Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Search results: 6
Search time counter: 0.2103s

orient-occident

Kong-tong, le Chaos, ne possédait aucun organe sensoriel. Ses amis, qui lui devaient leur perfection, par reconnaissance, décidèrent de lui en donner. En huit jours, ils réussirent à lui façonner yeux, nez, bouche, oreilles, mais le neuvième jour, Chaos, transformé en être sensible comme eux, mourut. L’Orient est Chaos, l’Occident, le groupe de ses amis bien intentionnés, mais sans discernement.

Auteur: Suzuki Daisetz Téitaro

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 12

[ incompatibles ] [ Asie-Europe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

sources

La psychanalyse est un produit aussi purement occidental que le Zen est oriental. C’est l’enfant de l’humanisme et du rationalisme de l’Occident et de cette quête romantique des forces sombres qui échappent au contrôle de la raison, née au XIXe siècle. En remontant beaucoup plus haut, on peut trouver comme ancêtres à cette approche thérapeutico-scientifique de l’homme, la sagesse grecque et l’éthique hébraïque.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 85

[ origines philosophiques ] [ Asie-Europe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

théorie-pratique

L’Oriental est à l’abri de cette illusion, trop commune en Occident, qui consiste à croire que tout peut s’apprendre dans les livres, et qui aboutit à mettre la mémoire à la place de l’intelligence ; pour lui, les textes n’ont jamais que la valeur d’un “support”... et leur étude ne peut être que la base d’un développement intellectuel, sans jamais se confondre avec ce développement même ; ceci réduit l’érudition à sa juste valeur, en la plaçant au rang inférieur qui seul lui convient normalement, celui de moyen subordonné et accessoire de la connaissance véritable.

Auteur: Guénon René

Info: Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues

[ chair-esprit ] [ Asie-Europe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

maîtriser

A la différence de la Chine qui apprivoisera le hasard pour en faire le pivot de sa rationalité, la raison cartésienne va se poser en s’y opposant. "S’articulant autour de l’idée de déterminisme, elle va substituer l’idée de nature à celle de Dieu", comme l’explique Karl Popper. La nature détermine tout par avance : elle est toute-puissante autant qu’omnisciente, pensait-on. Mais à l’inverse de Dieu, la nature n’est pas insondable. Dès lors que ses lois seront connues, le futur pourra être prédit et le hasard vaincu. Le rationalisme s’est fondé en créant une catégorie artificielle : l’irrationnel, vaste fourre-tout dans lequel sera rangé tout ce que ses axiomes sont impuissants à concevoir : la foi, la magie, l’aléatoire.

Auteur: Javary Cyrille J.-D.

Info: Dans "Le Yi Jing", page 103

[ orient-occident ] [ dualisme ] [ Asie-Europe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

orient-occident

Toutes les nations occidentales sont tout à fait convaincues que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt et qu’il importe de finir, vite et bien, ce qui a été entrepris. C’est véritablement une sorte de principe dionysiaque – vas-y, entame ton travail et achève-le. Par exemple, en politique, les Occidentaux disent : "Nous voulons un gouvernement, nous voulons quelqu’un qui nous gouverne", et ce quelqu’un est investi de cette responsabilité. La manière orientale consiste à s’asseoir sans bouger et à laisser croître les choses par elles-mêmes. Il y avait un empereur légendaire en Chine qui entendit un paysan dire qu’il ne savait pas même qu’il y avait un empereur. Avec une satisfaction évidente, l’empereur rapporta la déclaration de son paysan, car elle prouvait que son gouvernement était excellent, puisque invisible.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Dans "Analyse des visions", conférence du 4 février 1931

[ wu-wei ] [ idéal ] [ Asie-Europe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

orient-occident

Ce que le Judéo-Christianisme et le Bouddhisme Zen ont en commun, c’est la connaissance de la nécessité d’abandonner "ma volonté" (prise ici dans le sens d’un désir de forcer, de diriger le monde extérieur et intérieur à moi) afin d’être totalement ouvert, coopérant, éveillé, vivant. Souvent, dans la terminologie Zen, cet état est décrit comme "le vide en soi " ce qui ne signifie rien de négatif, mais simplement la disponibilité pour recevoir. Dans la terminologie chrétienne, il est appelé "mourir à soi-même et accepter la volonté de Dieu". Formulée ainsi, il semble y avoir peu de différence entre l’expérience chrétienne et l’expérience bouddhique. Mais pour autant qu’il s’agisse d’une interprétation et d’une expérience ordinaire, la formulation chrétienne signifie qu’au lieu de prendre lui-même ses décisions, l’homme en laisse le soin au Père omniscient et omnipotent qui veille sur lui et sait ce qui lui convient. Il est évident que dans une telle expérience l’homme ne se fait pas ouvert et coopérant, obéissant et soumis. Suivre la volonté de Dieu dans le sens d’un abandon de son égoïsme est accompli bien mieux quand il n’existe aucune notion de Dieu. Paradoxalement, c’est en abandonnant l’idée de Dieu que j’accomplis le mieux la volonté de Dieu. Le concept de la vanité, dans le Zen, contient en lui la vraie signification d’un abandon, d’un abandon de sa volonté sans le danger d’une régression vers le concept idolâtrique d’un père secourable.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 106

[ spiritualité ] [ rapport au transcendant ] [ Asie-Europe ] [ oubli de soi ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson