Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche mots et extraits tous azimuths. ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.         ... Lire la suite >>
Search results: 78
Search time counter: 0.0693s

progrès

La bombe atomique ne nous apporte rien de nouveau, car rien n'est moins neuf que la mort. Il est atroce que des forces cosmiques, à peines maîtrisées, soient immédiatement utilisée pour le meurtre, mais le premier homme qui s'avisa de faire rouler un rocher pour en écraser son ennemi s'est servi de la gravitation pour tuer quelqu'un.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: notes

Commenter

Commentaires: 0

foi

Peut-être n'est-il dans nos mains qu'une petite flamme qu'il dépend de nous d'alimenter et de ne pas laisser éteindre ; peut-être sommes-nous la pointe la plus avancée à laquelle Il parvienne...
Combien de malheureux qu'indigne la notion de Son omnipotence accourraient du fond de leur détresse si on leur demandait de venir en aide à la faiblesse de Dieu ?

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: L'oeuvre au Noir, p.277, Folio no798

[ monothéisme ] [ sacrifice ]

Commenter

Commentaires: 0

moine

Les trappistes, tous pareils, à en juger par leur robe et par leur cagoule, travaillent aux champs, traient les vaches, guident à pas lents leurs gros chevaux bien étrillés. Michel les envie d'observer entre eux la règle du silence, qui à elle seule élimine entre les hommes (et plus encore entre les hommes et les femmes) la plupart des conflits.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: Le Labyrinthe du monde, tome 3 : Quoi ? L'Eternité

[ couvent ] [ mutisme ]

Commenter

Commentaires: 0

dormir

Qu'est notre insomnie, sinon l'obstination maniaque de notre intelligence à manufacturer des pensées, des suites de raisonnements, des syllogismes et des définitions bien à elle, son refus d'abdiquer en faveur de la divine stupidité des yeux clos ou de la sage folie des songes ? L'homme qui ne dort pas [...] se refuse plus ou moins consciemment à faire confiance au flot des choses.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: Mémoires d'Hadrien, p.27, Folio no921

Commenter

Commentaires: 0

être humain

Comme tout le monde, je n'ai à mon service que trois moyens d'évaluer l'existence humaine : l'étude de soi, la plus difficile et la plus dangereuse, mais aussi la plus féconde des méthodes ; l'observation des hommes, qui s'arrangent le plus souvent pour nous cacher leurs secrets ou pour nous faire croire qu'ils en ont ; les livres, avec les erreurs particulières de perspectives qui naissent entre leurs lignes.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: Mémoires d'Hadrien, p.30, Folio no921

[ analysé ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

adversité

Quand on aura allégé le plus possible les servitudes inutiles, évité les malheurs non nécessaires, il restera toujours, pour tenir en haleine les vertus héroïques de l'homme, la longue série des maux véritables, la mort, la vieillesse, les maladies non guérissables, l'amour non partagé, l'amitié rejetée ou trahie, la médiocrité d'une vie moins vaste que nos projets et plus terne que nos songes: tous les malheurs causés par la divine nature des choses.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: Mémoires d'Hadrien p.127

[ limitation ]

Commenter

Commentaires: 0

lecture

Rares sont ceux qui ont vu l'ensemble du livre. En général, les gens ne voient pas l'ensemble; ils voient la saillie, l'angle qui se rapprochent d'eux. Les gens regardent toujours d'un livre la facette qui reflète leur propre vie.(...)
Certains lecteurs se cherchent dans ce qu'ils lisent et ne voient rien d'autre qu'eux-mêmes; tout ce qu'ils touchent se change non pas en or, comme pour Midas, mais en leur propre substance.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info:

[ miroir ]

Commenter

Commentaires: 0

déclaration d'amour

Vous ne saurez jamais que votre âme voyage
Comme au fond de mon cœur un doux cœur adopté ;
Et que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âge,
N’empêcheront jamais que vous ayez été.
Que la beauté du monde a pris votre visage,
Vit de votre douceur, luit de votre clarté,
Et que ce lac pensif au fond du paysage
Me redit seulement votre sérénité.
Vous ne saurez jamais que j’emporte votre âme
Comme une lampe d’or qui m’éclaire en marchant ;
Qu’un peu de votre voix a passé dans mon chant.
Doux flambeau, vos rayons, doux brasier, votre flamme,
M’instruisent des sentiers que vous avez suivis,
Et vous vivez un peu puisque je vous survis.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: A André Fraigneau, après sa mort

[ hommage ] [ poésie ]

Commenter

Commentaires: 0