Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 24
Temps de recherche: 0.044s

aliment

Les glands ont été prisés comme source de nourriture pour leur abondance et leur valeur nutritionnelle. Dans l’Ouest américain, par exemple, plusieurs variétés de chêne appréciées par les tribus indiennes pouvaient donner entre 227 et 450 kilos de glands par arbre et par an. Bien que la saison de production des glands ne dure que quelques semaines, il a été estimé qu’un ouvrier assidu et travaillant huit heures par jour, est capable de ramasser plus de quatre tonnes de fruits. Une telle récolte pourrait nourrir une famille de cinq personnes pendant plus d’un an, fournissant plus de 5000 kilocalories et 50 grammes de protéines par jour par personne.

Auteur: Hegland Jean

Info: Dans "Dans la forêt", page 222

[ famine ] [ solution ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

souffrance

De même que ce que nous appelons faim ne correspond en rien à la sensation qu'on peut avoir quand on a sauté un repas, de même notre façon d'avoir froid mériterait un nom particulier. Nous disons "faim", nous disons "fatigue", "peur" et "douleur", nous disons "hiver", et en disant cela nous disons autre chose, des choses que ne peuvent exprimer les mots livres, créés par et pour des hommes livres qui vivent dans leurs maisons et connaissent la joie et la peine.

Auteur: Levi Primo

Info: Si c'est un homme

[ indicible ] [ famine ] [ langage ] [ limitation ]

Commenter

Commentaires: 0

survie

Son unique perception se résume à cela : il est vide. Il ne ressent plus la faim. Il se sent vide à l'intérieur, en proie à un malaise d'origine imprécise. Tout se confond en apathie, somnolence et silence. En dépit de son épuisement, il n'a pas envie de mourir. Il souffre d'un entêtement à vivre qui tient plus de l'habitude que d'un véritable désir.

Auteur: Bergsson Gudbergur

Info: Deuil

[ instinct ] [ famine ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Les hommes sont incapables de réfléchir l’estomac vide, les femmes au contraire n’ont besoin ni de nourriture ni de vin pour garder l’esprit aiguisé.

Auteur: Lamb Harold

Info: Les lames cosaques, tome 1 : Le loup des steppes

[ supérieures ] [ famine ] [ survie ]

Commenter

Commentaires: 0

solitude

Le poussin qui reste à côté de sa mère reçoit la cuisse de la sauterelle.

Auteur: Proverbe africain du Ghana

Info: dicton akan, qui s'isole est facilement oublié dans le partage des bonnes choses

[ famine ]

Commenter

Commentaires: 0

incompréhension

La personne repue ne croit pas l'affamé.

Auteur: Proverbe corse

Info:

[ égoïsme ] [ famine ]

Commenter

Commentaires: 0

bon sens

Avec une seule fève, on ne peut pas préparer la soupe.

Auteur: Proverbe algérien

Info:

[ famine ]

Commenter

Commentaires: 0

flemme

Quand la jambe ne marche pas, l'estomac ne mange pas.

Auteur: Proverbe africain mongo

Info: Zaïre, le paresseux reste le ventre creux

[ famine ]

Commenter

Commentaires: 0

solidarité

Oui, des camarades, il y en a eu,
On partageait le dernier bout de pain misérable,
la dernière bouffée de gros gris.
On croyait à la force,
à la témérité.
On ne croyait pas aux rumeurs délirantes,
on était capable de serrer les dents,
de sortir du jeu.
Il y avait même des amis, et ce n'était pas chose facile
que de trouver une goutte d'amitié - une seule -
dans l'océan d'hostilité.
Accroché à une paille, le corps contrariait l'esprit
mais refusait de sombrer.
Certains n'étaient plus que des cabans
- pas des hommes, des ombres
indifférentes à tout sauf à la bouffe.

Auteur: Baldaev Danzig

Info: Gardien de Camp, Tatouages et dessins du goulag

[ goulag ] [ camp de concentration ] [ famine ]

Commenter

Commentaires: 0

Usa

Coney Island, il n'y avait rien de beau. La foule y était souveraine et le travail harassant. La nuit, je me jetai sur mon lit trempé de sueur, malade, fatigué, fatigué d'être fatigué, un misérable, pauvre hère égaré dans la crasse et la misère d'un travail infect. Je dormais trop peu et trop mal, pourtant chaque matin, j'arrivais à me baigner dans la mer. Tel fut mon grand mariage avec la misère et le résultat de cet accouplement fut la faim. C'était une lutte maudite, une lutte désespérée pour garder en vie mon corps qui ne valait sûrement pas un tel combat. J'étais le capitaine du navire de la Misère Américaine.

Auteur: Carnevali Emanuel

Info: Le premier dieu

[ immigration ] [ pauvreté ] [ famine ]

Commenter

Commentaires: 0