Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 125
Temps de recherche: 0.1908s

désillusion

Léon lui parut soudain dans le même éloignement que les autres.
- Je l'aime pourtant ! se disait-elle.
N'importe ! elle n'était pas heureuse, ne l'avait jamais été. D'où venait donc cette insuffisance de la vie, cette pourriture instantanée des choses où elle s'appuyait ?... Mais, s'il y avait quelque part un être fort et beau, une nature valeureuse, pleine à la fois d'exaltation et de raffinements, un coeur de poète sous une forme d'ange, lyre aux cordes d'airain, sonnant vers le ciel des épithalames élégiaques, pourquoi, par hasard, ne le trouverait-elle pas ? Oh ! quelle impossibilité ! Rien, d'ailleurs, ne valait la peine d'une recherche ; tout mentait ! Chaque sourire cachait un bâillement d'ennui, chaque joie une malédiction, tout plaisir son dégoût, et les meilleurs baisers ne vous laissaient sur la lèvre qu'une irréalisable envie d'une volupté plus haute.

Auteur: Flaubert Gustave

Info: Madame Bovary

[ amour ] [ espoir ] [ passion ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Neshouma

résignation

[…] je me souvins que moi aussi, pendant presque quinze ans, j’avais toujours eu raison dans mes notes de synthèse, qui défendaient le point de vue des agriculteurs locaux, j’avais toujours aligné des chiffres réalistes, proposant des mesures de protection raisonnables, des circuits courts économiquement viables, mais je n’étais qu’un agronome, un technicien, et au bout du compte on m’avait toujours donné tort, les choses avaient toujours au dernier moment basculé vers le triomphe du libre-échangisme, vers la course à la productivité, alors j’ouvris une nouvelle bouteille de vin, la nuit était maintenant installée sur le paysage, Nacht ohne Ende, qui étais-je pour avoir cru que je pouvais changer quelque chose au mouvement du monde ?

Auteur: Houellebecq Michel

Info: Dans "Sérotonine", page 251

[ désillusion ] [ pouvoir économique ] [ Europe agricole ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

désillusions

J'en ai fini de faire confiance aux gens. Il avait toujours su que c'était de la connerie, de toute façon. La confiance était une illusion qui volait en éclats à la seconde où on appuyait un peu trop fort dessus. On n'avait que soi-même, et rien d'autre.

Auteur: Hope Cook

Info: La maison de cendres

[ rapports humains ] [ méfiance ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

désillusion

Il m'est apparu que dans les années 1980, tout s'est trouvé avec une étiquette de prix dessus. Les dernières choses en vente ont été l'honneur, l'intégrité, le respect de soi-même et l'innocence…

Auteur: King Stephen

Info:

[ consumérisme ] [ Mammon ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

individuation

Lorsque l’enfant réussit à se cuirasser contre la douleur et à faire preuve de rebond vital, de résilience, il va souvent suivre la pente du héros. Le héros dans tous les mythes a une origine princière, mais il est blessé, voire abandonné d’une façon ou d’une autre, et doit trouver un moyen de compenser son extrême fragilité en découvrant sa destinée qui est toujours en partie différente de celle de son groupe familial. Quitte à le retrouver bien des années plus tard lorsqu’il rentrera de ses épopées porteur du trésor, ou du remède, dont sa communauté a besoin. Le conte que mes analysants m’ont rappelé le plus souvent est bien sûr celui du "vilain petit canard" du poète danois Andersen. Une mère cane découvre parmi ses œufs un œuf d’allure bizarre. Puis c’est le caneton qui lui aussi paraît bizarre et, en tout cas, différent du reste de la couvée. Le pauvre oiseau grandit sans jamais se sentir à sa place, systématiquement les autres canards, les canards BCBG le snobent. Mais un jour, il aperçoit près d’un lac un groupe de magnifiques oiseaux blancs. Fasciné par la famille cygnes, il s’approche timidement, et pendant qu’il se penche sur la berge pour boire il rencontre dans l’eau son image. Lui aussi est devenu maintenant un bel oiseau lumineux.
En analyse on commence par rencontrer tous les aspects de soi-même par lesquels on s’est senti isolé, différent, incompris, inacceptable, récusé, humilié, vilain petit canard. Puis peu à peu en suivant le fil de l’âme et en découvrant un sens à sa vie, on résonne au diapason d’êtres de plus en plus nombreux, ornés des mêmes plumes scintillantes acquises dans la traversée de chaque épreuve. On ne naît pas cygne, on le devient…
Mais cet enfant héros, cet enfant cygne, s’il est souvent précoce, voire surdoué, dans certains domaines de la vie – arts, carrière, fortune, notoriété naissent souvent sous ses pas –, reste marqué par la fêlure des carences oubliées. Et c’est dans le domaine de l’engagement affectif qu’il est le plus fragile, soit qu’il tombe dans la passion amoureuse avec la force compulsive de l’addiction, soit qu’il se protège et se mure derrière une haie d’épines digne de la plus endormie des belles au bois dormant. Les sentiments oscillent entre la dépendance affective et l’anesthésie. Les scénarios de désillusion se répètent et ce n’est parfois que tard dans l’existence que notre héros/héroïne acceptera, à la faveur d’une rencontre, de se décongeler, de sortir son cœur du freezer pour que la vie maternelle le réchauffe doucement. [...]
Guérir de son passé, s’individuer, cela revient finalement à retrouver le grand souffle heureux de l’âme du monde. Celui qui habite le nouveau-né avant que les épreuves de la vie ne commencent. C’est trouver son propre souffle. Commencer, ou recommencer à aimer, quel que soit l’âge, quels que soient les hauts et bas de la vie. Redevenir enfant, renouer avec la confiance de l’enfant, mais chargé de toute la maturité conquise au travers de ces seuils initiatiques que sont les épreuves que chacun traversera à coup sûr. Ce n’est pas un hasard si toutes les voies de sagesse enseignent que l’éveillé est comme un petit enfant, simple et presque naïf, rien ne le distingue dans la rue des autres hommes, mais, comme dit joliment la tradition zen, partout où il va, autour de lui les cerisiers fleurissent.

Auteur: Colonna Marie-Laure

Info: Dans "Réenchanter l’Occident, vers un éveil de la conscience individuelle et collective"

[ symbolique ] [ révolution personnelle ] [ amor fati ] [ symptôme-sinthome ] [ psychanalyse ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

couple

En Vera, je pensais avoir trouvé l’âme sœur, la jumelle, le double, le miroir, celle avec qui l’on communie d’esprit et de corps, celle qui n’existe pas. Parce qu’elle criait un peu au lit, citait les auteurs de l’année et lisait le même journal que moi, je pensais être arrivé au port vers lequel vogue toute vie d’homme. J’ignorais encore, j’allais l’apprendre, que l’amour n’est qu’éprouver ensemble.

Auteur: Zufferey Jean-Gabriel

Info: Dans "Le livre de Zob" page 19

[ bien accordés ] [ désillusion ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

sémantique

Une vraie proposition est un credo quasi affirmatif qui ne conduira qu'à une forme de désillusion tant que sa formulation initiale n'est pas comprise différemment que ce qui était prévu.

Auteur: Peirce Charles Sanders

Info:

[ langage prison ] [ limitation ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

femme-par-homme

Avant qu'on se marie, c’était bien. Elle m'avait montré toutes ses bonnes cartes, mais elle avait en main un jeu qu'elle ne m'avait pas laissé voir. En fait, c’était presque toute la donne.

Auteur: Bukowski Charles

Info: Dans "Je t'aime Albert"

[ mariage ] [ couple ] [ désillusion ] [ mante religieuse ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

idéalisation

Cette montagne rend la contrée qu'elle domine charmante et digne d'admiration à tout point de vue : après nous être dit cela pour la centième fois, nous nous trouvons, à son égard, dans un état d'esprit si déraisonnable et si plein de reconnaissance que nous nous imaginons qu'elle, la donatrice de tous ces charmes, doit être, elle-même, ce qu'il y a de plus charmant dans la contrée - et c'est pourquoi nous montons sur la montagne et nous voilà désillusionnés!
Soudain la montagne elle-même, et tout le paysage qui l'entoure, se trouvent comme désensorcelés; nous avons oublié qu'il y a certaines grandeurs tout comme certaines bontés qui ne veulent être vues qu'à une certaine distance, et surtout d'en bas, à aucun prix d'en haut, - ce n'est qu'ainsi qu'elles font de l'effet.
Peut-être connais-tu des hommes, dans ton entourage, qui ne doivent se regarder eux-mêmes qu'à une certaine distance pour se trouver supportables, séduisants et vivifiants; il faut leur déconseiller la connaissance de soi.

Auteur: Nietzsche Friedrich Wilhelm

Info:

[ anti-introspection ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

doute

Père – je t’apporte – non point Moi-même –
Ce serait le faible fardeau –
Je t’apporte le Cœur en allé
Que je n’ai pu retenir –

Ce cœur que je chérissais dans le mien –
Devenu à la fin – trop lourd –
Mais – étrangement – plus lourd – depuis son départ –
Est-il trop grand pour toi ?

Auteur: Dickinson Emily

Info: Cahier 12, 217, traduction Claire Malroux

[ épreuve ] [ désillusion ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson