Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 153
Temps de recherche: 0.179s

acceptation

L’angoisse, évidemment, ne s’apprend pas. On la provoquerait ? c’est possible : je n’y crois guère. On peut en agiter la lie… Si quelqu’un avoue de l’angoisse, il faut montrer le néant de ses raisons. Il imagine l’issue de ses tourments : s’il avait plus d’argent, une femme, une autre vie… La niaiserie de l’angoisse est infinie. Au lieu d’aller à la profondeur de son angoisse, l’anxieux babille, se dégrade et fuit. Pourtant l’angoisse était sa chance : il fut choisi dans la mesure de ses pressentiments. Mais quel gâchis s’il élude : il souffre autant et s’humilie, il devient bête, faux, superficiel. L’angoisse éludée fait d’un homme un jésuite agité, mais à vide. [...]
Oubli de tout. Profonde descente dans la nuit de l’existence. Supplication infinie de l’ignorance, se noyer d’angoisse. Se glisser au-dessus de l’abîme et dans l’obscurité achevée en éprouver l’horreur. Trembler, désespérer, dans le froid de la solitude, dans le silence éternel de l’homme (sottise de toute phrase, illusoires réponses des phrases, seul le silence insensé de la nuit répond). [...]
Sentiment de complicité dans : le désespoir, la folie, l’amour, la supplication. Joie inhumaine, échevelée, de la communication, car désespoir, folie, amour, pas un point de l’espace vide qui ne soit désespoir, folie, amour et encore : rire, vertige, nausée, perte de soi jusqu’à la mort.

Auteur: Bataille Georges

Info: L'expérience intérieure, p. 48

[ plongée ] [ affres ] [ illusion ]

Commenter

Ajouté à la BD par Bandini
Mis dans la chaine

livre annoté

Vers le milieu de la nuit, j'ai pris Mrs Dalloway, le livre de chevet de la première Esther. Si j'en juge par l'état de ses pages, il a dû être lu très souvent. Par elle. Puis par moi. Ouvert, refermé, emporté, porté contre le cœur. Avec ses partitions, cet exemplaire est la seule trace que j'aie de ma grand-mère maternelle.
Les passages qu'elle a soulignés me sont parvenus intacts, malgré la texture défraîchie des feuillets. Et cette femme que je connais seulement par les photos que l'on a conservées d'elle, cette femme si belle, m'est devenue intime au point d'avoir l'impression, parfois, que c'est elle qui pense en moi. Il suffit que j'ouvre le livre au hasard: les mots qu'elle a aimés, ceux qu'elle a notés dans la marge d'une écriture élégante ont fini par ne s'adresser qu'à moi, qui les recueille et m'y blottis tour à tour. De ces mots, je suis sûre. De l'amour qu'elle avait pour eux aussi. Celui que je leur porte me prouve qu'elle m'aurait aimée, elle, sans qu'il soit besoin de lui plaire, de lui obéir aveuglément, de capituler devant elle au point de tuer tout désir.

Auteur: Roland Nicole

Info: Les veilleurs de chagrin

[ complicité transgénérationnelle ] [ bouquin patiné ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

vampirisme

[...] c’est ça l’intuition de Spinoza : il y a une complicité du tyran, de l’esclave et du prêtre. Pourquoi ? Parce que l’esclave c’est celui qui se sent d’autant mieux que tout va mal. Plus que ça va mal, plus qu’il est content. C’est ça le mode d’existence de l’esclave ! L’esclave, quelle que soit la situation, il faut toujours qu’il voit le côté moche. Il y a des gens qui ont du génie pour ça : c’est ça les esclaves. Ça peut être un tableau, ça peut être une scène dans la rue, il y a des gens qui ont du génie pour ça. Il y a un génie de l’esclave et en même temps, c’est le bouffon. L’esclave et le bouffon. Dostoïevski a écrit des pages très profondes sur l’unité de l’esclave et du bouffon, et du tyran, ils sont tyranniques ces types-là, ils s’accrochent, ils ne vous lâchent pas... Ils ne cessent pas de vous mettre le nez dans une merde quelconque. Ils ne sont pas contents, il faut toujours qu’ils abaissent les trucs. Ce n’est pas que les trucs soient forcement hauts, mais il faut toujours qu’ils abaissent, c’est toujours trop haut. Il faut toujours qu’ils trouvent une petite ignominie, une ignominie dans l’ignominie, là ils deviennent roses de joie, plus que c’est dégueulasse plus qu’ils sont contents. Ils ne vivent que comme ça ; ça c’est l’esclave ! Et c’est aussi l’homme du remord et c’est aussi l’homme de la satire, c’est tout ça.

Auteur: Deleuze Gilles

Info: Cours sur Spinoza

[ inertie ] [ maintien de condition ] [ servitude volontaire ] [ interdépendance ] [ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

confusion

Confondre l'attirance physique avec l'amour spirituel, c'est comme mélanger la politique et l'idéalisme: très mauvais, ça.

Auteur: Gary Romain

Info: Lady L

[ sexualité ] [ complicité intellectuelle ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

romantisme

Trouver quelqu'un qu'on aime et qui nous aime en retour est un merveilleux sentiment, merveilleux. Mais trouver une vraie âme sœur est un sentiment encore meilleur. Une âme sœur c'est quelqu'un qui vous comprend comme personne, qui vous aime comme personne d'autre, qui sera là pour vous pour toujours, quoi qu'il arrive. On dit que rien ne dure éternellement, mais je crois fermement que pour certains, l'amour dure même après notre départ.

Auteur: Ahern Cecelia

Info:

[ complicité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

absence

Quelques mouettes rieuses passent à tire-d'aile devant la fenêtre. Leurs becs s'ouvrent et se referment, mais leurs cris ne pénètrent pas à l'intérieur du Charisma Buffet. On n'entend que le bruit des couverts comme la porcelaine et les voix trop fortes. Si Lo était là, si Lo était restée la même, Albin lui aurait raconté comment les gens croyaient jadis que les mouettes incarnent les âmes des marins morts. Et il lui raconterait que les fonds de la mer Baltique sont remplis d'épaves. Et de marins noyés, jamais retrouvés.

Auteur: Mats Strandberg

Info: Le ferry

[ regret ] [ complicité ]

Commenter

Commentaires: 0

jeunesse

Inséparables tous les quatre, comme on peut l'être quand on est adolescent, que l’on croit que les amis sont des âmes sœurs et que ces liens seront éternels.

Auteur: Harper Jane

Info: Canicule, p. 24

[ fraternité ] [ complicité ]

Commenter

Commentaires: 0

rencontre

Les relations par Internet sont curieuses, peut-être parce que dans l’intimité de son chez-soi, par l’intermédiaire de l’ordinateur, les mots tissent une trame de complicités qui engendre l’illusion de tout connaître de l’autre, et lorsque les deux corps apparaissent, quand ils se voient, ce sont de complets inconnus.

Auteur: Osorio Elsa

Info: Tango

[ découverte ] [ cérébrale ]

Commenter

Commentaires: 0

rapports humains

Les gens de mon âge ne m'intéressent guère. Ce sont pourtant ceux que je fréquente le plus en raison des affaires dont je me charge et des réseaux de toute sorte auxquels j'appartiens. Quand je dis dis qu'ils ne m'intéressent guère, cela ne signifie pas qu'ils me soient indifférents, loin de là, d'autant que je compte parmi eux certains de mes meilleurs amis. Nous avons tant de références communes, de valeurs partagées, de complicités même, que notre échange est aisé, clair,et généralement fécond;mais une sorte de pudeur nous dissuade le plus souvent, sauf dans les cas graves, de nous livrer à des confidences d'ordre intime ou tout simplement personnel. Ce serait un jeu à somme nulle, nos problèmes et nos questions étant le plus souvent identiques. Entre gitans on ne se lit pas les lignes de la main.

Auteur: Rigaud Jacques

Info: Vivre à propos

[ monotonie ] [ vieillesse ]

Commenter

Commentaires: 0

complicité

Un bonheur simple qui se réalise rarement : avoir quelqu'un près de soi qui lit le même livre en même temps et partage avec vous les humeurs changeantes que l'ouvrage suscite.

Auteur: Bender Hans

Info:

[ intellectuelle ] [ lecture ]

Commenter

Commentaires: 0