Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 10
Temps de recherche: 0.0366s

pensées

On pense ceci parce que tous les autres le pensent ;
Ou parce que -finalement- après tout, on le pense ;
Ou parce qu'on nous l'a dit, et qu'on croit devoir le penser ;
Ou parce qu'on le pensait jadis, croyant que c'est toujours le cas ;
Ou parce que, pensant ainsi, on pense qu'on le pense.

Auteur: Sidgwick Henry

Info:

[ concepts ] [ fugaces ] [ instables ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sciences

Les philosophes contemporains sont confrontés à des problèmes encore impensables il y a seulement un siècle, comme de savoir si espace et temps sont mutuellement indépendants ou s'il existe une chance objective ou seulement une incertitude. De même pour les interactions par lesquelles la physique influe sur les changements chimiques, ou si la pensée modifie le cerveau, ou dans quelles mesures l'économie ou les idées sont les racines ultimes du social.

Auteur: Bunge Mario

Info: deutsche-denker.de

[ évolution des idées ] [ nouveaux concepts ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sémiotique

Comment Peirce définit-il le signe ? Il nous propose deux types de définitions.
La première est la plus formelle, elle est explicitement fondée sur les trois catégories : "Un Signe ou Representamen est un premier qui entretient avec un second appelé son objet une relation triadique si authentique qu'elle peut déterminer un troisième, appelé son interprétant, à entretenir avec son objet la même relation triadique qu'il entretient lui-même avec ce même objet" (2.274).

Peirce, fréquemment, définit également le signe en termes de pensée et d'interprétation humaine. "Un Signe, ou Representamen, est quelque chose qui tient lieu pour quelqu'un de quelque chose sous quelque rapport ou à quelque titre. Il s'adresse à quelqu'un, c'est-à-dire crée dans l'esprit de cette personne un signe équivalent ou peut-être un signe plus développé. Ce signe qu'il crée, je l'appelle l 'interprétant du premier signe. Ce signe tient lieu de quelque chose : de son objet. Il tient lieu de cet objet non sous tous rapports, mais par référence à une sorte d'idée que j'ai appelée quelquefois le fondement du representamen"(2.288).

Peirce préfère le premier type de définition qui est plus formel parce que ce ne sont pas, à strictement parler, l'esprit et les idées qui expliquent les signes, mais plutôt la théorie des signes qui explique l'esprit, la pensée et les idées. La séméiotique n'est pas à la base de la seule logique, mais aussi de l'anthropologie et de la psychologie. L'homme est un signe, et l'esprit est une suite logique d'interprétants. J'utiliserai dans cet article le mot "signe", comme le faisait habituellement Peirce, plutôt que le néologisme "representamen". Par "signe", j'entends la relation triadique du fondement, de l'objet et de l'interprétant. Comme notre usage habituel du mot est parfois plus proche de ce que PEIRCE entend par "fondement", j'écrirai parfois "signe-fondement" lorsqu'il s'agira de clarifier la signification.

Les signes ne constituent donc pas une classe d'entités parmi d'autres, comme par exemple les souris parmi les animaux ou les tables dans l'ensemble du mobilier. Tout peut participer de la relation -signe, que ce soit comme fondement, objet ou interprétant. Tout dépend de la place occupée dans le signe : comme premier, second ou troisième. Lorsqu'il est seul, le fondement est un signe virtuel, mais ce n'est pas encore un signe. Lorsqu'ils sont ensemble, le fondement et l'objet constituent également un signe virtuel. Sans l'interprétant, ce ne sont pas encore véritablement des signes.

Auteur: Savan David

Info: La séméiotique de Charles S. Peirce. https://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1980_num_14_58_1844. Les références entre parenthèses qui suivent les citations renvoient au volume et au numéro de paragraphe des Collected Papers de Peirce, sélectionnés et présentés par Paul Weiss et Charles Hartsone, et publiés par Harvard University Press en 8 volumes, 1932- 1954. Trad : F. Peraldi

[ mémoire externe ] [ mathématiques ] [ langage ] [ concepts ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

silence plein

Certains philosophes et théologiens parlent du contraste entre le "Silence" oriental et le "Verbe" qui devient "chair" occidental. Toutefois ils ne comprennent pas ce que l’Orient entend par "silence". Ce "silence" ne s’oppose pas au "Verbe", il est le "Verbe" lui-même dans son "silence tonnant" et non pas un silence qui sombre dans l’abîme du non-être, ni dans l’éternelle indifférence de la mort. Le silence de l’Orient ressemble à l’œil du cyclone.

Auteur: Suzuki Daisetz Téitaro

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 72

[ concepts comparés ] [ orient-occident ] [ insonorité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

objets

Les choses manient elles-mêmes leur propre rhétorique. Leur éloquence est leur héritage intrinsèque.

Auteur: Pellicer Carlos

Info:

[ concepts ] [ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

analogies

Certaines réalités ont leurs ressemblances naturelles, faciles à découvrir, en des objets qui parlent aux sens, et il n’est pas du tout malaisé de les faire voir à ceux qui demandent une explication, quand on veut la leur donner sans trop s’embarrasser de raisons, en toute facilité. Mais les réalités les plus grandes et les plus précieuses n’ont pas d’image créée pour en donner aux hommes l’intuition claire... images qu’on exhiberait quand on voudrait repaître l’âme qui vous interroge... Aussi faut-il s’exercer à savoir rendre raison de chaque chose ; car les réalités incorporelles, qui sont les plus belles et les plus grandes ne se peuvent montrer exactement que dans le discours (logos) et rien d’autre.

Auteur: Arendt Hannah

Info: La vie de l’esprit, *immatérielles

[ idées ] [ concepts ] [ méta-moteurs ]

Commenter

Commentaires: 0

représentations

L'interprétation de Copenhague est parfois appelée "agnosticisme modèle". Elle affirme que toute grille que nous utilisons pour organiser notre expérience du monde est un modèle du monde et ne doit pas être confondue avec le monde lui-même. Le sémanticien Alfred Korzybski a essayé de populariser cette physique extérieure avec le slogan: "La carte n'est pas le territoire". Alan Watts, un exégète talentueux de la philosophie orientale, l'a réitéré plus vivement ainsi "Le menu n'est pas le repas".

Auteur: Wilson Robert Anton

Info: Cosmic Trigger: Die letzten Geheimnisse der Illuminaten oder An den Grenzen des erweiterten Bewusstseins

[ psychologie ] [ connaissances ] [ philosophie ] [ concepts ] [ solipsisme ]

Commenter

Commentaires: 0

mots

Il existe des êtres silencieux, mais il existe aussi des choses très silencieuses : les hérons bleus, silos à grains, déserts, anges, monuments, satellites, poèmes, veillées, statues, lunes, poisons, cambriolages, courage, empreintes de pied, naufrages...

Auteur: Gaige Amity

Info: Schroder

[ objets ] [ concepts ] [ muets ]

Commenter

Commentaires: 0

idiome

...c'est le langage, et non pas l'homme qui est unique.

Auteur: Morin Edgar

Info:

[ citation s'appliquant à ce logiciel ] [ civilisation ] [ concepts ]

Commenter

Commentaires: 0

principes

Waddington a raison : L'homme est un animal porté à croire. Il lui faut sécréter de la certitude comme le colimaçon de la coquille : pour s'enfermer dedans.

Auteur: Bazin Hervé

Info:

[ réconfort ] [ concepts ]

Commenter

Commentaires: 0