Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.  Exemples.   Punchlines.   Jeux et Passe-temps.   Chaines.  Humour.  RépartiesFemnmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.   ... Lire la suite >>
Search results: 6
Search time counter: 0.0357s

émotion

Le tragique est beau, le malheur est noble.

Auteur: Toranian Valérie

Info: L'étrangère

[ drame ] [ épreuve ] [ respect ]

Commenter

Commentaires: 0

écriture

Un récit se doit d'avancer. Le malheur est mouvement ; la satisfaction est inertie.

Auteur: Mitchell David

Info: Les mille automnes de Jacob de Zoet

[ drame ]

Commenter

Commentaires: 0

changement

Deux secondes. Rien que deux. C'était tout ce qui séparait un quotidien banal de l'absolue tragédie.

Auteur: Rosoff Meg

Info: Si jamais...

[ vitesse ] [ bascule ] [ drame ] [ rapidité ]

Commenter

Commentaires: 0

dernières paroles

Sors! Je suis en train de me faire tuer!.... ...fais le mort "play dead"... (Une courte discussion s'ensuit entre les deux, Annie semble se diriger alors vers Tim mais est obligée de reculer comme l'ours revient. Tim crie que "Play dead" ne marche pas, il crie "frappe l'ours!". La pluie et le vent voilent un peu les choses mais on entend clairement Amie hurler "Fight back!" Puis "Stop! Go Away!.. Run Away! " avecle son d'une poêle à frire qui tape la tête de l'ours. Amie crie et on entend Tim, sa voix s'éloignant comme si l'ours était en train de le traîner....) Amie vas-t'en, vas-t'en..

Auteur: Huguenard Amie

Info: On retrouva ensuite leur équipement vidéo où il s'avéra que les 6 dernières minutes d'enregistrement avaient capturé les sons de l'attaque d'un ours. Elle mourrait avec Timothy Dexter Treadwell

[ drame ]

Commenter

Commentaires: 0

anecdote

Un pauvre passementier, dans ce faubourg Saint-Marceau, était taxé à dix écus pour un impôt sur les maitrises. Il ne les avait pas : on le presse et represse ; il demande du temps, on lui refuse ; on prend son pauvre lit et sa pauvre écuelle. Quand il se vit en état, la rage s'empara de son coeur : il coupa la gorge à trois enfants qui étaient dans sa chambre ; sa femme sauva le quatrième, et s'enfuit. Le pauvre homme est au Châtelet. Il sera pendu dans un jour ou deux. Il dit que tout son déplaisir, c'est de n'avoir pas tué sa femme et l'enfant qu'elle a sauvé.

Auteur: Sévigné Marie de Rabutin-Chantal

Info: Lettres, 1671-1696

[ drame ] [ folie ] [ fisc ] [ infanticide ]

Commenter

Commentaires: 0

mort

- Qu'est-il arrivé ? lui ai-je demandé.
- Il paraît que c'est un radiateur d'appoint qui a pris feu. En tout cas, c'est ce qu'on m'a dit. Il y avait deux gamins dans la maison. Trois, en comptant la baby-sitter. Elle a réussi à s'en sortir, mais pas les enfants, malheureusement. La fumée les a asphyxiés.
On s'est dirigés vers chez nous, à pied. Dotty se cramponnait à mon bras et se serrait contre moi en répétant : "Oh, mon Dieu, mon Dieu !"
La maison était illuminée par les phares des pompiers. Un homme était debout sur le toit, tenant une lance à incendie dont ne s'égouttait plus à présent qu'un petit filet d'eau. La fenêtre de la chambre avait été brisée. À l'intérieur, j'ai vu un homme qui allait et venait dans la pièce, une hache à la main. Puis la porte de devant s'est ouverte et un autre homme en est sorti, portant quelque chose. Je me suis dit que ça devait être le chien des enfants et ça m'a fichu un coup terrible.
Une camionnette de la station de télé locale était garée dehors. Un opérateur filmait, caméra à l'épaule. Des voisins battait la semelle, blottis les uns contre les autres. Certains étaient habillés, d'autres s'étaient jeté un manteau sur les épaules. Les moteurs des voitures de pompiers tournaient et de temps en temps leur radio se mettait à nasiller. Mais les badauds, eux, ne disaient rien. En les dévisageant, j'ai reconnu Rosemary, debout entre ses parents, la bouche ouverte. Puis les pompiers ont sorti les enfants de la maison, sur des brancards. De grands gaillards bottés, casqués, vêtus de longs manteaux, des hommes à l'air indestructible, qui semblaient avoir encore cent ans de vie devant eux. Ils sont sortis de la maison, chacun à un bout d'un brancard, portant les enfants.

Auteur: Carver Raymond

Info: Qu'est-ce que vous voulez voir, RÊVES

[ drame ]

Commenter

Commentaires: 0