Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 283
Search time counter: 0.1971s

humour

A mi-chemin, toutefois, quelqu'un s'aperçoit qu'ils n'ont pas enterré le bon mort. De plus, ils ne connaissent même pas celui-là. La personne qu'ils ont enterré n'était pas morte, ni même malade puisqu'elle chantait la tyrolienne. Ils retournent au cimetière et exhument le pauvre homme, qui les menace de leur faire un procès, aussi lui proposent-ils de faire nettoyer son costume et de leur envoyer la facture du teinturier. Pendant ce temps, plus personne ne sait qui est mort au juste. L'orchestre continue de jouer pendant que l'on enterre successivement tous les hommes présents selon le principe que le seul qui ne protestera pas sera le mort. Mais il apparaît très vite que personne n'est mort, et maintenant il est trop tard pour se procurer un défunt, à cause du départ en vacances.

Auteur: Allen Woody

Info: Destins tordus

[ absurde ] [ funérailles ]

Commenter

Commentaires: 0

mondialisation

La publicité voudrait faire croire qu'elle est nécessaire à la satisfaction des besoins humains alors qu'elle est l'esclave des plus grandes sociétés transnationales. Le terme même de globalisation a été inventé par Theodore Levitt, l'un des grands gourous américains du marketing. Sa thèse est simple : "Les différences de cultures, de goûts nationaux, d'environnement institutionnel des affaires sont des vestiges du passé."
On a vite compris : plus une tête ne doit dépasser. La globalisation c'est la pensée unique mise au carré. Les partisans de la globalisation rêvent de réaliser tout ce qu'on accusait les communistes de vouloir faire. La globalisation, c'est un véritable communisme à la Ubu. Ils ne rêvent que de publicités "globales" pour des produits "globaux" type McDo, Nike ou Disney imposés à des consommateurs tout aussi "globaux".

Auteur: Ariès Paul

Info: Démarque-toi !, Petit manuel anti-pub, p. 23-24

[ normalisation ] [ absurde ] [ propagande ]

Commenter

Commentaires: 0

humour

C'est une dame qui se cherche un sac à main car on lui a volé le sien. elle entre chez un grand maroquinier, et là, la vendeuse lui présente un assortiment de sacs pour dames. Il y en a un qui lui plait vraiment, petit parfait pour la ville et le soir.
La vendeuse lui dit : vous avez raison madame c'est notre plus bel article
La dame demande: - Quel est son prix?
- 10000 francs, répond la vendeuse
- 10000 francs, dit la dame, Mais c'est horriblement cher pour un petit sac de rien du tout!
- Peut être', dit la vendeuse, 'mais ce sac est fait en vraie peau de bite humaine ..
- Et alors' dit la dame
- Eh bien si vous le chatouillez un peu vous avez un sac de voyage...

Auteur: Internet

Info:

[ absurde ]

Commenter

Commentaires: 0

judaïsme

L'exemple suivant suffira à illustrer l'ambiguïté, voire l'irresponsabilité de certains savants. L'allemand Fritz Haber (1868-1934), reçut le prix Nobel de chimie en 1918 pour avoir réussi la synthèse de l'ammoniac à partir de l'azote de l'air. Il a ouvert la voie de l'amélioration de la production agricole par l'utilisation d'engrais azotés, ce qui a représenté un progrès considérable pour l'humanité. Mais il est aussi tristement célèbre pour avoir découvert et expérimenté des gaz asphyxiants utilisés pendant la Première Guerre mondiale. Une de ces substances hautement toxique (le Zyklon B) mise au point par ce grand savant devint, en 1943, l'instrument de l'extermination de malades incurables, de malades mentaux et surtout celui de l'Holocauste. Hitler ne lui sut pas gré de ses découvertes. Malgré l'intervention personnelle du grand physicien Max Plank, Fritz Haber a dû, dès 1933, fuir l'Allemagne et se réfugier en Angleterre, parce que lui-même était... juif.

Auteur: Girod Michel

Info: Penser le racisme, Calmann-Lévy, 2004, pages 29-30

[ absurde ] [ camp de concentration ]

Commenter

Commentaires: 0

vocabulaire

Novlangue de l'Education Nationale Française
élève : apprenant
parent : géniteur d'apprenant
enseignant : inducteur de méta cognition
écriture : motricité de proximité
bras : segment manipulateur antérieur
cour de récréation : espace intersticiel de liberté
mauvais élève : inappétant scolaire
ballon : référentiel bondissant
ballon de rugby : référentiel bondissant aléatoire
natation : mesures de performances réalisées en environnement instable
fainéant : qui manifeste un léger déficit de motivation induisant une phase de repos intellectuel qui n'est probablement que temporaire
paresseux : ne présente aucune appétence génétique manifeste pour le travail scolaire
feignant : se montre réfractaire à toute dépense d'énergie intempestive
fait des bêtises : manque de maturité qui implique des comportements déviants peu propices à maintenir son attention et son sérieux
fait le clown : a un sens inné de la plaisanterie qui le conduit à distraire ses camarades et à animer le cours sans se soucier de l'ordre établi.

Auteur: Internet

Info:

[ absurde ] [ humour ] [ administration ] [ politiquement correct ]

Commenter

Commentaires: 0

alimentation

Ce qui est sûr, c'est qu'il ne faut pas de fer. Jamais de fer ! Le fer rougit la viande du veau qui sera égorgé, et alors la consommation baisse, car l'axiome est que le consommateur "veut" de la viande blanche. Sinon, il passe aux topinambours. Pas de fer, donc pas de foin, qui en contient. Un veau laissé libre, ce qui n'arrive presque jamais, commence à ruminer très tôt. Mais pour cela il lui faut des aliments solides, qu'il mangerait volontiers dès l'âge de 2 semaines, progressivement.
Ce serait insupportable. On lui donne à manger des aliments liquides, dans une poche plastique. Le besoin de téter doit être éradiqué, et l'est. L'idéal, qui n'est pas toujours atteint, c'est d'entraver le veau. De l'attacher de façon à éviter que ses petits mouvements désordonnés dans l'espace concédé ne conduisent au développement des muscles. Si le sang circule dans le corps et les muscles, malheur ! La viande sera forcément rosacée.

Auteur: Nicolino Fabrice

Info: Bidoche. L'industrie de la viande menace le monde

[ industrie ] [ absurde ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

A Khelm, en Pologne, vivait autrefois un Fou véritablement insensé. Chaque matin, quand il se levait, c'était pour lui tout un problème de retrouver ses vêtements et de se rhabiller - à telle enseigne que, le soir, il hésitait à se déshabiller pour se coucher !
Mais voilà qu'une nuit, se sentant intérieurement plus fort que d'habitude, il prit un bout de papier sur lequel il nota, l'un après l'autre, l'emplacement de chacun des vêtements qu'il enlevait : ici, le chapeau ; là, le pantalon ; puis la veste, etc. Au matin il se leva, très content de lui, et prit sa liste en main. "Voici le pantalon", et il l'enfila. "Voici ma chemise", il la glissa sur son dos. "Et maintenant, ma veste ; enfin, mon chapeau !...", et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il soit entièrement habillé. "Oui, mais moi ? se demanda-t-il soudain. "Où suis-je donc resté ?"
Le pauvre bougre se chercha sans succès. Il fouilla partout sans pouvoir se retrouver !
- Ainsi de nous, ajouta le Sage.

Auteur: Szajkowski Zisse

Info: extrait du shtetl Kartuz-Bereze, Contes des sages du Ghetto, Seuil, p. 48

[ absurde ] [ humour ] [ folie ]

Commenter

Commentaires: 0

humour

Ca se passe dans un avion. Tout à coup, on entend le commandant de bord annoncer d'une voix tremblante que l'avion va s'écraser dans 10 mn. A ce moment, une fille très moche se lève et commence à crier:
- Non, non, je ne veux pas mourir ! Je suis trop jeune et encore vierge ! J'ai 25 ans et je ne sais pas ce que c'est qu'être une femme. J'aimerai juste savoir ce que ça fait ! Est-ce que quelqu'un dans l'avion peut me montrer ce que ça fait d'être une femme ?
Les gens qui étaient au bord de la panique se calment et passent au mutisme le plus complet. A ce moment, un gars superbe se lève, un mélange de Brad Pitt, Johnny Depp et Leonardo di Caprio et dit:
- Moi, je peux vous faire vous sentir une femme.
Il s'avance vers la fille, enlève les boutons de sa chemise un à un, l'enlève, dévoilant un torse de Chippendale tandis que la fille le dévore des yeux. Le gars lui tend sa chemise et en la regardant droit dans les yeux dit :
- Lave-moi ça, connasse et magne-toi le cul !

Auteur: Internet

Info:

[ absurde ] [ macho ]

Commenter

Commentaires: 0

humour

Ça se passe au Texas du temps des cow-boys à grands chapeaux, à grandes bottes et à pistolets (c'est important). C'est un vendredi après-midi sous un soleil de plomb dans la rue principale d'un petit village lors d'un marché. L'histoire proprement dite :
Deux cow-boys se baladent dans la foule. John dit à Bob : tu vois le gars là-bas je l'aime pas.
Bob : Lequel ??? (y a à peu près 1000 personnes, bon j'exagère... disons 117)
John : ben celui avec un grand chapeau
Bob : ben tout le monde a des chapeaux !!
John : Mouais.. bon celui avec des grandes bottes
Bob : ben tout le monde a des grandes bottes
John : Mouais... bon celui avec 2 pistolets à la ceinture
Bob : mais... tout le monde a 2 pistolets à la ceinture
John : attend...
John sort ses 2 pistolets et tire sur toutes les personnes se trouvant sur la place. C'est un vrai massacre, les paisibles citoyens tombent les uns après les autres. Il n'en reste qu'un.
John : Tu vois le gars qui reste ??
Bob : ben ouais
John : et ben, tu vois ce gars j'l'aime pas !!

Auteur: Internet

Info:

[ absurde ]

Commenter

Commentaires: 0

onirisme

Je rêvais que je dormais. Naturellement, je ne me laissais pas prendre, sachant que j'étais éveillé, jusqu'au moment où, me réveillant, je me rappelai que je dormais. Naturellement, je ne me laissais pas prendre, sachant que j'étais éveillé, jusqu'au moment où, m'endormant, je me rappelai que je venais de me réveiller d'un sommeil où je rêvais que je dormais. Naturellement, je ne me laissais pas prendre, sachant que j'étais éveillé, jusqu'au moment où, me réveillant, je me rappelai que je dormais. Naturellement, je ne me laissais pas prendre, jusqu'au moment où, m'endormant, je me rappelai que je venais de me réveiller d'un sommeil où je rêvais que je dormais. Naturellement, je en me laissais pas prendre, jusqu'au moment où, perdant toute foi, je me mis à me mordre les doigts de rage, me demandant malgré la souffrance grandissante si je me mordais réellement les doigts ou si seulement je rêvais que je me mordais les doigts de ne pas avoir si j'étais éveillé ou endormi et rêvant que j'étais désespéré de ne pas savoir si je dormais, ou si seulement je... et me demandant si... Et ainsi d'insomnies en inutiles sommeils, je poursuis sans m'abandonner jamais un repos qui n'est pas un repos, dans un éveil n'est pas un éveil, indéfiniment au guet, sans pouvoir franchir la passerelle quoique mettant le pied sur mille, dans une nuit aveugle et longue comme un siècle, dans une nuit qui coule sans montrer de fin.

Auteur: Michaux Henri

Info: Face aux verrous

[ littérature ] [ poésie ] [ absurde ]

Commenter

Commentaires: 0