Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits, recherche mots ou phrases tous azimuths.  ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Search results: 7
Search time counter: 0.049s

exploitation

Le paysan a compris depuis longtemps qu'on peut aussi vivre de bestiaux à deux pattes.

Auteur: Roth Eugen

Info:

Commenter

Commentaires: 0

exploitation

Les affaires internationales se conduisent avec des pièces de papier, mais l'encre qu'elles emploient, c'est le sang humain.

Auteur: Ambler Eric

Info:

[ business ]

Commenter

Commentaires: 0

exploitation

Se garer en plein centre de Londres coûte trois pences pour 20 minutes, ce qui fait 4 livres de l'heure, ce qui est plus que le smic. Comme ça les employés du McDonalds peuvent regarder par la fenêtre et voir des parcmètres qui gagnent plus d'argent qu'eux.

Auteur: Evans Simon

Info:

[ humour ]

Commenter

Commentaires: 0

exploitation

Si un ouvrier produit par jour trois mille grosses vis avec contre-écrou et que le coût total des matières premières qu’il a utilisées est de 60 pesos, et que l’usure des machines est évaluée à 6 pesos, et les dépenses d’installation, d’énergie, etc, sont de 11 pesos, et que le patron les vends 130 pesos, alors le patron est un salaud en long, en large et en détail.

Auteur: Subcomandante Marcos Paco Ignacio Taibo II

Info: De passage

[ capitalisme ] [ prolétariat ]

Commenter

Commentaires: 0

exploitation

[un chef d'entreprise BTP]
L'intérim met déjà les gars dans des conditions fragiles. N'étant déjà pas souvent LÉGAUX sur le sol français, ils n'ont aucun droit à revendiquer. L'INTERIM cultive cette fragilité. Si mon chef de chantier les fait flipper encore plus, on les assoit, et on en fait ce qu'on veut. Plus ils ont peur, plus ils travaillent VITE, et moi je peux tenir des délais plus courts. Ce qui est le seul critère valable pour les grandes entreprises.

Auteur: Nicolas Jounin

Info: Chantier interdit au public, p. 80

[ immigrants ] [ main d'oeuvre ] [ indignité ] [ flux tendu ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

exploitation

- Ça veut dire quoi collec-tivi-sation ? demanda Moro Soll.
- Ça veut dire, ignorant, que les biens de la terre et ce qu'on produit avec le travail sont à tout le monde et non pas aux patrons et au gouvernement, lui répondit son frère Toni. Aujourd'hui il y a ceux qui vivent des intérêts des capitaux et du travail des autres et ils mangent du pain blanc tous les jours, de la viande tous les jours, et ils ont toujours du bon vin sur leur table. Nous, si on veut aller chez les Forti boire un verre de vin, il faut qu'on y pense à deux fois. On va y arriver à sept à se payer un litre ? C'est pas croyable...

Auteur: Rigoni Stern Mario

Info: Les Saisons

[ communisme ] [ injustice ]

Commenter

Commentaires: 0

exploitation

Qui a dit que le capitalisme de plateforme ne créait pas de travail ? Il en crée… à la pelle même. Ou plutôt, il externalise des travailleurs : il les recrute, fixe les prix, les déconnecte quand il n’en veut plus. Car, bien sûr, les petites mains de l’ubérisation et des plateformes n’ont pas de statut salarié, elles sont autoentrepreneuses… Et leur patron, c’est une application sur leur smartphone. On avait déjà des chauffeurs Uber et des livreurs à vélo. À ce jeu-là, un nouveau job est apparu : il a l’étrange nom de "juicer" (juice en argot anglais signifie électricité). Entre eux, ils s’appellent aussi "chargeurs" ou "hunters" (pour chasseurs) de trottinettes électriques. Depuis un an, ces véhicules en libre-service ont débarqué dans les villes françaises. Souvent, négligemment abandonnés sur un bout de trottoir.

Les chargeurs sortent à la tombée de la nuit récupérer les engins dont l’emplacement est indiqué sur leur smartphone, les ramènent chez eux pour recharger les batteries et les replacent à l’aube, entre 5 et 7 heures du matin, bien alignés. À Paris, ils sont neuf opérateurs : Lime, Bird, VOI, Bolt, Wind… L’entreprise californienne Lime revendique 30 000 locations par jour. On ne sait pas exactement combien sont les juicers, les plateformes sont moins bavardes sur cet aspect du business.

Quand on en parle avec Pierre, on sent que c’est un convaincu. "On n’a rien sans rien, il faut travailler dur", répète-t-il. Il a 21 ans et a créé sa microentreprise en janvier. Il est boulanger à Lyon à plein temps pour 1 600 euros brut. "En étant juicer, je me fais 600 euros supplémentaires par mois. Ça me paie des loisirs, un week-end, un resto." Il a beau dire, "ça ne me prend pas beaucoup de temps", quand on fait le décompte, ça commence à chiffrer… "Je me fixe l’objectif de 5 trottinettes par sortie." Chacune est payée 5 à 6 euros selon l’opérateur. "J’y passe une à deux heures, le soir, après le boulot, et un peu plus le week-end", plus une heure le matin pour redéposer son butin à 5 h 30. Au total donc, un deuxième travail à près de 20 heures par semaine, payés 7 euros de l’heure quand le Smic est à 10,03… Et tout ça, sans mutuelle, chômage ni congés payés, indemnités en cas de maladie ou d’accident du travail . "Mais je suis libre, je m’organise comme je veux."

Auteur: Internet

Info: L'Humanité, https://www.humanite.fr/les-jobs-pourris-du-nouveau-monde-670705?

[ surmenage ] [ autoentrepreneur-salarié ] [ esclavage moderne ] [ loi de la jungle ] [ Jobs à la con ] [ illusion ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Is added to chains