Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 12
Search time counter: 0.2271s

conspiration

Les Dominations des Ténèbres conçoivent et établissent sur la terre des enfants qu'elles habitent et par l'intermédiaire desquels elles agissent.

Auteur: Calaferte Louis

Info:

[ diable ]

Commenter

Commentaires: 0

fuite

Ceux qui apprennent beaucoup ne font qu'effleurer la surface de la connaissance; ils saisissent les lois, ils conçoivent la grandeur du plan... l'horreur de la réalité s'efface de leur mémoire.

Auteur: Stevenson Robert Louis Balfour

Info: Olalla

Commenter

Commentaires: 0

question

Les innovations technologiques annoncent de profondes mutations qui sont autant de leviers potentiels si elles sont bien utilisées. Alors, pourquoi laisser l’apanage de l’innovation et de la rupture à ceux qui ne la conçoivent qu’à leur avantage ?

Auteur: Leclerc François

Info: Sur son site https://xn--dcodages-b1a.com/2018/04/29/macron-le-sempiternel-beau-parleur. 29 avril 2018

[ progrès ] [ néo-libéralisme ]

Commenter

Commentaires: 0

prolétaires

- Ces pauvres ouvriers, ils sont tellement habitués à se considérer comme rien dans l'état qu'ils ne conçoivent pas comment ils pourraient se -constituer- (...) il n'y a pas à dire, ils n'ont aucune confiance en eux. C'est le pire de l'affaire. aussi je crains bien qu'ils se laissent organiser par M. de Lamartine ou autre. Heureusement qu'ils abhorrent la discipline ! leur insubordination les sauvera.

Auteur: Tristan Flora

Info: Lettres, p.176, au bas d'une lettre de Louis Vasbenter écrite de Lyon, le 11 juin 1843.

[ proies ]

Commenter

Commentaires: 0

parasite

Il existe une foule de nobles qui passent leur vie à ne rien faire, frelons nourris du labeur d'autrui, et qui, de plus, pour accroitre leurs revenus, tondent jusqu'au vif les métayers de leurs terres. Ils ne conçoivent pas d'autre façon de faire des économies, prodigues pour tout le reste jusqu'à se réduire à la mendicité. Ils trainent de plus avec eux des escortes de fainéants qui n'ont jamais appris aucun métier capable de leur donner leur pain.

Auteur: More Thomas

Info: L'Utopie

[ écornifleur ]

Commenter

Commentaires: 0

justice

Le sport national romain, c'est le droit privé, la jurisprudence civile. Les Romains adorent cela, ils suivent les procès comme nous suivons les feuilletons à la télévision. Et s'ils passent pour les inventeurs du droit, il ne faut pas oublier qu'ils le conçoivent d'abord comme une accumulation de jurisprudences. [...] La fourniture des pièces du procès, les citations de témoins, la place des diverses parties dans le prétoire... Tout cela fait l'objet d'une codification romaine identique de la Bretagne jusqu'à l'Asie mineure.

Auteur: Veyne Paul

Info: Sexe et pouvoir à Rome

[ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

citation s'appliquant à ce logiciel

... Dans notre grande naïveté, nous pensons souvent que le manque de données constitue le principal obstacle au progrès - découvrez les faits qui complètent votre série de données, et les difficultés s'aplaniront. Mais les barrières sont souvent plus profondes et plus abstraites. Nous n'avons pas seulement besoin de données brutes, il nous faut également disposer d'une formulation adéquate. Ceux qui révolutionnent la pensée humaine ne sont pas avant tout ceux qui collectionnent le plus d'information, mais ceux qui conçoivent la trame de nouvelles structures intellectuelles.

Auteur: Gould Stephen Jay

Info: Le sourire du flamant rose

[ exploration ]

Commenter

Commentaires: 0

religion

Il n'est guère possible aux hommes de rester absolument sans croyances. Les uns, dépourvus de raisonnement et d'imagination métaphysique, se contentent des croyances transmises par leurs pères ; d'autres, pourvus de raisonnement, mais sans imagination métaphysique, comparent les religions et les systèmes philosophiques et adoptent ce qui plaît à leur esprit ; d'autres enfin, favorisés d'imagination métaphysique, conçoivent les croyances qui correspondent le mieux à leurs besoins et à leurs désirs. Les premiers acceptent leur foi ; les seconds la choisissent ; les derniers la créent.

Auteur: Dumur Louis

Info: Petits aphorismes, Sur la religion, 27, p.149, Mercure de France T. 6, Octobre 1892

[ être humain ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

sens-de-la-vie

Chère Hanna,
Tu m'écris que tu aurais voulu vivre il y a un siècle... Irène, elle, m'affirme qu'elle aurait préféré vivre plus tard, dans les siècles à venir. Je pense qu'à chaque époque on peut avoir une vie intéressante et utile. Ce qu'il faut, c'est ne pas la gâcher et pouvoir se dire: " J'ai fait ce que j'ai pu." C'est tout ce que l'on peut exiger de nous et c'est aussi la seule chose capable de nous apporter un peu de bonheur.
Au printemps dernier, mes filles ont élevé des vers à soie. J'étais très malade encore et, durant des semaines d'inaction forcée, j'ai longuement observé la formation des cocons. Cela m'a énormément intéressée. Ces chenilles si actives, si consciencieuses, travaillant avec tant de bonne volonté et de persévérance, m'ont vraiment impressionnée. En les regardant, je me suis sentie tellement de leur race - quoique peut-être moins bien organisée qu'elles pour le travail. Moi aussi, j'ai toujours tendu patiemment vers un but unique. Je l'ai fait sans avoir la moindre certitude que là était la vérité, en sachant que la vie est fugitive et fragile, qu'elle ne laisse rien derrière elle, que d'autres êtres la conçoivent tout autrement. Je l'ai fait sans doute parce que quelque chose m'y obligeait, tout comme la chenille est obligée de faire son cocon. Elle, la pauvre, doit commencer ce cocon même s'il lui est impossible de l'achever, en travaillant avec le même soin. Et si elle n'arrive pas au bout de la tâche, elle meurt sans métamorphose, sans récompense.
Que chacun de nous, chère Hania, file son cocon, sans demander pourquoi et à quelle fin.

Auteur: Curie Marie

Info: 6 janvier 1913, à sa nièce Hanna Szalay deux ans avant sa mort

Commenter

Commentaires: 0

animisme

LA SIGNIFICATION DU MOT WAKAN
Si nous entendons par religion le fait de " lier ensemble " suivant le sens étymologique du terme anglais (ou français), nous sommes bien obligés d'accepter l'équivalent lakota qu'en ont donné les missionnaires chrétiens, dans leur tentative de traduction des Écritures. Ils rendent en effet la " religion " ou la " prière " par "wocekiye", d'après "wo", préfixe indiquant un substantif, et "cekiya" " solliciter, prier ". Et pourtant, la façon dont les Oglala conçoivent la totalité des êtres ou pouvoirs surnaturels régnant sur leur univers diffère profondément de la théologie chrétienne. Pour les Oglala, la totalité des phénomènes naturels ou culturels sont susceptibles de transformations qui exigent un changement total ou partiel de comportement vis-à-vis d'eux. Les causes de ces transformations et l'explication des changements de comportement concomitants sont rassemblés sous le concept de "taku wakan" " choses sacrées ". Les phénomènes considérés comme "taku wakan" peuvent être transformés temporairement ou en permanence. Ceux qui le sont en permanence sont désignés collectivement comme "Wakantanka", qu'on traduit traditionnellement par " Grand-Esprit " ou " Grand Mystère ", d'après “wakan" " sacré " et "tanka" " grand, vaste, gros ". Ce terme a, par convention, servi à traduire le mot “Dieu". Bien que singulier de forme, "Wakantanka" est pluriel du point de vue du sens. Ce n'est pas "Wakantanka" qui est personnifié, mais certains de ses aspects. Ainsi, le soleil, la lune, la terre, les vents, les éclairs et d'autres phénomènes naturels sont de fréquentes manifestations ou personnifications non de "Wakantanka" lui-même, mais de ses différents aspects.
L'homme existe en tant que partie intégrante de la nature et, loin de souhaiter en maîtriser les vicissitudes, il cherche à vivre en harmonie avec elle. Foncièrement impuissant, l'homme réclame compassion lorsqu'il est confronté au danger, à la misère ou à l'inexplicable. Quand il a ainsi besoin d'une aide surnaturelle, il proteste de son impuissance en psalmodiant " Wakantanka unsimala ye " ("Wakantanka", aie pitié de moi). La relation de l'homme à la nature est en effet toujours "unsike", " pitoyable ". En suppliant "Wakantanka", l'homme s'adresse à la totalité de l'aide surnaturelle à sa disposition. On peut également s'adresser à "Wakantanka" avec la métaphore de la parenté. Ainsi, un Oglala peut dire : " Ho Tunkafila Wakantanka..." (Eh ! Grand-Père "Wakantanka"...), ou " Ate Wakantanka " (Père "Wakantanka"). On utilise Grand-Père lorsque l'on fait appel à "Wakantanka" lui-même indépendamment de ses manifestations, et le mot Père pour invoquer l'un de ses aspects, comme par exemple le soleil. La même métaphore de la parenté est utilisée pour différencier la terre comme pouvoir de faire pousser des choses ("unci" " grand-mère ") de ses produits réels et manifestes ("maka ina" "terre-mère").

Auteur: Powers William K.

Info: La religion des Sioux oglala, p. 83-84

Commenter

Commentaires: 0