Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.        ( NOUS AIDER ! )   ...  ... Lire la suite >>
Search results: 72
Search time counter: 0.092s

christianisme

On prétend néanmoins qu'une religion établie sur des fondements si faibles, est divine et surnaturelle, comme si on ne savait pas qu'il n'y a point de gens plus propres à donner cours aux plus absurdes opinions que les femmes et les sots ; Il n'est donc pas merveilleux que Jésus-Christ n'eût pas de savant à sa suite, il savait bien que sa Loi ne pouvait s'accorder avec le bon sens ; voilà, sans doute, pourquoi il déclamait si souvent contre les sages, qu'il exclut de son Royaume, où il n'admet que les pauvres d'esprit, les simples et les imbéciles : les esprits raisonnables doivent se consoler de n'avoir rien à démêler avec les insensés.

Auteur: Holbach Paul-Henri Thiry d'

Info: Traité des trois imposteurs

[ irrationnel ] [ mystère ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

La religion est vraie, ou elle est fausse : si elle n'est qu'une vaine fiction, voilà, si l'on veut, soixante années perdues pour l'homme de bien, pour le chartreux ou le solitaire : ils ne courent pas un autre risque. Mais si elle est fondée sur la vérité même, c'est alors un épouvantable malheur pour l'homme vicieux : l'idée seule des maux qu'il se prépare me trouble l'imagination ; la pensée est trop faible pour les concevoir, et les paroles trop vaines pour les exprimer. Certes, en supposant même dans le monde moins de certitude qu'il ne s'en trouve en effet sur la vérité de la religion, il n'y a point pour l'homme un meilleur parti que la vertu.

Auteur: La Bruyère Jean de

Info: Les Caractères/Oeuvres/la Pléiade/Gallimard 1951<p.452 XVII, 13>

[ bipolarité ] [ inquiétant ] [ père fouettard ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

Voilà une statistique qui compte : trois quarts des Américains croient que la Bible enseigne que "Dieu aide ceux qui s'aident eux-mêmes". Autrement dit, trois Américains sur quatre pensent que cette idée uber-américaine, notion au coeur de notre courant individualiste politique et culturel actuel, qui a en fait été prononcée par Benjamin Franklin, est issu de fait des Saintes Écritures. Le fait est : non seulement la sagesse de Franklin n'est pas biblique; mais elle est contre-biblique. Peu d'idées pourraient être plus éloignées du message de l'évangile, avec sa radicale sommation de l'amour du prochain. Sur ce point essentiel, la plupart des Américains - la majorité des chrétiens des Etats-Unis - se trompent tout simplement. Un peu comme si les trois quart des scientifiques Us pensaient que Newton a démontré que la gravitation fait voler les pommes.

Auteur: McKibben Bill

Info:

[ dévoyé ] [ consumérisme ] [ tromperie ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

Parce que les enfants ont une vitalité abondante, parce qu'ils sont féroces et libres en esprit, ils veulent que les choses se répètent et demeurent inchangées. Ils disent toujours: "Fais-le encore". ALors l'adulte le fait jusqu'à être presque mort. Chez les adultes, les individus ne sont pas assez forts pour s'amuser avec la la monotonie. Mais peut-être que Dieu en est capable. Il est possible que Dieu dise chaque matin: "Refais-le" au soleil. Et tous les soirs, "Refais-le" à la lune. Ce pourrait ne pas être une nécessité automatique que de rendre toutes les marguerites semblables. Il se peut que Dieu fasse séparément chaque marguerite sans s'être jamais lassé de les fabriquer. Il se peut qu'il ait cet appétit éternel de l'enfance. Ce serait parce que nous avons péché, et donc vieilli, que notre Père serait resté plus jeune que nous.

Auteur: Chesterton G.K.

Info:

[ jeunesse ] [ enthousiasme ] [ spéculation ] [ Créateur ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

En quel qu'endroit du monde que vous alliez, vous trouverez Jésus prêché, aimé, adoré... Je suis encore vivant et pourtant mes armées m'ont oublié: Alexandre, César, Charlemagne et moi-même avons fondé des empires, mais sur quoi avons-nous fait reposer notre pouvoir ? Sur la force, tandis que Jésus-Christ a fondé son empire sur l'amour, et des milliers d'hommes donneraient joyeusement à cette heure même leur vie pour lui.. L'union qui unit Jésus-Christ à ses rachetés est plus sacrée, plus impérieuse que quelque union que ce soit. Tous ceux qui croient sérieusement en lui ressentent cet amour surnaturel. Ils aiment quelqu'un qu'ils n'ont pas vu. C'est un fait inexplicable à la raison, impossible aux forces de l'homme; et pourtant il a été accompli. Voilà ce que j'admire au-dessus de toutes choses, moi, Napoléon; plus j'y pense, plus je suis absolument persuadé de la divinité du Christ...

Auteur: Napoléon

Info: le Mémorial de Ste Hélène

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

L'essentiel est dans la dramaturgie biblique à deux voix. Yahvé et son peuple. Ce qui me plaît, c'est que je suis "cet interlocuteur" auquel s'adresse le texte. Chez les Grecs, il n'y a jamais cette espèce d'interlocution du lecteur. Il y a le Cosmos et une parole bien ordonnée, satisfaite et sûre de soi : bref, personne, et ce sujet que je suis moins que tout autre. Au contraire, la Bible s'adresse à moi en direct. C'est une parole "ad hominem". Il y a ce "Tu" qui m'enjoint d'entendre et de parler. Or, ce n'est pas un être grec qui peut répondre à cette injonction : ce n'est ni l'âme ni le corps de la philosophie grecque, c'est la chair et l'esprit de Paul, le "vif". Le texte d'Homère est très beau, indiscutablement, mais par le fait qu'il se suffit à lui-même, il est mort [...]

Auteur: Michon Pierre

Info: Le Magazine Littéraire n° 448, déc. 2005

[ littérature ] [ adresse ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

- Vous croyez en Dieu ?
- Non, vraiment pas. Je suis un fervent agnostique. Qui était Jésus-Christ ? Il était incroyable. Un roi de l'arnaque. Il avait appris l'hypnose en Inde. Mais quand Il a attaqué Israël, on a voulu Le descendre parce qu'Il provoquait des tas d'émeutes et de trucs pas normaux, alors Il a dit qu'Il était le Fils de Dieu. De nos jours, on ne Le tuerait pas. On Lui conseillerait de se faire soigner par des psychiatres, parce que, le pauvre, Il en avait bien besoin. Quand Il a nourri la foule avec ses poissons, Il avait hypnotisé une demi-douzaine de personnes. Ils ont répété l'histoire. Mais qui avait-Il nourri, en fait ? Personne. Qui a-t-Il guéri de la lèpre ? Il avait hypnotisé les gens. Alors, ils se levaient et marchaient. Et Il s'est fait tuer à trente-trois ans. Il ne pouvait pas fermer sa grande gueule.

Auteur: Terkel Studs

Info: Division Street : Genèse d'une histoire orale des Etats-Unis

[ arnaque ] [ religion ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

.. Les cathares, chrétiens dualistes, croyaient en effet à deux créations émanant de deux principes, selon la logique dont on a senti l'amorce dès le prologue du Livre des Deux Principes : un bon arbre ne pouvant porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre de bons fruits, il s'ensuivait logiquement que le monde visible, soumis à la corruption, à la mort et au mal, ne pouvait être la création du Dieu d'amour enseigné par le Christ : "Mon royaume n'est pas de ce monde ..." (Jo, 18,36).
Pénétrés de cette logique forte, elle-même admirablement soutenue et fondée dans le Nouveau Testament, les prédicateurs cathares et les lettrés, auteurs de leurs textes théoriques, ne cherchèrent jamais à ménager l'Eglise romaine, ni à composer avec elle. Elle était la fausse Eglise, suscitée par le faux Dieu de ce monde, pour détourner le message du Christ. Ils s'exprimaient en héritiers directs des apôtres.

Auteur: Brenon Anne

Info: Le vrai visage du catharisme

[ historique ] [ dissidence ]

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

Le sage dont notre monde a besoin a bel et bien existé. C'était il y a deux mille ans. Il se nomme Jésus. Son message reste d'une actualité brûlante. Ce message annonce une nouvelle forme de rédemption qui correspond exactement à ce que notre vision darwinienne de la condition humaine recommande si nous voulons échapper aux conséquences fatales de la tache originelle imprimée dans nos gènes par la sélection naturelle. Clercs et laïcs, croyants et libres penseurs de toute obédience doivent chercher ensemble, au-delà de ce qui les divise et avec le concours du plus grand nombre possible de philosophes, de moralistes, de scientifiques et d'autres penseurs unis par l'honnêteté intellectuelle, un énoncé du message de Jésus adapté aux conditions actuelles. C'est notre seul espoir si nous voulons tirer parti, d'une manière humaine et rationnelle, des moyens, préservés par la sélection naturelle, qui, paradoxalement, pourraient nous permettre de contrecarrer les conséquences délétères de celle-ci.

Auteur: Duve Christian de

Info: De Jésus à Jésus... en passant par Darwin

Commenter

Commentaires: 0

christianisme

Historiquement, le mot infaillible apparaît dans la théologie médiévale au XIIe siècle. Il vient du verbe latin in-fallere, "qui ne peut tomber", et par extension "qui ne peut se tromper" ou "qui n’est pas sujet à l’erreur". Pendant des siècles, le mot se réfère au Christ et à son enseignement. À la vérité révélée, donc : "Je suis la voie, la vérité et la vie", dit entre autres l’Évangile de saint Jean (14, 6). Dans la Somme théologique de saint Thomas d’Aquin (1225-1274), l’infaillibilité est un caractère de la vérité divine révélée dans les Évangiles. En théologie chrétienne, cela s’appelle l’"inerrance", un terme signifiant que la Bible ne comporte aucune erreur tant en terme de foi que de morale, c’est-à-dire ce qui concerne la vie du croyant. Autrement dit, les auteurs des Évangiles ont strictement suivi la volonté de Dieu dans la rédaction des "Saintes Écritures" qui, sans intervention divine, ne posséderaient pas ce caractère sacré.

Auteur: Dickès Chirstophe

Info: Le Vatican

[ perfection ] [ étymologie ]

Commenter

Commentaires: 0