Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 186
Temps de recherche: 0.1684s

transmissions

Qu'est-ce que communiquer ?
La vallée communique avec la plaine ; le château avec le bois par un souterrain, etc.
Nous ne vivons partageant le temps qu'avec très peu ; avec les autres nous "communiquons" : échangeant des symboles, comme ils ont toujours dit, dont quelques-uns sont en langage ; à la place de l'impossibilité de vivre ensemble : résumés, abstraits, échangés par des dons.

Auteur: Deguy Michel

Info: Réponse à l'enquête "Wozu ? - A quoi bon des poètes en un temps de manque ?" - éd. Le Soleil Noir, p. 48

[ poésie ] [ ersatz ] [ commerce ] [ rapports humains ]

Commenter

Ajouté à la BD par Benslama

induction

L'histoire mathématique semble, de toutes les histoires, la moins liée à ce dont elle est véhicule; s'il y a lien, c'est à posteriori (a parte post), servant uniquement pour la curiosité, non pour l'intelligence du résultat : l'après explique l'avant. Le mathématicien n'a pas besoin de connaître le passé, parce que c'est sa vocation de le refuser: dans la mesure où il ne se plie pas à ce qui semble aller de soi par le fait qu'il est, dans la mesure où il rejette l'autorité de tradition, méconnaît un climat intellectuel, dans cette mesure seule il est mathématicien, c'est-à-dire révélateur de nécessités. Cependant avec quels moyens opère-t-il? L'œuvre négatrice d'histoire s'accomplit dans l'histoire.

Auteur: Cavaillès Jean

Info: "Remarques sur la formation de la théorie abstraite des ensembles", in Philosophie mathématique, éd. Hermann, 1962, p. 27–28

[ tâtonnements ] [ raisonnement ] [ recherche ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

ésotérisme

[…] chaque Nom réfère au Dieu qui se montre à et par l’Imagination théophanique. S’arrêter à la pluralité, c’est être avec les Noms divins et avec les Noms du monde. S’arrêter à l’unité du Dénommé, c’est être avec l’Être divin sous l’aspect de son Soi (dhât) indépendant du monde et des relations de ses Noms avec les Noms du monde. Mais les deux stations sont également nécessaires et conditionnées l’une pour l’autre. Refuser la première, c’est oublier que l’Être divin ne se révèle à nous que sous les configurations de l’Imagination théophanique, laquelle donne une réalité effective à ces Noms divins dont la tristesse aspirait à des êtres concrets en qui investir leur activité, et qu’ils feraient être ce qu’ils étaient, êtres grâce auxquels et pour lesquels ces Noms figureraient alors comme autant d’hypostases, écloses au pluriel qui les désigne comme "les Seigneurs". Mais manquer la seconde des deux stations, c’est ne plus percevoir l’unité dans la pluralité. En revanche s’arrêter simultanément aux deux, c’est être enfin équidistant du polythéisme et du monothéisme monolithique, abstrait et unilatéral. Reconnaître la pluralité qui s’attache à l’Imagination, ce n’est ni la dévaloriser ni prétendre l’annuler, mais au contraire la fonder.

Auteur: Corbin Henry

Info: Dans "L'imagination créatrice dans le soufisme d'Ibn'Arabî", page 207

[ création récurrente ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

indéterminisme incroyable

L'Univers était au mieux un endroit stupide... mais l'explication la moins probable était que tout soit issu du hasard, cette idée que des choses abstraites "se sont juste produites" pour devenir des atomes "assemblés fortuitement" de manière "aléatoire" pour ressembler à des lois cohérentes qui amènent certaines configurations "constituées à l'aveuglette" à être conscientes d'elles-mêmes et qu'"incidemment" elles se retrouvent à être l'Homme de Mars et un vieil excentrique chauve avec Jubal à l'intérieur.
Non, Jubal ne pouvait croire à cette théorie du "hasard", si populaire chez les hommes soi-disant scientifiques. Le hasard n'était pas une explication suffisante de l'Univers - en fait, le hasard n'était pas suffisant pour s'expliquer lui-même ; comme il est impossible de se décoller en tirant vers le haut le tabouret sur lequel on est assis.

Auteur: Heinlein Robert A.

Info: Stranger in a Strange Land

[ chance ontologique ] [ aléas ] [ tautologie ] [ croyance ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

néolibéralisme

L'idée qu'une société puisse être entièrement régulée par les forces du marché est un fantasme : un rêve impossible, généré par l'idée de ce que serait le monde si le comportement de chacun était totalement conforme à un idéal moral abstrait - ici les théories économiques qui supposent que toute action humaine a pour mode exclusif une avidité calculatrice, systématique (tout en restant scrupuleusement respectueuse des lois).

Auteur: Graeber David

Info:

[ utopie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

spéculation métaphysique

On peut s'amuser à décanter de façon ternaire la manière dont les hommes ont, consciemment ou pas, codé le monde présenté à leur sens. Tout est trois.

Ainsi des 3 idiomes humains abstraits : langage, musique, mathématiques.
De notre perception du réel : manifestation, sensation, mise dans la continuité (voir tiercité de C.S. Peirce)
Du codage sémiotique de ce réel : coopération de trois sujets, le signe, son objet et son interprétant (Peirce aussi)
Des fonctions du langage : sujet, verbe, compléments (acteurs - moteurs - qualités)
Des fonctions de la musique tonale : toniques - dominantes - sous dominantes (socles - moteurs - paysages défilant)
Des trois infinis du mathématicien George Cantor : a) Le plus complet, dans être de l'au-delà entièrement indépendant, Dieu, qu'il nomme infini absolu ou simplement l'absolu. b) Lorsqu'il se produit dans le monde créé c) Quand l'esprit le saisit dans l'abstrait comme grandeur, nombre ou type d'ordre mathématique.
De la philosophie : (a) Phénoménologie ; (b) Science normative ; (c) Métaphysique (C.S. Pierce)
Des éléments primaires de l'occultisme : Feu, Eau et Air
Des trois couleurs primaires soustractive (lumière) et additives (matière).

Partant de ce dernier exemple du double ternaire inversé des couleurs (est-ce un équivalent visuel de la gamme par tons ?) on ne résiste pas à franchir une étape, ce qui donne l'impression de passer au travers de notre miroir ontologique.

L'idée est qu'il y a un ordre sous-jacent articulé sur cette base six (double triades inverses) et que si on veut formaliser cet ordre le nombre sept - ou zéro - est nécessaire. Mais zéro est-il un nombre ?

Dans cette idée le sept "englobe" le tout, au sens où il représente le zéro, source de tout et indiscriminée "créatrice" du manifesté.

Zéro qui devient sept une fois que le double cycle ternaire, arrivé à son terme, recommence le cycle. Nous créons donc ici ce paradoxe : zéro est l'inversion de sept.

En clair, Sept, étant l'inversion de Zéro, n'existe pas.

Voilà, merci pour votre attention, sortez en rang par deux et en faites pas trop les fous durant la récré.

Auteur: Mg

Info:

[ humour ] [ septénaire ] [ numérologie ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

lecture

La poésie, par exemple, va si profondément dans l'espace entre affect corporel et émotion profonde (primitive même dans certains cas) que, comme l'a dit Emily Dickinson, elle peut vous faire exploser le haut du crâne. Le langage poétique est parfois mal compris et présenté à tort comme "abstrait" alors qu'en réalité, il est précis - exactement le langage des émotions et du corps.

Auteur: Yuknavitch Lidia

Info: therumpus.net

[ littérature ] [ quintessence ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

anti-religion

Voici le fondement de la critique irréligieuse : c'est l'homme qui fait la religion et non la religion qui fait l'homme. A la vérité, la religion est la conscience de soi et le sentiment de soi de l'homme qui, ou bien ne s'est pas encore conquis, ou bien s'est déjà de nouveau perdu. Mais l'homme, ce n'est pas un être abstrait recroquevillé hors du monde. L'homme c'est le monde de l'homme, c'est l'Etat, c'est la société. Cet Etat, cette société produisent la religion, une conscience renversée du monde parce qu'ils sont eux-mêmes un monde renversé. La religion est la théorie générale de ce monde, son compendium encyclopédique, sa logique sous une forme populaire, son point d'honneur spiritualiste, son enthousiasme, sa sanction morale, son complément cérémoniel, son universel motif de consolation et de justification. Elle est la réalisation chimérique de l'essence humaine, parce que l'essence humaine ne possède pas de réalité véritable. Lutter contre la religion, c'est donc, indirectement lutter contre ce monde là, dont la religion est l'arôme spirituel.

La misère religieuse est tout à la fois l'expression de la misère réelle et la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablée, l'âme d'un monde sans coeur, de même qu'elle est l'esprit d'un état de choses où il n'est point d'esprit. Elle est l'opium du peuple.

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. [...] La critique du ciel se transforme ainsi en critique de la terre, la critique de la religion en critique du droit, la critique de la théologie en critique de la politique.

Auteur: Marx Karl

Info: Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel (1843)

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

exactitude

"Qu'est-ce que la vérité ?" railla Pilate, sans pour autant croire en une réponse. Pilate était en avance sur son temps. Car la "vérité" elle-même est un nom abstrait, un caméléon, celui d'une construction logique, qui ne dépasse par même l'horizon d'un grammairien. Nous l'abordons casquette et catégories en main et nous demandons si elle est est une substance (Vérité, Corps de la Connaissance), ou une qualité (quelque chose comme la couleur rouge, héritière de vérités), ou une relation ("correspondance"). Mais les philosophes devraient se pencher sur quelque chose qui soit mieux à leur échelle. Ce qu'il faut plutôt discuter, c'est de l'utilisation, ou de certaines utilisations, du mot "vrai". Dans vino possiblement "veritas", mais dans un simple et sobre colloque "verum".

Auteur: Austin John Langshaw

Info: "Proceedings of the Aristotelian Society". "Truth" 1950

[ citation s'appliquant à ce logiciel ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

termes génériques

Le début du sens, pour ne pas dire de la sagesse, est de réaliser que "mener une action", tel qu'usé en philosophie, est une expression hautement abstraite - c'est un substitut - utilisé à la place de n'importe quel verbe (presque tous ?) avec un thème/sujet personnel/particulier, tout comme "chose" est un substitut pour n'importe quel substantif, et "qualité" un substitut pour l'adjectif.

Auteur: Austin John Langshaw

Info:

[ langage ] [ triade ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel