Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 743
Temps de recherche: 0.4728s

passion

La fougue de l'amant n'est apaisée ni par la vue ni par le toucher d'aucun corps. Il ne désire pas tel ou tel corps, mais la splendeur de la majesté divine réfléchie dans les corps, voilà ce qui l'émerveille, l'attire, le stupéfie.

Auteur: Ficin Marsile Marsilio Ficino

Info: De l'amour. Relevé in Sycomore, Sickamour De Pacôme Thiellement, p. 60

[ femmes-par-hommes ] [ idéal féminin ] [ muse ] [ pré-romantique ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

idéalisation

Les surréalistes, Breton en tête, ont souvent sacralisé la femme en qui pour eux — Péret mis à part — pourrait sembler s'être réfugiée l'essence du religieux jusqu'en ses manifestations superstitieuses : Nadja, à ce point de vue, est livre initiatique.

Auteur: Stétié Salah

Info: Le nibbio, p.130

[ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Bandini

pouvoir

Une hystérique, c’est une esclave qui cherche un maître pour le dominer.

Auteur: Lacan Jacques

Info:

[ définie ] [ paradoxe ] [ jouissance détournée ] [ femmes-par-hommes ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

femmes-hommes

(...) on constate une capacité de résilience plus marquée chez les femmes, une lucidité plus aiguë aussi... l'éternel argument de la mise au monde d'enfants permet aux femmes d'éprouver la puissance de leur corps et de leur esprit, en puisant au plus profond de leurs ressources instinctuelles... ce qui fait défaut aux hommes actuellement. Ce sont des modèles d'identification positifs... L'épreuve du Bug les rend plus démunis, plus brouillons dans la résolution des problèmes ... les faillites des hommes d'état et leur remplacement par des femmes est assez significatif

Auteur: Bilal Enki Enes

Info: Bug, livre 2 de Enki Bilal

[ femmes-par-hommes ] [ supérieures ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

monde vivant

La nature est une illusionniste pour surhommes. Des générations de scientifiques ont tenté de percer ses secrets. Petit à petit, le déguisement se déchire, mais chaque nouvelle découverte ne semble qu'ouvrir vers de nouvelles avenues à explorer plus avant. La nature est une vraie femme, elle aura le dernier mot.

Auteur: Durell Clement Vavasor

Info: Readable Relativity. Chapter I (p. 9) Harper & Brothers. New York, New York, USA. Chapitre I (p. 9) Harper & Brothers. New York, New York, États-Unis. 1960

[ humour ] [ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

femmes-hommes

Au niveau même de l’expérience phénoménale de la contemplation, ce côté omnivoyeur se peint dans la satisfaction d’une femme à se savoir regardée, à condition qu’on ne le lui montre pas.

Auteur: Lacan Jacques

Info: Livre XI, 1963-1964 : Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse - VI ; 19 février 1964

[ femmes-par-hommes ] [ discrétion ] [ quant-à-soi ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

seins

Une femme sans poitrine, c'est un lit sans oreillers.

Auteur: France Anatole

Info:

[ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

femmes-hommes

La fonction du fantasme, duquel se soutient notre désir, est de nous protéger de la fatale attraction du désir de l'Autre, originellement représenté par la mère - que me veut-elle? quel sorte d'objet suis-je pour elle? que voit-elle en moi? - sans le fantasme, qui est un séquence narrative originelle produite pour colmater le vide de l'inquiétante question, le sujet est sans recours...

Le phantasme originel est un scénario à partir duquel s'articule notre propre désir, mais il reste toujours référent du désir de l'Autre, voilà pourquoi notre désir, c'est toujours le désir de l'Autre, au double sens du génitif objectif et subjectif: ce que l'Autre désire de moi - ce que je désire en l'Autre.

Le désir de l'Autre, par delà le fantasme, reste toujours une question, une énigme, un mystère (sauf pour le sujet pervers qui s’imagine qu’il sait comment faire jouir l’autre...)

Comment se manifeste la différence sexuelle à partir de la formule lacanienne "le désir est toujours le désir de l’Autre ?"

Du côté masculin, pour le dire vite, les choses sont plutôt simples, voire simplistes : "le désir c’est toujours le désir de l’autre" signifie d’abord la compétition, l’envie, la concurrence : je veux ça parce que toi tu veux ça, tant que tu voudras ça, je le voudrai aussi, ce qui confère a priori sa désirabilité à un objet, c’est que quelqu’un d’autre le veuille ; l’objectif final est ici la négation de l’Autre (ce qui in fine ferait perdre toute valeur à l’objet, mais c’est précisément le paradoxe du désir envisagé du point de vue masculin).

Du côté féminin, "le désir est toujours le désir de l’Autre" s’entend plutôt : ce que je désire, je le désire à travers l’autre, à la fois dans le sens de: "laisser le soin à l’autre de le faire, posséder et jouir pour moi..." (mon mari, mon fils, mon amour, qui réussissent pour moi...) ; et aussi dans le sens de "mon désir est ce qu’il désire, la satisfaction de son désir comblera mon désir..." (Antigone, par exemple, qui désire satisfaire au désir de l’Autre en accomplissant le rituel funéraire pour son frère...)

La thèse qui en découle: que l’homme tendrait à agir directement en assumant son acte, tandis qu’une femme préfère agir par procuration, laissant l’autre faire à sa place (ou manipulant l’autre pour qu’il fasse...) peut apparaître ici comme un cliché donnant corps à la fameuse image de la femme dissimulée derrière chaque homme qui agit...

Et si pourtant ce cliché éculé était malgré tout ce qui pointe le plus sûrement vers la nature originellement féminine de la notion même de sujet ?

Et si le geste constitutif du sujet émergeant de sa gangue subjective n’était pas cette forme revendiquée d’autonomie de "faire quelque chose", mais bien plutôt la substitution primordiale qui laisse l’Autre faire pour moi, à ma place ?

Les femmes, bien plus que les hommes, ont cette capacité de "jouir par procuration", éprouver une intense satisfaction dans la conscience aiguë que leur "bien-aimé" jouit ou réussit d’une manière ou d’une autre à atteindre ses buts.

En ce sens précis, la "ruse de la raison" hégélienne repose sur la nature constitutivement féminine de ce que Hegel a appelé "raison".

La raison qui se cache tout en se réalisant elle-même dans l’apparente confusion des motifs et des actes égoïstes apparaît donc comme une variante hegelienne de la célèbre formule: "Cherchez la femme!", nous permettant ainsi de restituer sa complexité originelle à l’opposition courante entre l’homme "actif" et la femme "passive" ; la femme peut bien continuer à paraître passive tout en étant réellement active à travers l’Autre, tandis que l’homme peut bien se montrer actif alors qu’en vérité, il subit sa passivité, déniée, à travers l’Autre...

Auteur: Dubuis Santini Christian

Info:

[ mimétisme ] [ mâles-femelles ] [ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

énigme

Nos collègues les dames analystes, sur la sexualité féminine, elle ne nous disent… pas tout ! C’est tout à fait frappant. Elles n’ont pas fait avancer d’un bout la question sur la sexualité féminine. Il doit y avoir à ça une raison interne, liée à la structure de l’appareil de la jouissance.

Auteur: Lacan Jacques

Info: Dans le "Séminaire, Livre XX"

[ frustration ] [ hommes-femmes ] [ altérité ] [ femmes-par-hommes ] [ mystère intriguant ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

femmes-hommes

Car vous savez désormais que si le porno masculin est d’une bêtise presque ineffable, d’autant plus qu’à être un mec on est soumis au processus et à l’automaton érotique qu’il révèle, la presse féminine est la pornographie des corps adjectivés de même… Le désir féminin, réfléchi dans sa "presse" comme le masculin se réfléchit dans la sienne, le cliché est connu, enveloppe tout, traverse tout. Il a une saisie globale de lui-même, tandis que le masculin, c’est le moins que l’on puisse dire, se localise, se focalise. L’homme est suspendu à sa jouissance, c’est l’essence de son désir, la femme atomisée dans la schize omnivore de son désir, où elle trouve l’essence de sa jouissance. Ou pas : on a baptisé ça l’hystérie.

Auteur: Belhaj Kacem Mehdi

Info: L'essence n de l'amour

[ convoiteux ] [ sexuels ] [ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel