Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 72
Temps de recherche: 0.063s

drogue

Donc, on arrive à se procurer de la cocaïne sur ordonnance. La Coquette, papa, il faut la piquer direct dans la veine. Quand elle entre tu as l’impression de la flairer au passage, ça te fait tout froid tout propre dans le nez et dans la gorge, et puis tu sens comme une bouffée de bonheur à l’état pur qui te transperce le cerveau en allumant toutes les lampes témoins du circuit, une succession d’explosions blanches qui te défoncent le citron. […] L’envie de coco est purement cérébrale, l’organisme et les sens sont hors du coup, c’est une fringale du revenant, d’ectoplasme fétide que les vétérans balayent en crachotant dans l’aube malade de la came.

Auteur: Burroughs William S.

Info: Le festin nu

[ injection ] [ flash de coke ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

drogue

Nous venons de préciser que ce vécu de "sortie du corps" sous kétamine est illusoire et relève d’un effet de torsion de la dimension imaginaire, car il n’y a pas d’absence totale de corps.
[...] De sorte que cette vision du corps à distance continue d’être un support imaginaire qui se traduit, comme on l’a vu, par une reconnaissance de ce corps, perpétuant ainsi l’identification spéculaire.
[...] Au fond, ce que réalisent ces sujets "déconnectés" de leur corps est de l’ordre d’un retour sur le moment, mythique, de la connexion entre la subjectivité et son image au temps du stade du miroir lors de l’identification primordiale. Une telle connexion relève de l’attribution au champ de l’Autre par la nomination symbolique (le "C’est toi !" ) et la mise en place du trait unaire qui soutient tout Idéal du Moi : une marque, un signe est donné au sujet qu’il peut se compter un, unique, différent. De sorte qu’une identification primordiale réussie donne le sentiment d’avoir un corps, en nouant l’image spéculaire et le nom propre, par combinaison de l’identification imaginaire à l’identification symbolique. Mais lors d’une "sortie hors du corps", nous serions dans un découplage du moi et du corps avec persistance de l’identification symbolique, réalisant une suspension temporaire et seulement partielle de la connexion primordiale puisque subsiste un lien entre nom et image. C’est ce qui se produit avec la kétamine et seulement pour certains sujets. On peut alors faire l’hypothèse que ces "sorties du corps" provoquées par la kétamine auraient cette particularité d’être à la fois effet d’une déliaison des circuits de l’incarnation et réponse au Réel, car si elles ne surviennent que chez certains, c’est sans doute qu’il faut tenir compte de la subjectivité, de sorte que le vécu oniroïde qui les accompagne porte la marque des déterminations inconscientes propres à chaque sujet.

Auteur: Le Maléfan Pascal

Info: Dans "Être decorporé sous kétamine : clinique et coïncidences"

[ psychanalyse ] [ explication ] [ trip ] [ décorporation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

drogue

Se transporter dans un autre plan d’existence, c’est donc d’abord effacer progressivement le lien aux perceptions corporelles par les effets de l’anesthésie, très précisément les "éteindre" et ce, selon le mode d’absorption, le dosage, le "set & setting", l’acceptation du laisser-aller. Tout cela dure une heure environ. Après la première prise, c’est la "montée" des effets du produit : le corps devient comme mou, parfois semble se liquéfier, ou alors "s’enfoncer" sur place ; la perception du temps et de l’espace se transforme. Viennent ensuite des "dissos". Légères d’abord : les membres s’autonomisent, la vision se "pixelise" ou se " fractalise", la réalité se démantelant. Le ressenti est plutôt plaisant voire hilarant et se compare souvent à l’ivresse alcoolique. La "dissociation" devient ensuite plus profonde et c’est l’entrée dans une séquence hallucinatoire psychédélique propre à chaque sujet. Quelques constantes s’y retrouvent néanmoins. Les plus récurrentes, non sans rapport avec le monde des jeux vidéo, sont le transport ultra rapide dans un univers parallèle aux dimensions géométriques, métalliques et aux couleurs très vives, la perception d’un tunnel avec une lumière attirante à son extrémité, la compréhension immédiate de l’unité du Tout et la dissolution du moi. Et encore : la sérénité et la jouissance. Comme l’écrivent eux-mêmes les psychonautes sous kétamine, ils sont alors "perchés", haut, très haut ! Et puis, la plus caractéristique, la décorporation : sensation de "quitter son corps", de le voir à distance, d’en haut le plus souvent, comme si le sujet était devenu un "pur esprit" et le corps une "chose lointaine".

Auteur: Le Maléfan Pascal

Info: Dans "Être decorporé sous kétamine : clinique et coïncidences"

[ trip ] [ hallucinogène dissociatif ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

drogue

L’alcool remplissait la fonction de l’oubli. C’était le monde qui était responsable, mais condamner le monde, le monde qui imposait une vie que les gens autour de nous n’avaient pas d’autres choix qu’essayer d’oublier – avec l’alcool, par l’alcool.

C’était oublier ou mourir, ou oublier et mourir. Oublier ou mourir, ou oublier et mourir de l’acharnement à oublier.

Auteur: Édouard Louis

Info: Qui a tué mon père, p. 25, Le Seuil, 2018.

[ thérapie ] [ ivrogne ] [ désespérance ]

Commenter

Commentaires: 0

drogue

Le DMT était une cire gazeuse que tu pouvais fumer et qui te donnais un délire psychédélique de 20 minutes. Tu l'inhales. Et quand tu l'exhales -pouf, t'es défoncé. J'ai vu Bouddha, mec. Je sais que ça n'a pas l'air d'une grosse affaire. Mais j'ai vu un gigantesque Bouddha holographique - correct à tout point de vue ! Les bouddhas peuvent être très complexes - comme ces dessins qu'on voit dans les livres. Des milliers de détails étaient inclus dans ce Bouddha. D'où viennent-ils ? Je ne les ai pas inventés. Je ne sais même pas dessiner, tu sais ? Je sais à peine épeler le mot chat, tu comprends ? Et il était là. Et j'ai pensé, Wow... Le pouvoir de l'esprit, t'entraves ?

Auteur: Iggy Pop

Info:

[ expérience ]

Commenter

Commentaires: 0

drogue

L'effet d'une absorption de bolder – hallucinogène dont le nom dérive d'une formule chimique qui demanderait de trop longues explications – cet effet-là dure environ deux heures. Deux heures durant lesquelles un homme se sent tout-puissant à tout point de vue : il lui semble de vivre dans un monde en cinérama, en couleur, et qu'accompagne un grand, un très grand orchestre. Physiquement – mais peut-être n'est-ce là qu'une sensation illusoire – il se sent capable d’assommer un bœuf à coup de poing. Sexuellement, il a l'impression de ne devoir plus rien envier, bien au contraire, au coq andalou -lequel est réputé non seulement pour sa férocité au combat, mais, plus encore, pour le nombre incroyable de poules qu'il parvient à séduire. Le bolder vous rend, autant dire, plus gaillard, plus apte au déduit, vous transformant en Superman, en Nembo Kid et même un peu en Diabolik ou en marquis de Sade.

Auteur: Scerbanenco Giorgio

Info: Profession : salopard, Beau gosse. P. 74

[ LSD ] [ cocaïne ]

Commenter

Commentaires: 0

drogue

Le schizophrène ressemble à un homme sous l’influence permanente de la mescaline, et, en conséquence, incapable d’exclure l’expérience ressentie d’une réalité avec laquelle il n’est pas assez sain pour vivre […] et qui, parce qu’elle ne lui permet jamais de regarder le monde avec des yeux simplement humains, l’effraye au point de lui faire interpréter son étrangeté ininterrompue, sa brûlante intensité de signification, comme étant des manifestations de la méchanceté humaine ou même cosmique […].

Auteur: Huxley Aldous

Info: Les portes de la perception

[ psychotrope ] [ LSD ]

Commenter

Commentaires: 0

drogue

Ce serait courir après une ombre et m'épuiser en vain que de vouloir peindre ce que je sentis alors, et même ce que je sens à présent. Les chagrins que j'ai éprouvés par la suite n'ont ressemblé en rien à cette douleur primitive, car mes sens étaient comme anéantis. L'opium, que j'appris alors à fumer comme les Chinois, par le moyen d'un tuyau de canne, augmentait encore cette apathie stoïque que le Turc le plus grave ou le plus guindé des lords m'aurait enviée et n'aurait pu imiter.

Auteur: Trelawney Edward John

Info: Mémoires d'un gentilhomme corsaire : De Madagascar aux Philippines, 1805-1815

[ indolence ] [ torpeur ]

Commenter

Commentaires: 0

drogue

Avec l'héroïne, c'est autre chose. Tu te piques parce que sinon la douleur physique est insoutenable. Les cokés veulent éprouver des sensations fortes et se sentir puissants, les héroïnomanes veulent avoir la paix.

Auteur: Felscherinow Christiane V.

Info: Moi, Christiane F., la vie malgré tout

[ manque ]

Commenter

Commentaires: 0

drogue

L'héroïne est un caisson de privation sensorielle pour l'âme. Quand on flotte sur la mer Morte de la came, il n'y a plus aucune sensation de douleur, de regret ou de honte, plus aucun sentiment de culpabilité, plus aucun chagrin, plus de dépression et plus de désir. Un univers de sommeil envahit et enveloppe chaque atome de l'existence. Une tranquillité et une paix non sensibles chassent la peur et la souffrance. Les pensées se balancent comme des algues dans la mer et disparaissent dans une somnolence grise, lointaine, imperceptible, et indéterminée. Le corps succombe à un effondrement cryogénique : le cœur apathique bat faiblement, la respiration se réduit lentement à de vagues murmures. Un profond engourdissement proche du nirvana saisit les membres, et plus loin, plus profond, le dormeur glisse et plane vers l'oubli, la came parfaite et éternelle.

Auteur: Roberts Gregory David

Info: Shantaram

[ morphine ] [ perfection ] [ anesthésie ]

Commenter

Commentaires: 0