Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Eh oui, FLP recherche mots et extraits tous azimuths. ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.      &nb... Lire la suite >>
Search results: 12
Search time counter: 0.0448s

approximation

Yax : Quel était le prénom de Staline ?
Serial-dormeur : Sylvester.

Auteur: Internet

Info:

[ jeu de mots ] [ dialogue-web ] [ urss ]

Commenter

Commentaires: 0

USA

<KoRn> Pour leurs voyages spatiaux, les ricains ont mis 5 ans et dépensés 10 millions de dollars pour construire un stylo qui pouvait écrire dans l'espace et dans des conditions extrêmes de froid et de chaleur....
Les russes ont utilisé un crayon.

Auteur: Internet

Info:

[ URSS ] [ humour ] [ gaspillage ] [ dialogue-web ]

Commenter

Commentaires: 0

Europe

Le plus stupéfiant restait quand même la situation actuelle de l'Allemagne. A la tête du pays se trouvait une femme lourdaude, aussi charismatique qu'un saule pleureur, et dont l'action était déjà d'emblée discréditée par ses trente-six années de collaboration bolchevique, sans qu'elle en soit le moins du monde gênée aux entournures.

Auteur: Vermes Timur

Info: Il est de retour

[ URSS ] [ Merkel ]

Commenter

Commentaires: 0

glissements

Tu connaissais les risques aussi bien que moi. Tu te rappelles ce qu'a écrit Virginia Woolf sur la nature humaine et la façon dont elle change ? C'est si lent qu'on ne s'aperçoit de rien ; tout paraît normal et un beau jour, paf ! On se réveille dans l'Allemagne d'Hitler, la Russie bolchevique, l'Angleterre de Thatcher ou en plein âge d'or, et les règles ne sont plus les mêmes.

Auteur: Moorcock Michael

Info: London Bone

[ historiques ] [ WW2 ] [ URSS ]

Commenter

Commentaires: 0

survie

Ce qui nous maintient en vie, ce sont ces gestes de la micro-vie : puiser un seau d’eau sur la Gorokhovaïa ; puis compter chacune des marches que l’on monte, les jambes en coton, jusque chez soi ; puis faire chauffer, sur des bûchettes, une casserole de lavasse ; puis sucer enfin, aussi longuement que possible, son quignon de pain – voilà ce qui nous détourne et nous sauve de nos pensées, de nos sentiments, et pour nombre d’entre nous, tout simplement de la folie.

Auteur: Werth Alexander

Info: Leningrad, 1943

[ guerre ] [ URSS ]

Commenter

Commentaires: 0

oppression

Ces paroles l'avaient profondément marquée, l'idée de voyage en Grande Bretagne avait commencé à la hanter, et elle considérait cela comme une trahison. Elle avait donc retiré sa candidature au Parti. On comprend fort bien que les commissaires-interrogateurs n'aient pas ajouté foi à cette confession hallucinante, mais on n'avait pas réussi à trouver d'autres chefs d'accusation. Elle avait été jugée (cela se faisait à l'époque) et condamnée à dix ans de camp de redressement par le travail pour "trahison de la patrie", selon l'article 19, qui stipule que l'intention n'a pas été concrétisée.

Auteur: Etkind Efim

Info: La Traductrice

[ Urss ]

Commenter

Commentaires: 0

oppression

En août 1918, Vladimir Ilitch [Lénine]... dans un télégramme adressé à Eugénie Bosch, écrivait ce qui suit: "Enfermer les douteux [non pas les "coupables"...] dans un camp de concentration hors de la ville...faire régner une terreur massive et sans merci... " [...]
Voilà donc où a été trouvé... ce terme de camps de concentration, l'un des termes majeurs du XXe siècle, promis à un si vaste avenir international!... Le mot lui-même s'était déjà employé pendant la Première Guerre mondiale, mais s'agissant de prisonniers de guerre, d'étrangers indésirables. Ici, pour la première fois, il est appliqué aux citoyens du pays lui-même.

Auteur: Soljenitsyne Alexandre

Info: L'Archipel du Goulag, 1918-1956

[ Russie ] [ soviet ] [ Urss ] [ étymologie ]

Commenter

Commentaires: 0

pénurie

Nulle part les gens ne sont aussi isolés que dans une queue pour le saucisson cuit, nulle part, compressés jusqu'à la nausée, ils ne sont aussi peu capables de s'entendre que dans cette chaîne multiple et serpentine, dont chaque maillon déteste le précédent et n'a que mépris et indifférence pour le suivant. L'hydre infinie ne diminue jamais, et les gens ont beau quitter le comptoir, la queue repousse instantanément, dans un brouhaha d'injures, excité par l'espoir méchant d'arracher ne serait-ce qu'un demi-kilo de saucisson cuit. Se pliant et se dépliant, les queues remplissent les magasins de leurs méandres infinis, en engloutissant paresseusement les restes ultimes de bonté, de bienveillance et d'humanité.

Auteur: Vaïner Gueorgui

Info: La corde et la pierre

[ URSS ] [ vingtième siécle ] [ communisme ]

Commenter

Commentaires: 0

porno

La langue du comte toucha prudemment le bout du gland et se mit à écarter le méat.
"Mais…non…Ne jouis pas ! Ne jouis pas pour moi !" disait Staline, les yeux révulsés.
Khrouchtchev serra très fort les couilles du Guide, qui s’étaient rassemblées.
"Que ça ne jaillisse pas…oh-oh-oh… Donne-moi un ordre ! Un ordre, comme autrefois ! Mais avec tendresse ! Avec tendresse quand même !
- Offre-moi ton petit derrière, mon délicieux garçon !" lui ordonna amoureusement Khrouchtchev qui continuait de tenir avec ténacité Staline par les couilles. / Staline se tourna sur le ventre en sanglotant :
"Le petit garçon a peur… Fais-lui un bisou sur son petit dos…
- Nous allons faire un bisou sur le petit dos du petit garçon…"

Auteur: Sorokine Vladimir

Info: Le lard bleu

[ URSS ] [ transgression ]

Commenter

Commentaires: 0

Europe

... un fait important souligné en 1944 par une simple phrase de Churchill : "Ce sont les Russes qui ont cassé les ressorts de l'armée allemande. " Oui, des raisons historiques et géographiques devaient faire que les Russes soutinrent le plus grand poids de la bataille contre l'Allemagne nazie, et que grâce à eux furent épargnées des millions de vies anglaises et américaines. Ces vies, les Russes n'ont pas voulu les sauver, pas plus qu'ils ne choisirent de sacrifier des millions d'entre eux. Mais telle fut la réalité, dont pendant la guerre les Anglais comme les Américains furent pleinement conscients. "Une vague de gratitude nationale submerge l'Angleterre", disait Sir Bernard Pares en 1942, et dans des sphères plus élevées on donna libre cours à des sentiments semblables. C'est ainsi qu'Ernest Bevin déclara le 21 juin 1942 : " Toute l'aide que nous avons pu fournir a été peu de chose auprès des efforts fascinants du peuple soviétique. Quand ils liront leurs livres d'histoire, les enfants de nos enfants revivront avec admiration et gratitude l'héroïsme du grand peuple russe."

Auteur: Werth Alexander

Info: La Russie en guerre, t. 1 : La Patrie en danger 1941-1942 ,1776. p. 13

[ ww2 ] [ historique ] [ URSS ]

Commenter

Commentaires: 0