Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Résultat(s): 8
Temps de recherche: 0.1136s

erreur

D'idées vraies en idées vraies et de clartés en clartés, le raisonnement peut n'arriver qu'à l'erreur.

Auteur: Rivarol Antoine de

Info: Discours sur l'homme intellectuel et moral

[ déductions ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

Quand je descends en moi je ne trouve que grisaille traversée d'éclair. Je n'ai pas envie de disséquer ces éclairs. Ces clartés d'un instant me suffisent.

Auteur: Werth Léon

Info:

[ idée ] [ fulgurance ]

Commenter

Commentaires: 0

penser

Nos idées se composent d'ombres et de clartés, d'obscurités et de lumières comme nos peintures. - De sorte qu'on pourrait dire que nos idées les plus subtiles se forment par évaporation, opération qui n'a jamais lieu en certains esprits.

Auteur: Joubert Joseph

Info:

Commenter

Commentaires: 0

lecture

Lire en temps de crise permet d'explorer ces "nouvelles clartés". L'anthropologue de la lecture Michèle Petit rapporte d'étonnantes expériences littéraires dans des pays d'Amérique latine confrontés à des conflits armés, des crises économiques, des catastrophes naturelles. Enfants, adolescents et adultes se rassemblent autour des mythes ou de légendes, de poésies ou de bandes dessinées et s'en saisissent pour résister à l'adversité en préservant malgré tout un espace de rêve et de liberté.

Auteur: Detambel Régine

Info: Les livres prennent soin de nous: Pour une bibliothérapie créative, p.43

[ refuge ] [ communautaire ]

Commenter

Commentaires: 0

déclaration d'amour

On peut donner bien des choses à ceux que l'on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m'as donné le plus précieux de tout: le manque. Il m'était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore. Ma maison mentale, ma maison de coeur était fermée à double tour. Tu as cassé les vitres et depuis l'air s'y engouffre, le glacé, le brûlant, et toutes sortes de clartés.

Auteur: Bobin Christian

Info: La plus que vive

[ gratitude ]

Commenter

Commentaires: 0

obscurité

Les poètes souvent ont parlé des ténèbres. Ils en parleront toujours, et pour cause. Tout ce qui est tissé de l'ombre de la nuit est paré d'un charme inégalable aux être de Mortalité.
Pourquoi pas ? Nous aimons ce qui nous fait peur, êtres de chair et de sang dans un monde aux angles durs, êtres d'âme et d'esprit dans un univers sans lignes droites. Nous aimons ce qui nous détourne du chemin d'épines de nos vies rigides, la transgression et le doute ; et, oui, même cette douleur qui nous viens parfois de marcher sur les chemins escarpés de la noirceur de nos propres veines, nous l'aimons.

Auteur: Silhol Léa

Info: Avant l'hiver : Architectonique des clartés

[ imagination ]

Commenter

Commentaires: 0

crépuscule

La tartane que maitre Nino Mo avait baptisée Filippa du nom de sa première femme doublait le petit môle de Porto Empédocle au milieu du flamboiement de l'un de ces magnifiques couchers de soleil méditerranéens qui font frissonner et palpiter l'étendue infinie des eaux comme en un délire de clartés et de couleurs. Les vitres des maisons aux tons vairés sont en feu ; la falaise marneuse du plateau contre laquelle le gros bourg est adossé tandis que resplendit comme de l'or le soufre en tas sur la longue plage ; et seule fait contraste l'ombre de l'antique forteresse de mer sombre et carrée au bout du môle.

Auteur: Pirandello Luigi

Info: La morte et la vivante, p 89

[ couchant ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Georges était venu ; et, comme si la barre d’appui lui eût paru trop courte, il prit Nana par la taille, il appuya la tête à son épaule. Le temps avait brusquement changé, un ciel pur se creusait, tandis qu’une lune ronde éclairait la campagne d’une nappe d’or. C’était une paix souveraine, un élargissement du vallon s’ouvrant sur l’immensité de la plaine, où les arbres faisaient des îlots d’ombre, dans le lac immobile des clartés. Et Nana s’attendrissait, se sentait redevenir petite. Pour sûr, elle avait rêvé des nuits pareilles, à une époque de sa vie qu’elle ne se rappelait plus. Tout ce qui lui arrivait depuis sa descente de wagon, cette campagne si grande, ces herbes qui sentaient fort, cette maison, ces légumes, tout ça la bouleversait, au point qu’elle croyait avoir quitté Paris depuis vingt ans. Son existence d’hier était loin. Elle éprouvait des choses qu’elle ne savait pas. Georges, cependant, lui mettait sur le cou de petits baisers câlins, ce qui augmentait son trouble. D’une main hésitante, elle le repoussait comme un enfant dont la tendresse fatigue, et elle répétait qu’il fallait partir. Lui, ne disait pas non ; tout à l’heure, il partirait tout à l’heure.

Auteur: Zola Emile

Info: Les Rougon-Macquart, tome 9 : Nana

[ femme-par-homme ] [ envoûtée ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel