Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 46
Temps de recherche: 0.0444s

barbarie

Mais pour rendre cette conversation un brin plus intéressante, disons que je suis toujours un peu révolté lorsque j'entends quelqu'un s'exclamer "Hitler était inhumain !" alors que ce qu'il a fait, sans l'approuver cela va sans dire, est, au contraire, très humain. Incontestablement humain même ! Vous connaissez beaucoup d'animaux, vous, qui construiraient des camps de concentration pour y exterminer d'autres animaux à cause de leur couleur de peau ou leur religion ?

Auteur: Puértolas Romain

Info: La police des fleurs, des arbres et des forêts

[ rationalisme anthropien ] [ homme-animal ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

barbarie

Nous venions de reprendre un village... Nous cherchons un endroit pour faire provision d'eau. Nous entrons dans une cour où s'élève un chadouf. Il y a là un puits en bois, sculpté... Le maître des lieux gît sur le sol, le corps criblé de balles... Un chien semble monter la garde à côté. Le chien nous voit, commence à geindre. Nous avons mis un moment à comprendre qu'en fait il nous appelait. Il nous a conduits vers l'entrée de la chaumière.... Nous l'avons suivi. Sur le sol étaient étendus la femme de l'homme et trois petits enfants...
Le chien s'assoit près d'eux et se met à pleurer. A pleurer vraiment. Comme un être humain... Un grand chien... J'ai pensé pour la première fois : "Pourquoi les hommes n'ont-ils jamais honte devant les animaux ?..."

Auteur: Alexievitch Svetlana

Info: Oeuvres : La guerre n'a pas un visage de femme ; Derniers témoins ; La supplication, p. 146

[ atrocités ] [ homme-animal ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

barbarie

J'ai peur des hommes... Ça me vient de la guerre...
Sous la menace de mitrailleuses, ils nous ont emmenés... dans la forêt.
Ils ont choisi l'endroit le plus bas, là où l'eau stagnait. Ils ont donné des pelles à mon père et à mon frère pour creuser un trou. Maman et moi, on nous a postées sous un arbre pour regarder.
Maman et moi, on les a regardés se faire fusiller. On n'avait pas le droit de se retourner ou de fermer les yeux.
Ils nous ont dit : "si vous pleurez, on tire. Souriez..."
Ils sont là, plantés... Tous jeunes, beaux... Ils sourient... Une terreur animale me serre le cœur. Ce n'est plus des morts que j'ai peur, mais des vivants. Depuis, j'ai peur des Hommes jeunes. J'ai passé ma vie, seule...
Je ne me suis pas mariée... Je ne sais pas ce que c'est que l'amour... J'ai toujours eu peur : des fois que j’accoucherais d'un garçon ?

Auteur: Alexievitch Svetlana

Info: Derniers témoins

[ hommes-par-femmes ] [ atrocité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

barbarie

Moulin finissait de dîner quand le général allemand le convoqua dans son bureau. Avant l’entrevue, un officier lui signifia clairement et en français ce qu’on attendait de lui. Les autorités d’occupation exigeaient qu’il signe un "protocole" qui relatait qu’au hameau de La Taye, des femmes et des enfants avaient été violés et tués par des soldats "nègres" en pleine retraite. Par ce biais, les officiers de la Wehrmacht essayaient de se dédouaner en faisan endosser aux tirailleurs sénégalais un massacre dû en réalité à leurs propres troupes. Moulin refusa net. (…) Aussitôt les coups commencèrent à s’abattre sur lui (…) Dès lors, il se mura dans le silence. Pendant des heures, il fut obligé de rester debout (…) On le conduisit ensuite sur les lieux pour qu’il "juge sur pièces". C’était une vision d’horreur qui s’offrait à ses yeux. Bientôt pour le confronter de plus près, un officier allemand l’obligea à se coucher sur un tronc humain qui avait été une femme (…) Finalement il se retrouva en cellule (…) Sur le sol de la cellule, il y avait du verre brisé (…) Au matin du 18 juin, alors qu’un obscur général peaufinait l’appel qui allait le rendre célèbre, un soldat allemand le découvrit couvert de sang, un plaie béante dans la gorge.(…)

Auteur: Péan Pierre

Info: Jean Moulin, l'ultime mystère

[ torture ] [ racisme ] [ ww2 ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

barbarie

Jouer avec la frayeur d'un enfant procure une grande joie à ce genre de brutes. Un enfant atteint plus vite le bord du gouffre, il a toujours peur de façon définitive. On sait bien que la violence, la cruauté sont un aphrodisiaque puissant et que ceux qui ne jouent pas avec la mort d'un être humain, ceux qui ne la voient pas germer et venir à maturation chez cet autre, ne connaissent pas la vraie volupté. D'abord timide, incrédule, elle enfle et dépasse la victime: c'est alors que les bourreaux éprouvent le plus de plaisir.

Auteur: Janko Anna

Info: Une si petite extermination

[ sadisme ] [ horreur ]

Commenter

Commentaires: 0

barbarie

Au total, les historiens estiment qu'environ 250000 victimes étaient sacrifiées chaque année dans l'empire Aztèque au début du seizième siècle.
A quoi rimaient ces meurtres ritualisés ?
Au dire des Aztèques eux-mêmes, ces sacrifices servaient à retarder la fin du monde

Auteur: Hancock Graham

Info: L'empreinte des dieux

[ apocalypse ] [ sursis ] [ eschatologie ] [ justification ]

Commenter

Commentaires: 0

barbarie

... ce jeune et joli garçon qui danse bien et chante mieux encore, cet éphèbe au visage clair me dit des mots horribles, des phrases qu’on n’oserait pas imaginer dans un cauchemar :

- Oui beaucoup succomberont. Si nous entrons chez vous [en France], quand nous entrerons, on fusillera même les enfants dans le ventre de leur mère.

Ces paroles dignes d’un cafre ou d’un fou furieux me furent dites froidement par un jeune SS de vingt-cinq ans au café Sturm [à Berlin] ...

Auteur: Hauteclocque Xavier de

Info: La tragédie brune , 1934. In La tragédie brune de Thomas Cadène

[ fascisme ]

Commenter

Commentaires: 0

barbarie

Nous passons des années et des années dans des salles de cours et des laboratoires, nous nous plongeons dans les livres pour ingurgiter tout ce savoir accumulé par les hommes depuis des siècles en vue de soigner les corps, d’en chasser la douleur et la mort, et voilà qu’arrive une bande d’abrutis quasi illettrés qui, rien qu’en appuyant sur un bouton ou une détente, les réduisent en charpie ! Du sang, partout du sang ! Le pays réduit à l’état de table de dissection, à cette différence près que, au lieu des morts, on dissèque les vivants. Voilà la science du vivant en vogue ces temps-ci.

Auteur: Sinan Antoon

Info: Ave Maria, à propos de la guerre en Irak

[ fanatisme ] [ guerre ]

Commenter

Commentaires: 0

barbarie

J’ai vu des hommes, ignorant tout de la miséricorde, dépasser même la surérogation* pour gagner tout d’un coup les œuvres de tuerie. Ils sont venus à moi qui étais faible et nu, j’ai su qui ils étaient et pourquoi ils venaient, et comme ils approchaient je leur ai murmuré, Ah vous venez gagner vos œuvres de tuerie.

Auteur: Mathieu Riboulet

Info: Les Oeuvres de miséricorde : Fictions et réalité. *Ce que l'on fait au-delà de ce qui est dû ou obligé.

[ violence gratuite ]

Commenter

Commentaires: 0

barbarie

Le livre interdit de Francis et Colette Jeanson, "L’Algérie hors la loi", publié en 1955, révèle les enfumades du général Bugeaud à la professeure agrégée que j’étais. On m’a donc menti sur l’histoire de France. Je comprends bientôt que les pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement Guy Mollet le 12  mars 1956 par la gauche tout entière, communistes compris, sont le paravent d’un système de torture rappelant la Gestapo. La guerre d’Algérie, c’est donc la République qui torture au nom de la France une et indivisible de Dunkerque à Tamanrasset. Mon image de la République, préservée par la Résistance, s’effondre.

Auteur: Citron Suzanne

Info:

[ pouvoir ] [ conservation ]

Commenter

Commentaires: 0