Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 19
Temps de recherche: 0.1034s

éloge

Lorsqu'on étudie ces notes et mémoires, on voit surgir un Churchill plus grand encore que l'image qu'on s'en fait aujourd'hui. Churchill ne se préoccupait pas uniquement d'étudier de vastes plans stratégiques et de composer des discours aux fortes résonances, il s'occupait sans cesse des difficultés quotidiennes qui tracassaient les gens de Londres. Un jour que des Londoniens, récemment sinistrés, lui faisaient un chaleureux accueil, les larmes lui montèrent aux yeux et une femme s'écria: "II se préoccupe de notre sort !".

Certes, c'était la vérité.

A travers les fracassantes phrases de ses discours, les gens de Londres discernaient des sentiments humains. Cet aristocrate raffiné savait comprendre les pensées et les soucis quotidiens de chacun.

Auteur: Middleton Drew

Info: Londres première victoire

[ le vieux lion ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

vieillesse

- Vous allez me manquer, j'en ai pas si souvent des patients comme vous ! Allez, va, je vous fais la bise !
Elle me serre dans ses bras, me planque un gros poutou chaleureux et sincère, je me sens touché, d'un coup. Je deviens émotif, quelle poisse.
On naît roseau, on devient chêne, et on finit bois de balsa.

Auteur: Roger Marie-Sabine

Info: Bon rétablissement

[ sensibilité ] [ existence ]

Commenter

Commentaires: 0

sonailles

(DONG). Quartier de Monastiraki, fin de matinée. C'est parce que nous sommes Vendredi Saint, (DEUNG) que la petite église adjacente abrite une sorte de muezzin orthodoxe qui décante par instant son rap mystique.(DING) Mais surtout : du même endroit 5 cloches diffusent (DEUNG) la journée durant - on s'est renseigné - leurs cinq notes. Chaque son précédant le suivant de sept secondes (DING). Ambiance nouvelle : nous voilà attablés dans un coin de marché chaleureux et vivant, petit cosmos pris dans le carcan d'une très lente (DONG) transe clinquante. Sept secondes entre chaque pulsation, c'est très long.
(DEUNG)....... (DING)... ... (DEUNG).... ... (DING)... .... (DONG)...
Ad infinitum.

Auteur: Mg

Info: avril 2018. Les notes pour les connaisseurs : RÉ.... FA.... DO#... LAb... LA#...

[ décor sonore ] [ Athènes ] [ rythme ]

Commenter

Commentaires: 0

enfance

Dans la jeunesse, il y a toujours deux forces qui se battent. Le chaleureux petit animal sans pensée lutte contre la chose qui réfléchit et se souvient.

Auteur: Anderson Sherwood

Info: Winesburg, Ohio

[ raison ]

Commenter

Commentaires: 0

nourriture

Le cheese-cake était riche et crémeux, avec une personnalité d'oncle chaleureux et cossu qui connaît cent blagues cochonnes et mourra d'épuisement sexuel entre les bras de sa maîtresse.

Auteur: DeLillo Don

Info: Outremonde

[ analogie ]

Commenter

Commentaires: 0

sociologie

La tyrannie de l’apparence
A l’école, à la fac, au travail… Avant même nos compétences, c’est notre physique qui est jugé. Une dictature du beau dénoncée, preuves à l’appui, par le sociologue Jean-François Amadieu.
Depuis l’Antiquité grecque, nous sommes victimes et vecteurs du même présupposé : ce qui est beau est bon. Aujourd’hui encore, tout le monde le pressent et personne ne veut y croire : notre vie tout entière est soumise à la tyrannie des apparences.
Pour la première fois en France, un livre, Le Poids des apparences (Odile Jacob, 2002), en apporte la démonstration. Professeur de sociologie, Jean-François Amadieu a recensé trente ans d’études américaines et européennes sur le sujet et en tire une conclusion effarante : toute notre vie, dans tous les domaines, en amour comme au travail, notre apparence conditionnera nos relations aux autres.
Poussant son analyse, le sociologue démontre combien la beauté est un formidable outil de discrimination sociale que les élites imposent aux classes les plus basses. Dans le monde entier, les canons de la beauté ne sont-ils pas ceux des Blancs américains diffusés par la télévision et le cinéma : blondeur, minceur, jeunesse. Que l’on s’y résolve ou que l’on se révolte, nous n’en sommes pas moins, dès la naissance, soumis à la première des injustices : celle des apparences.
Au berceau déjà
Les regards qui se portent sur le nourrisson dans son berceau ne sont pas neutres. Un bébé beau attirera force sourires et risettes alors qu’un enfant moins séduisant créera une certaine gêne chez les adultes. Même infime – oreilles décollées, tache de naissance, dissymétrie des traits –, la différence physique sera vécue par les parents comme un handicap futur. Et suscitera des comportements différents à l’égard du nourrisson.
" On ne peut pas dire qu’une mère ou un père préfèrera un enfant plus beau que ses frères et sœurs, explique Jean-François Amadieu. En revanche, les études ont prouvé que les activités seront différentes selon que l’enfant est beau ou laid. Par exemple, une mère jouera beaucoup avec son nourrisson s’il est beau, tandis qu’elle focalisera sur les apprentissages s’il est disgracieux. Et parce qu’elle sait qu’il risque de se heurter, plus tard, aux regards des autres, elle s’en occupera plus. Il est d’ailleurs prouvé que ces enfants réussiront mieux à l’école que la moyenne. On peut ici parler d’un effet de compensation à la laideur."
A l’école du favoritisme
A la maternelle déjà, les enfants beaux sont privilégiés. Les enseignants ont une meilleure opinion d’eux, leur accordent davantage d’attention, les évaluent plus chaleureusement - in Modèles du corps et psychologie esthétique de Jean Maisonneuve et Marilou Bruchon-Schweitzer (PUF, 1981). Cette bienveillance engendre une confiance chez l’enfant qui l’accompagnera toute sa vie. D’autant qu’elle va mettre en place une dynamique du succès qui se poursuivra à l’âge adulte. Ensuite, au collège et au lycée, une note peut varier de 20 à 40 % selon la beauté de l’élève. Les études prouvent qu’une étudiante laide mais de bon niveau est peu défavorisée par rapport à une étudiante belle de même niveau. En revanche, si la plus jolie est mauvaise élève, ses notes seront nettement surévaluées par les examinateurs, expliquent Jean Maisonneuve et Marilou Bruchon-Schweitzer dans Le Corps et la Beauté (PUF, 1999).
"Beaucoup plus que l’enfant beau, l’enfant laid est jugé responsable de ses échecs scolaires autant que de ses fautes, remarque Jean-François Amadieu. D’abord par les instituteurs, puis par les professeurs et enfin par les recruteurs. La beauté est un statut qui vaut diplôme : elle enrichit, comme la laideur altère, nos compétences."
La tête de l’emploi
Diplôme en poche, vous pensiez être délivré de la dictature des apparences ? Erreur. "Une apparence avenante est cruciale au moment de l’embauche, mais également pour une bonne intégration au sein de l’entreprise, explique Jean-François Amadieu. Elle permet une meilleure évaluation des performances et favorise un bon déroulement de carrière." Le candidat sera jugé d’abord sur des critères extérieurs : soin apporté à sa personne, poids, beauté physique, etc. 50 % des employeurs jugent qu’un physique séduisant est un critère important de recrutement (Multicity Study of Urban Inequality de H. Holzer, Michigan State University, 1993). Les critères négatifs : poids excessif, petite taille, nez trop long, grandes oreilles, visage disgracieux, mains moites…
"Les beaux sont jugés plus intelligents, plus ambitieux, plus chaleureux, plus sociables, plus équilibrés et moins agressifs", assure encore le sociologue. Ainsi, de nombreux spécialistes du recrutement estiment, consciemment ou pas, qu’une personnalité équilibrée se voit. Pire, les études prouvent qu’à diplôme équivalent un candidat au physique peu avenant sera recruté à un salaire moindre. Une situation qui n’ira pas en se résorbant : une étude anglaise, conduite sur onze mille salariés britanniques (Beauty, Statute and the Labour Market de B. Harper, 2000), prouve que si les plus beaux gagnent un peu plus que la moyenne nationale, les plus laids perçoivent des salaires de 11 à 15 % inférieurs.
"La beauté permet non seulement d’échapper au chômage, mais en plus elle se transforme en prime salariale, résume Jean-François Amadieu. La beauté est un capital humain que le marché du travail reconnaît financièrement." Ainsi démontrée, la dictature que nous imposent les apparences, comme la tyrannie médiatique et sociale que nous subissons, nous apparaissent dans ce qu’elles ont de fondamentalement injustes. "Bien sûr, nous préférerions que ce soient les mérites de chacun qui déterminent l’obtention des diplômes, l’accès aux emplois, etc., plutôt qu’un critère arbitraire et primitif, admet Jean-François Amadieu. Mais c’est en disant la vérité sur cette discrimination qu’on peut élaborer des stratégies visant à limiter, sinon contrer, l’emprise des apparences. Bien connue et bien utilisée par tous, elle peut aussi permettre de bousculer l’ordre imposé."
Des chercheurs américains (Physical Attractivities and Evaluation of Children’s Transgressions de K. K. Dion, 1972) ont demandé à des adultes de juger des enfants de 7 ans accusés d’avoir blessé un camarade avec une boule de neige. Dans un premier temps, les personnes interrogées se sont montrées beaucoup plus tolérantes envers les enfants les plus beaux : la faute était jugée plus légèrement lorsque le fautif était séduisant. Dans un second temps, elles se sont dit convaincues que les enfants beaux récidiveraient moins que les autres. Commentaires du sociologue Jean-François Amadieu : "Non seulement le “laid” est jugé plus responsable de sa faute que le “beau”, mais, de surcroît, cette faute apparaissant comme inscrite dans sa nature profonde, elle est susceptible d’être répétée."

Auteur: Gelly Violaine

Info:

[ inégalités ] [ injustice ] [ allure ]

Commenter

Commentaires: 0

marginalité

Il existait un certain seuil de tolérances, je le pressentais ; une limite mouvante qui se tenait bien au-delà des rassemblements chaleureux de la société humaine. Vous franchissiez cette limite et il était inutile d’espérer pouvoir un jour revenir. Et ce n’était pas nécessairement la société humaine qui vous excluait définitivement, mais quelque chose à l’intérieur de vous, une nouvelle singularité inassimilable qui vous rend inapte à vos propres yeux, à la fréquentation de vos congénères.

Auteur: Lasdun James

Info: L'Homme licorne

[ irrémédiable ] [ appréhension ]

Commenter

Commentaires: 0

déclic

Je me rendais compte de la futilité du sentiment de bonheur et de la fragilité de son fondement: un restaurant chaleureux après avoir été sous la pluie, l'odeur de la nourriture et du vin, une conversation intéressante, la lumière du jour tombant faiblement sur le cerisier poli des tables. Il fallait si peu pour déplacer l'humeur d'un niveau vers l'autre, comme on aurait poussé les pièces sur un échiquier. Même, être conscient de cela, au sein d'un instant heureux, c'était comme pousser une de ces pièces, et devenir un peu moins heureux.

Auteur: Teju Cole

Info: Open City

[ inquiétude ] [ contrastes ]

Commenter

Commentaires: 0

guerre

Pourquoi l'armée japonaise était-elle si attachée aux "femmes de réconfort"?
Ah, je t'ai déjà expliqué. C'est pour prévenir les viols de civiles!
Les pulsions sexuelles chez l'homme, c'est incontrôlable!
Sans "femmes de réconfort" sur le champ de bataille, impossible de circonscrire les viols.
(...)
Plus que tout, je refuse catégoriquement le terme de "femme de réconfort"! Puisqu'il signifie quelque chose de chaleureux et de doux.
Nous n'étions pas des "femmes de réconfort" mais des victimes de rapts et de viols commis par l'armée japonaise.

Auteur: Kyung-A Jung

Info: Femmes de réconfort : Esclaves sexuelles de l'armée japonaise

[ femmes-hommes ] [ torture ]

Commenter

Commentaires: 0

création

Pour Eschburg, la photographie était bien plus qu'un métier. Il n'utilisait que de la pellicule noir et blanc, traitait par la suite ses épreuves au thiocarbamide et à l'hydroxyde de sodium. Il multiplia les essais, jusqu'à ce que les images prissent enfin cette tonalité douce et chaude qui apaisait le tumulte de toutes les autres couleurs dans son esprit. Le photographe lui disait qu'il fallait qu'il fît œuvre révolutionnaire, que la vocation de l'art était de provoquer et de détruire, que telle était la voie de la vérité. Mais Eschburg ne voulait pas être un artiste. Il entendait se créer un monde à lui, un autre univers, fluide, fugace et chaleureux. Et, au bout de quelques mois, il parvint à ce que les objets, les êtres et les paysages lui devinssent supportables en photographie.

Auteur: von Schirach Ferdinand

Info: Tabou

[ personnalité ] [ singularité ]

Commenter

Commentaires: 0