Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 77
Temps de recherche: 0.0723s

question

Il y a chez chez l'homme qui construit sa propre maison un peu de cet esprit d'à-propos que l'on trouve chez un oiseau qui construit son propre nid. Si les hommes construisaient de leurs propres mains leurs demeures et se procuraient simplement et honnêtement de la nourriture pour eux-mêmes et les leurs, qui sait si la faculté poétique ne se développerait pas universellement, tout comme les oiseaux qui chantent lorsqu'ils font ces choses ?

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Walden

[ écologie ]

Commenter

Commentaires: 0

confort superflu

La plupart des luxes, et beaucoup de ce qu'on appelle les conforts de la vie, ne sont pas seulement non indispensables, mais constituent de véritables entraves à l'élévation de l'humanité.

(autre traduction, pour info, et aussi donner une petite idée des problématiques de transposition d'une langue à l'autre)

Le luxe, en général, et beaucoup du soi-disant bien-être, non seulement ne sont pas indispensables, mais sont un obstacle positif à l'ascension de l'espèce humaine.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Walden ou La vie dans les bois

[ abrutissement ] [ dépendance ] [ moralisme ]

Commenter

Commentaires: 0

loi de la jungle

J’aime à voir la nature si débordante de vie qu’elle peut se permettre de sacrifier des myriades d’êtres, d’accepter qu’ils servent de proies les uns aux autres – que de tendres organismes puissent être écrasés en toute sérénité, comme de la purée, et cesser d’exister, à l’instar des têtards gobés par les hérons, des tortues et des crapauds aplatis par une roue sur la route ; et qu’il pleuve parfois de la chair et du sang !

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", page 213

[ destruction ] [ abondance ] [ champ de bataille ] [ gaspillage ] [ générosité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

voyage sur place

Si un invalide me raconte juste comment, en tant qu’homme, il a bougé sur son siège, comment il a regardé par la fenêtre tantôt au sud tantôt au nord, avant de contempler le feu, ce sera aussi intéressant que le récit d’un périple à travers le continent ou dans les prairies. Car je mesure la distance intérieure et non la distance extérieure. A l’intérieur du corps d’un homme, se trouve suffisamment d’espace et de paysage pour une biographie.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Journal (I) octobre 1837- décembre 1840 d

[ monde intérieur ] [ rencontre ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

amplification

Aux heures de muette solitude, assis porte et fenêtres ouvertes aux toutes premières lueurs de l’aube, quand le silence était audible et que l’atmosphère était imprégnée du parfum de l’aurore dont j’ai parlé, le faible bourdonnement d’un moustique, en train de faire son petit tour invisible et inimaginable dans l’air chargé et indolent en direction des royaumes élyséens, était une trompette qui me rappelait ce que j’avais lu au sujet des histoires les plus anciennes et des épopées héroïques.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", page 84

[ transfiguration ] [ lever du jour ] [ détails ] [ nature ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

buches

Il n'est pas d'homme qui ne regarde son tas de bois avec une sorte d'amour. J'aimais avoir le mien devant ma fenêtre, et plus il y avait de copeaux, plus cela me rappelait de bonnes journées de travail. [...] Comme mon homme en charrette l'avait prophétisé le jour où je labourais, elles me chauffaient deux fois, d'abord lorsque je les fendais, ensuite lorsqu'elles étaient sur le feu, de sorte que nul combustible n'eût pu fournir plus de chaleur.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Walden ou La vie dans les bois

[ réchauffer ] [ rondins ]

Commenter

Commentaires: 0

pragmatisme

Il existe de nos jours des professeurs de philosophie, mais de philosophes, point. Et pourtant n'est-il pas admirable de professer ce qu'il était autrefois admirable de vivre ? Etre philosophe, ce n'est pas seulement avoir des pensées subtiles, ce n'est pas même fonder une école, c'est aimer assez la sagesse pour vivre selon ses arrêts, une vie de simplicité, d'indépendance, de générosité et de confiance. C'est résoudre quelques uns des problèmes de la vie, non seulement en théorie, mais en pratique.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Walden ou la vie dans les bois, 1854/collection bilingue Aubier 1967 <p.89>

[ . ]

Commenter

Commentaires: 0

répartie

En juillet 1846, alors qu’il est venu de Walden à Concord pour chercher des chaussures en réparation, Thoreau est arrêté pour refus de payer ses impôts. Fidèle à ses idées, il ne donnera pas son argent à un gouvernement injuste qui tolère l’esclavage au Sud et soutient une guerre contre le Mexique. Il se retrouve en prison. Emerson vient le voir et lui demande.
- Henry, pourquoi êtes-vous en prison? Ce à quoi Thoreau rétorque:
- Mais pourquoi , n’y êtes-vous pas?

Auteur: Thoreau Henry David

Info:

[ subversion ] [ révolte ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

utopie

C'est de tout coeur que je souscris à la maxime selon laquelle "le meilleur des gouvernements est celui qui gouverne le moins", maxime que j'aimerais voir suivie d'effet de manière plus rapide et plus systématique. Si on pousse le raisonnement à l'extrême, on finit par en arriver à l'idée suivante, à laquelle je crois aussi, que "le meilleur des gouvernements est celui qui ne gouverne pas du tout". D'ailleurs, lorsque les hommes y seront prêts, ils connaîtront une telle forme de gouvernement.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Résistance au gouvernement civil, 1848, Désobéir, Bibliothèques 10/18 Éd. de L'Herne 1994 <p.45>

[ anarchie ]

Commenter

Commentaires: 0

contemplation

C’est une volupté de rêver auprès d’un mur dans le soleil d’un après-midi de septembre, de se tapir près d’une pierre grise et d’écouter ce chant de sirène du grillon. Alors, le jour et la nuit ne semblent plus que des accidents, et le temps s’écoule comme un soir tranquille, comme la fin d’un jour heureux. Les champs desséchés et les molènes dorées par les rayons obliques sont ma nourriture. Je ne connais pas d’expression mieux appropriée à cette disposition de la Nature que celle d’alma natura.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Thoreau : Journal (1837-1861)

[ terre nourricière ] [ sérénité ]

Commenter

Commentaires: 0

Mis dans la chaine