Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES. Ce ne sont plus tant les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, la lecture, le rêve, l'humour. Les mots et les images que vous y mettez. Faites-vous plaisir,  par exemple en vous promenant sur 1 ou 2 mots  (ou 3, ou 4...... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 3
Search time counter: 0.0778s

dernières paroles

Merci

Auteur: Veil-Jacob Simone

Info: Rapporté par ses fils

[ gratitude ]

Commenter

Commentaires: 0

pensée-de-femme

Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme — je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'homme : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes.
C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame.
C'est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s'il admet la possibilité d'une interruption de grossesse, c'est pour le contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme.

Auteur: Veil-Jacob Simone

Info: 26 novembre 1974, Assemblée Nationale, dans Site de l'Assemblée Nationale, 1ère séance du 26 novembre 1974

[ grossesse ] [ interruption ]

Commenter

Commentaires: 0

camp de concentration

Rien ne s'efface : les convois, le travail, l'enfermement, les baraques, la maladie, le froid, le manque de sommeil, la faim, les humiliations, l'avilissement, les coups, les cris... rien ne peut ni ne doit être oublié. Mais, au-delà de ces horreurs, seuls importent les morts : la chambre à gaz pour les enfants, les femmes, les vieillards, pour ceux qui attrapent la gale, qui clopinent, qui ont mauvaise mine ; et, pour les autres, la mort lente. Deux mille cinq cents survivants sur soixante-dix-huit mille juifs français déportés. Il n'y a que la Shoah. L'atmosphère du crématoire, fumée et puanteur, de Birkenau. Je ne l'oublierai jamais. Là-bas, dans les plaines allemandes, s'étendent désormais des espaces dénudés sur lesquels règne le silence ; c'est le poids effrayant du vide que l'oubli n'a pas le droit de combler et que la mémoire des vivants habitera toujours.

Auteur: Veil-Jacob Simone

Info:

[ mémoire ]

Commenter

Commentaires: 0