Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 14
Temps de recherche: 0.0469s

jeu de mots

On a du sang sur les mains parce que la rue a ses règles.

Auteur: Rohff

Info:

[ punchline ] [ menstruation ] [ banlieue ]

Commenter

Commentaires: 0

USA

Désormais, je comprenais mieux ce qu'était une ville américaine. Son coeur battait en périphérie. Si le centre était à moitié abandonné, presque mort, en périphérie sa volonté de vivre se faisait toujours plus tenace, la ville refusait de finir.

Auteur: Büscher Wolfgang

Info: Loin de la mer : A pied à travers les Grandes Plaines, p 146

[ banlieues ] [ downtown ]

Commenter

Commentaires: 0

écriture

Les mots que j'invente, les poèmes que j'écris dans mon cahier me donnent de l'assurance, m'épargnent, je crois, les mauvaises rencontres. Je sais que chez Amok et les autres les mots d'échange n'existent pas, ou si peu. Les gestes tendres encore moins. Les paroles de leurs parents, à ce qu'ils disent, sont des cris qui gercent la peau et les coeurs.

Auteur: Kalouaz Ahmed

Info: Les lampadaires du parc

[ banlieue ] [ sauvegarde ]

Commenter

Commentaires: 0

école

La violence qui régnait au collège, dans la cour de récré comme dans les couloirs, les incidents à répétition en classe, les bagarres incessantes, le niveau effarant des élèves après tant d'années de scolarité, les trois cent mots de vocabulaire dont ils disposaient, en comptant large, le néant culturel, l'agressivité à fleur de peau, la détresse sous-jacente, l'océan de misère dans lequel ils surnageaient, oui, c'était dur, très dur. Ce n'était pas réellement un travail de prof.

Auteur: Jonquet Thierry

Info: Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte

[ décadence ] [ banlieue ]

Commenter

Commentaires: 0

frustration

Dieu, tu comprends pourquoi les pauvres n'aiment pas partager ? A force de ne rien avoir jamais, ils ne rêvent pas de posséder mais de tout posséder (...)
Un pauvre c'est coléreux, ça montre sa richesse pour être sûr de faire mal, il a besoin d'éteindre un incendie de deux siècles parfois. Au fait, mes aïeux ? Depuis combien de temps tirent-ils tous les diables par la queue ? Non, ne répondez pas sinon je vais frapper ma mère ! Pourquoi ? Mais pour m'avoir engendré, tout simplement !

Auteur: Magyd Cherfi

Info: Ma part de Gaulois, p. 81

[ consumérisme ] [ banlieue ]

Commenter

Commentaires: 0

musique

J'ai plein de copains qui se sont suicidés. Je peux citer un paquet de gens qu'on a connus aux Halles et qui ne sont plus là. Pareil dans ma cité ; des amis d'enfance, j'en ai plus beaucoup. Sida, suicides, overdoses... C'est ce que tu as quand tu soulèves le rideau d'une petite cité, tranquille. J'en arrive souvent à penser que si l'enfer existe, il est ici sur Terre. On est en plein dedans. Tout être humain qui a de la sensibilité a envie de se foutre en l'air.

Auteur: Helno Noël Rota

Info:

[ banlieue ] [ autodestruction ]

Commenter

Commentaires: 0

décor nocturne

L'air de la nuit collait à la peau comme une toile d'araignée. Les réverbères se dressaient sur le trottoir tels des sceptres tenus par des mains illuminées. La boîte aux lettres de la rue se tenait sur son flanc et elle avait été bombée à la peinture noire. Le vent charriait des odeurs d'ordures et de graisse brûlée. Des griffes de chats avaient percé les sacs-poubelle laissés sur le bord du trottoir et leur contenu s'étalait dans le caniveau, papiers et os de poulet, canettes et mégots de cigarettes.

Auteur: Fondation Larry

Info: Effets indésirables

[ Etats-Unis ] [ banlieue ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

culture

Propos d'un habitant de Saint-Denis interrogé au sujet du festival de Saint-Denis, consacré à la musique classique : "Je considère que c'est un festival pour la population extérieure à Saint-Denis, à mon avis, il y a quelques dionysiens qui y vont, mais moi je considère qu'on ne va pas au festival pour faire voir qu'on est bien habillé ou pour rencontrer, pour papoter avec madame de... (...). Avant il y avait un kiosque sur la place Jean-Jaurès, à cette époque-là il y avait des sociétés de musique à Saint-Denis, maintenant il n'y a plus rien, alors on a de la belle musique mais est-ce qu'on accroche le populo avec ça ?"

Auteur: Bacqué Marie-Hélène

Info: Le devenir des banlieues rouges, p. 98

[ banlieue ] [ beaux-arts ]

Commenter

Commentaires: 0

littérature

Je m'appelle Ilyès. À Saint-Denis, on me connaît sous le surnom du Marseillais. Je suis capable de griller le code d'une carte bleue en un clin d'oeil. Une fois mon travail réalisé, je peux dépenser sans compter. J'ai assumé mes conneries et vu le paquet de fric que cela m'a rapporté, la mise en parenthèses de ma liberté en valait le prix. Saint-Denis a été le théâtre de mes premiers coups. J'ai été assez malin pour passer les diplômes du crime, les autres candidats se sont retrouvés à vendre de la came ou du shit. Certains sont morts, d'autres se sont perdus entre les allers-retours au placard. Au fond de moi, je sais que ma sortie n'est que provisoire et que je vais reprendre la direction de la maison d'arrêt à la moindre erreur.

Auteur: Santaki Rachid

Info: Les anges s'habillent en Caillera

[ banlieue ] [ conscience ] [ délinquant ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

Une femme à son balcon, en train de fumer. Les cheveux desséchés par les décolorations, la peau ternie par la nicotine et le regard marqué par les heures supplémentaires. Elle était en jogging, ou peut-être en pyjama, observant la cour en bas où s’était rassemblé un groupe de jeunes en scooter. Zeno fut certain qu’elle cherchait parmi eux le visage absent de son fils.
À d’autres fenêtres, à d’autres balcons des sept tours qui enserraient les Lombriconi sur trois côtés, comme pour les assiéger, il y avait des dizaines de femmes semblables. Plus jeunes, plus vieilles. À demi cachées derrière un rideau, ou le front plissé contre la vitre. Des pinces à linge à la main, un petit miroir de maquillage, un portable. Toutes identiques dans leur façon de regarder dehors, tels des oiseaux coincés dans un colombier.

Auteur: Avallone Silvia

Info: La vie parfaite, Page 18, Liana Levi, 2018

[ banlieue ] [ HLM ]

Commenter

Commentaires: 0