Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 77
Temps de recherche: 0.0667s

contemplation

On dit qu’un point fait à temps en épargne cent, si bien qu’on en fait mille aujourd’hui pour en épargner dix demain. Passons une journée aussi posément que la nature, sans laisser une coquille de noix ou une aile de moustique qui tombe sur la voie ferrée nous faire dérailler.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", page 112

[ lâcher-prise ] [ rythme naturel ] [ ralentissement ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

savants fous

Les hommes pensent sans doute qu’il est essentiel que la nation fabrique de la graisse, exporte de la glace, parle à travers un télégraphe et file à trente miles à l’heure, mais la question de savoir si nous devons vivre comme des chimpanzés, des babouins ou des hommes n’est pas tranchée.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", page 89

[ accélération ] [ évolution spirituelle-évolution matérielle ] [ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

tolérance

Nul doute que tous les hommes ne présentent pas les mêmes dispositions pour être civilisés, et si la majorité d'entre eux peut s'apprivoiser comme les chiens et les moutons par prédisposition héréditaire, ce n'est pas une raison pour que les autres voient briser leur nature afin qu'on puisse les réduire au même niveau.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Marcher, 1862, Désobéir, Bibliothèques 10/18, 2832 Éd. de L'Herne 1994 <p.110>

[ . ]

Commenter

Commentaires: 0

sagesse

Fais en sorte que gagner ta vie ne soit pas ton métier, mais ton loisir. Jouis de la terre, mais ne la possède pas. C’est par manque d’entreprise et par manque de courage que les hommes se trouvent là où ils sont, à acheter et à vendre, et à passer leurs vies à trimer comme des serfs.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Walden ou La vie dans les bois

[ profession ] [ détachement ]

Commenter

Commentaires: 0

allégorie

8 avril. Je veux parler de deux chênes robustes, qui, côte à côte,
Résistent à le tempête de l'hiver,
Et malgré vents et marées,
Croissent et font de la prairie la fierté,
Car tous deux sont forts.

Au-dessus, ils se touchent à peine mais
En remontant jusqu'à la source,
Emerveillés, vous découvrirez
Que leurs racines sont entremêlées
Inséparablement.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Journal (I) octobre 1837- décembre 1840

[ couple ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

parasite

Ma foi, si j’étais sûr et certain qu’un homme venait me voir avec la ferme intention de me faire du bien, je prendrais mes jambes à mon cou pour fuir, comme s’il s’agissait de ce vent sec et brûlant des déserts africains qu’on appelle le simoun, qui vous remplit la bouche, le nez, les oreilles et les yeux de poussière jusqu’à suffoquer.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", page 75

[ envahissement ] [ bienveillance excessive ] [ intentions cachées ] [ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

pédanterie

L'ignorance de l'homme n'est pas seulement utile, elle est également belle alors que son prétendu savoir se révèle souvent pire qu'inutile et, accessoirement, fort laid. À qui vaut-il mieux avoir affaire ? À l'homme qui ne sait rien sur un sujet mais qui, chose extrêmement rare, est conscient de son ignorance, ou bien à celui qui sait quelque chose dans ce domaine mais qui croit tout savoir ?

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Marcher, 1862, Désobéir, Bibliothèques 10/18, 2832, Éd. de L'Herne 1994 <p.115>

[ vanité ]

Commenter

Commentaires: 0

oubli de soi

Quand, par une journée étouffante, je me laisse dériver sur les eaux paresseuses du lac, je cesse presque de vivre et commence à être. Pour moi, un marinier oisif allongé à midi sur le pont de son bateau constitue un symbole d'éternité aussi convaincant que le serpent qui se mord la queue. Je ne suis jamais aussi près de perdre mon identité. Je me dissous dans la brume.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Journal"

[ atemporalité ] [ lâcher-prise ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

circonvolutions

En fait, l’homme qui travaille ne dispose pas de temps libre pour une intégrité élevée au jour le jour, il ne peut se permettre d’entretenir les relations les plus nobles. Son travail s’en trouverait déprécié sur le marché. Il n’a pas le temps d’être autre chose qu’une machine. Comment celui qui doit si souvent utiliser son savoir peut-il bien se rappeler son ignorance et ce que sa croissance requiert ?

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", pages 24-25

[ précipitation ] [ temps naturel ] [ lenteur ] [ oppression du labeur ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

moyens de communication

Les hommes sont très pressés de construire un télégraphe magnétique allant du Maine à la Louisiane – mais le Maine et la Louisiane n’ont rien à se communiquer. […]
Les hommes brûlent de percer un tunnel sous l’Atlantique et de rapprocher de quelques semaines l’Ancien Monde du Nouveau – et peut-être que les premières nouvelles qui fuiteront dans la grande oreille battante de l’Amérique seront que la princesse Adélaïde a la coqueluche.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", pages 61-62

[ offre-demande ] [ futilité ] [ brasser du vent ] [ progrès ] [ ironie ] [ accélération ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson