faveur d’une race nouvelle, pure.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Manifeste incertain, tome 4

[ historique ] [ racisme ]

Commenter

Commentaires: 0

ambiance

Feodossia, 20 mai. – Ville portuaire aux allées amples, flanquée de belles demeures basses du XIXe siècle. Atmosphère caractéristique d’une petite ville de bord de mer, nonchalante, légèrement triste. Le ciel est tellement lourd qu’il faut renoncer à tout mouvement : l’azur est de ciment, les nuages blancs épars sont de briques. Au fond, ici comme à Koktebel, ce n’est pas désagréable de se laisser aller à l’inexistence.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Dans "Manifeste incertain", volume 7, page 101

[ calme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

histoire

3 septembre [1939]. – Strasbourg est vidée de ses habitants, à l’exception du maire, des fonctionnaires municipaux et d’une infrastructure de crise. Les chiens et les chats, abandonnés par ordre des autorités, errent dans les rues désertes. Quant aux animaux du zoo de l’Orangerie, ils sont abattus par la police. Huit mois durant, ce sera la "drôle de guerre", que les Allemands appellent la "Guerre assise" - Sitzkrieg.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Le manifeste incertain, tome 6, page 52

[ seconde guerre mondiale ] [ France ] [ ww2 ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

création

Vincent ne croit qu'en la compassion, en l'amour désintéressé. Et puis, au plus profond de lui-même, il croit en l'art, en cette puissance indéchiffrable par laquelle le monde créé se confond avec le monde à créer. Même s'il manque de confiance en soi, il se sent profondément créateur, investi d'un devoir auquel il ne se dérobera pas, car "seul celui qui a une religion, une vue originale de l'infini, peut être artiste".

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Manifeste incertain, tome 5, p. 100

[ mission ] [ beaux-arts ]

Commenter

Commentaires: 0

vacherie

Un matin, Marina [Tsvetaeiva] se rend à Prague pour assister à une conférence du doctrinaire de l’anthroposophie, Rudolf Steiner – qui, dans sa jeunesse, avait suivi les cours de philosophie d’Elisabeth Förster, la sœur de Nietzsche, antisémite notoire et future adepte d’Adolf Hitler. Marina remarque qu’il a le même visage que Baudelaire, "c’est-à-dire du Diable" ; elle ironise : "Pourquoi Steiner, s’il est extralucide, ne voit-il pas à quel point ses ouvrages sont ennuyeux ?".

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Dans "Manifeste incertain", volume 7, page 190

[ dénigrer ] [ rasoir ] [ écrivains ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

avis extérieur

[…] ils [les Russes] estiment la France, moins pour son présent versatile que pour son passé révolutionnaire, mais ils n’approuvent ni le dédain de ses gouvernants ni celui de ses médias. La France, ils l’ont visitée ; ils y ont des amis. Ils connaissent sa littérature, sa peinture, sa musique, bien mieux que les Français ne s’informent de la culture russe. Les Français ? Ils les trouvent renfermés sur eux-mêmes, se méfiant les uns des autres, vivant sur leur passé, du temps où leur langue était partout parlée.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Dans "Manifeste incertain", volume 7, page 93

[ Gaule ] [ nombrilistes ] [ Europe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

création

Il n'a jamais cru en son talent - il reconnaissait en être à peu près dénué -, mais il croyait en son destin. Mieux : il savait qu'à force de persévérance, il percerait un des secrets de la peinture, à savoir la couleur. Il la soumettrait, cette insoumise, l'obligerait à batailler ton contre ton dans cette guerre des complémentaires que nul avant lui n'avait mené si loin. L'oeuvre d'un fou ? Non, l'oeuvre d'un homme parfaitement raisonnable, qui a su se défaire des égarements décoratifs de la peinture de son temps.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Manifeste incertain, tome 5, p 11-12. A propos de Van Gogh

[ détermination ] [ indépendance ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

vie quotidienne

Sans nouvelles de son mari, sans argent, Marina [Tsvetaieva] survit du mieux qu’elle peut. L’avenir lui semble absolument impénétrable. Un témoin se souviendra d’elle, "pieds nus, une robe déchirée dans laquelle elle devait certainement dormir". Un jour, un cambrioleur s’introduit chez elle ; ému par sa misère, il lui propose un peu d’argent.
Marina croule sous les tâches ménagères : chercher du bois de chauffage ou n’importe quel combustible, éplucher les rares pommes de terre, cuisiner, laver la vaisselle, laver le linge, s’occuper des enfants. Parfois, à la lueur d’une lampe, tard dans la nuit, elle écrit quelques vers.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Dans "Manifeste incertain", volume 7, page 171

[ pauvreté ] [ poète ] [ fragment biographique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

persécution

Imaginez, le 2 juillet 1505, sur le chemin de Sotternheim, si la foudre n’avait pas éclaté au-dessus du jeune Luther, le sort de l’Occident en eût été tout autre. Couché à terre, tremblant de peur, le pauvre jeune homme avait supplié : "Pitié ! Pitié, mon Dieu ! Epargnez-moi et je me ferai moine !" L’éclair n’était pas tombé bien loin – peut-être l’avait-il atteint.
Par la suite, le réformateur voyait le diable partout, y compris sur le crucifix ; il lui riait au nez, lui montrait son cul. Est-ce que Luther a seulement cru une seule fois en Dieu ?

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Le manifeste incertain, tome 6, page 118

[ ambivalence ] [ signe du destin ] [ protestantisme ] [ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine