Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.  Exemples.   Punchlines.   Jeux et Passe-temps.   Chaines.  Humour.  RépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.    ... Lire la suite >>
Search results: 8
Search time counter: 0.0346s

fortune

Le caractère d'une personne ne se révèle que lorsqu'il atteint un poste supérieur.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info:

[ révélateur ]

Commenter

Commentaires: 0

fuite

Les horreurs sont supportables tant qu'on se contente de baisser la tête, mais elles tuent quand on y réfléchit.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info:

[ lucidité ] [ souffrance ]

Commenter

Commentaires: 0

source

Mon père, un brave homme, me disait: - Ne perds jamais ton ignorance; tu ne pourras pas la remplacer.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info: interview, 1946

[ naïveté ]

Commenter

Commentaires: 0

espérance

J’avais l’impression que c’était la vie elle-même qui voulait à nouveau s’ouvrir à moi, après avoir été longuement prisonnière de la gangue imposée par la nécessité, et m’offrir appels et questions, panoramas et perspectives par-dessus le fatras spongieux des souvenirs et en direction d’un timide espoir encore insaisissable.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info: Cette terre promise, p. 37

[ renaissance ] [ lueur ]

Commenter

Commentaires: 0

être humain

- [...] Regarde, lorsque tu as dressé un chien à manger des patates et qu'ensuite tu lui présentes un morceau de viande : malgré tout, il se précipitera dessus, parce que c'est dans sa nature ; si tu donnes à un homme un petit bout d'autorité, c'est la même histoire : il se jette dessus. Cela va de soi, car l'homme, par lui-même, n'est, à l'origine, qu'une sale bête, et ce n'est que plus tard que, peut-être, il reçoit une couche de décence, comme une tartine graissée.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info: A l'Ouest rien de nouveau

[ pouvoir ] [ instinct ] [ avide ]

Commenter

Commentaires: 0

solidarité

La vie ici, à la frontière de la mort, a une ligne d'une simplicité extraordinaire ; elle se limite au strict nécessaire, tout le reste est enveloppé d'un sommeil profond ; c'est à la fois notre primitivité et notre salut ; si nous étions plus différenciés, il y a longtemps que nous serions devenus fous, que nous aurions déserté ou serions morts. C'est comme s'il s'agissait d'une expédition aux régions polaires. Toute manifestation de la vie ne doit servir qu'à maintenir l'existence et doit forcément s'orienter dans ce sens. Tout le reste est banni, parce que ce serait gaspiller de l'énergie. C'est le seul moyen de nous sauver.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info: A l'Ouest rien de nouveau

[ survie ] [ guerre ]

Commenter

Commentaires: 0

pouvoir

Lorsque, deux ans avant les nazis, en 1931, le deutsch Mark fut soudain bloqué, Tannenbaum avait déjà mis la plus grande partie de sa fortune à l'abri hors d'Allemagne. Ce blocage du mark ne fut jamais supprimé. Ce fut catastrophique pour des milliers de juifs qui, faute de pouvoir transférer leur argent à l'étranger, durent rester en Allemagne. La terrible ironie de cette histoire, c'est que c'est une banque juive en difficulté qui avait provoqué le blocage, et que ce dernier fut instauré par un gouvernement démocratique. C'est ainsi que les Juifs d'Allemagne furent empêchés de fuir et se retrouvèrent ensuite en camps de concentration. Dans les milieux des hauts dirigeants nazis, on voyait là l'une des plaisanteries les plus cocasses de l'histoire du monde.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info: Cette terre promise

[ finances ] [ ww2 ]

Commenter

Commentaires: 0

guerre

Le front est une cage dans laquelle il faut attendre nerveusement les événements. Nous sommes étendus sous la grille formée par la trajectoire des obus et nous vivons dans la tension de l'inconnu. Sur nous plane le hasard. Lorsqu'un projectile arrive, je puis me baisser, et c'est tout ; je ne puis ni savoir exactement où il va tomber, ni influencer son point de chute.
C'est ce hasard qui nous rend indifférents. Il y a quelques mois, j'étais assis dans un abri et je jouais aux cartes ; au bout d'un instant, je me lève et je vais voir des connaissances dans un autre abri. Lorsque je revins, il ne restait plus une miette du premier ; il avait été écrabouillé par une marmite. Je retournai vers le second abri et j'arrivai juste à temps pour aider à le dégager, car il venait d'être détruit à son tour.
C'est par hasard que je reste en vie, comme c'est par hasard que je puis être touché. Dans l'abri "à l'épreuve des bombes", je puis être mis en pièces, tandis que, à découvert, sous dix heures du bombardement le plus violent, je peux ne pas recevoir une blessure. Ce n'est que parmi les hasards que chaque soldat survit. Et chaque soldat a foi et confiance dans le hasard.

Auteur: Remarque Erich Maria

Info: A l'Ouest rien de nouveau, Chapitre VI

[ chance ]

Commenter

Commentaires: 0