Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 12
Temps de recherche: 0.1376s

concentration

Il faut bloquer tout ce qui vient de l'extérieur, être extrêmement focalisé, adouci et détendu aussi.

Auteur: Capriati Jennifer

Info:

[ efficacité ] [ relaxation ]

Commenter

Commentaires: 0

richesse

La vue de l'enfant n'est pas focalisée sur les choses qu'il n'a pas. Ça vient plus tard.

Auteur: Turner George

Info: Drowning Towers 1987

[ possession ] [ éducation ]

Commenter

Commentaires: 0

contrainte

Aucune vapeur n'a jamais eu d'action de force sans être confinée. Aucun Niagara ne s'est jamais transformé en lumière et puissance sans être canalisé. Aucune vie ne s'est jamais développée sans être focalisée, dévouée et disciplinée.

Auteur: Fosdick Harry Emerson

Info:

[ survie ]

Commenter

Commentaires: 0

détails

Les contours peu clairs des choses phénoménales se fondent tous les uns dans les autres, à moins que nous mettions dessus le verre focalisé de la théorie, pour parfois les ramener à un certain degré de définition, parfois à un autre, afin d'observer diverses profondeurs de la grande meule du monde.

Auteur: Maxwell James Clerk

Info:

[ aveuglement ] [ sciences ] [ limitation ]

Commenter

Commentaires: 0

rapports humains

Je ne dirais pas que je suis focalisé sur la description d'une quelconque relation, qu'il s'agisse d'un père, d'un fils ou d'une famille. Je n'aime pas quand les gens disent que je poursuis la même ligne particulière ou que je ne suis intéressé que par des drames familiaux. Je suis intéressé par les relations humaines. Les relations les plus intimes, les plus délicates et les plus intrigantes sont celles d'une famille.

Auteur: Zvyagintsev Andrey

Info:

[ profondeur ] [ cinéma ]

Commenter

Commentaires: 0

dévoiement

Une fois acquise l’intégration de la classe ouvrière au compromis fordiste (stabilisation de l’emploi, hausse des salaires, consommation et loisirs massifiés), les tensions entre capital et travail se sont surtout focalisées sur la répartition des profits – la limitation de l’accumulation du capital – et les conditions de travail. Le mouvement ouvrier, même combatif, largement piloté par les partis communistes, n’a plus été porteur d’une remise en cause radicale des modes de vie nés avec le capitalisme industriel. Ce renoncement explique en partie que la gauche et l’extrême gauche, si promptes à glorifier la « subversion » et les résistances passées, s’accommodent très bien de processus destructeurs du lien social en cours actuellement.

Auteur: OLS (Offensive Libertaire et Sociale)

Info: Dans "Divertir pour dominer", page 6

[ soumission ] [ nouvel ordre mondial ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

rapports humains

La mentalité des normopensants choque régulièrement les cerveaux droits !
Effectivement, il peut y avoir de quoi, notamment dans leur valeur de partage.
La dominance du cerveau gauche incite à l'individualisme, voire à l'égocentrisme, quand le cerveau droit donne une pensée collective et altruiste.
(...)
Cet individualisme est donc plus structurel que volontaire chez les normopensants. Lors d'un échange avec un interlocuteur, ils seront focalisés sur ce qui les différencie de cet interlocuteur alors qu'un cerveau droit aurait essentiellement cherché tout ce qui pouvait les rapprocher.
Pouvoir se différencier de l'autre est important pour avoir un ego bien structuré.
Parfois, les surefficients mentaux manquent tellement d'ego qu'ils n'ont plus d'identité personnelle. Ils ne savent que jouer collectif.
La solitude leur devient insupportable et les ruptures encore plus.

Auteur: Petitcollin Christel

Info: Je pense trop : Comment canaliser ce mental envahissant

[ altruisme ] [ égoïsme ]

Commenter

Commentaires: 0

Helvétie

Et puis il y eut ce lundi 9 mars 2009, nous étions au plus fort de la crise, les bourses américaines crevaient le plancher jour après jour, les gourous financiers commençaient à ne plus savoir quoi faire ni quelle attitude adopter, au delà de la panique. Vint cette rumeur sur la chute de l'UBS. Je reçus moi-même deux appels d'amis étrangers qui avaient un peu d'argent en Suisse dans cette banque et qui voulaient que je les rassure... Un climat d'incertitude totale comme je n'avais jamais vu. Très impressionnant. Il est probable que si la banque avait chuté ce jour là, aurait soufflé un vent destructeur inimaginable sur les bourses terrestres. Bref pendant environ quarante huit heures le monde financier resta focalisé sur la Suisse. J'ai tendance à penser que jamais notre pays ne pesa si fort dans le fragile équilibre mondial. Depuis, le Dow et le Nasdaq remontent sans débander. A suivre.

Auteur: Mg

Info: 16 mars 09

Commenter

Commentaires: 0

étiquetage

Lorsqu'Octavio Paz affirme que "traduire est la façon la plus profonde de lire", il interpelle les concepteurs des "fils de la pensée".
"La plus profonde" parce que le traducteur doit intégrer la compréhension des mots, la compréhension du sens et celle du climat général du texte/histoire... avant de le transposer dans un autre idiome. C'est à dire qu'il doit le lire plusieurs fois, chaque fois avec une focale différente, de "points de vue" variés. Il intègre aussi, consciemment ou pas, plein d'autres paramètres : conditions de vie de l'auteur, pays, spécificité de sa langue, de son époque et ses us en coutume, etc... Démontrant par là même la merveilleuse plasticité d'un cerveau, le notre, capable (dans l'idéal) de gérer tous ces niveaux.
La lecture du "tagueur" se différencie de deux manières de celle du traducteur.
PRIMO : étant entendu qu'il lit et parle couramment la langue en question, (qu'il ne doit donc pas traduire), il conserve une vitesse de croisière qui fait que son esprit se soucie beaucoup moins des détails, plus focalisé sur le sens de l'idée ou des phrases qui défilent. Lecteur-miroir il perçoit, reçoit... comprend, ressent.
Et boum ! Voilà qu'il tombe sur une formulation qui le frappe, le conforte d'une manière ou d'une autre. Une impression déjà vécue mais jamais exprimée, un agencement des mots, ou de phrases, qui reflètent une réalité pressentie, expériencée... rêvée ?
Ici notre lecteur-miroir est déjà en train d'indexer inconsciemment puisque son "être chair-esprit" reconnait (s'identifie à ?) une "idée vraie", une "pensée drôle", "réflexion sage", "parole profonde", etc.
SECUNDO : focalisé sur le sens d'une phrase ou d'un extrait, il doit maintenant repérer la ou les quelques "idées-clefs" du texte en question. Pour ensuite faire sa petite cuisine. Quelles sont-elles ? Sont-elles clairement représentées par des mots de l'extraits ? Si oui quels sont les plus pertinents, et, parmi ceux-ci, le plus important (Catégorie)... Sont-ils déjà dans le corps du texte ? Si oui : quel synonyme utiliser pour focaliser le concept, comment se débrouiller ?
Ce simple extrait, (celui que vous avez devant les yeux !), contient en lui-même beaucoup (tous?) de ces éléments.
Ne reste plus qu'à lui joindre les termes catégorie et tags - absents de l'extrait et propices à la précision de son indexation.
Et l'introduire dans la base de données du logiciel.
Pour les auteurs et leur paramètres voir ici.

Auteur: Mg

Info: 13 août 2016

[ analyse ] [ citation s'appliquant à ce logiciel ] [ réflexivité ]

Commenter

Commentaires: 0

Mis dans la chaine

drogue

C'est au summun de notre adolescence, autour des 17-18 ans qu'avec mes copains nous avons pris du LSD. Oh pas des centaines de foi, ni même des dizaines, mais en tous les cas autant que les doigts des deux mains.
L'expérience de l'acide est dit-on indescriptible, incommunicable, à moins de pouvoir prendre quelqu'un avec soi dans son cerveau pour la partager. Une chose est certaine, c'est un voyage fort, biblique, mystique.
Mon souvenir conserve de cette expérience que si notre cerveau filtre les informations, le LSD enlève tout ou partie de ces filtres.
Par exemple si je discute avec vous au restaurant je suis normalement focalisé sur vous. Avec l'acide le décor se complexifie, s'enrichit et on a alors l'impression de pouvoir AUSSI suivre les discussions des tables alentours, le bruit du percolateur devient d'une netteté incroyable, le son de la TV du fond de la salle aussi. Vous fixez le coin d'une porte, c'est à dire un angle droit, le voilà beaucoup plus à angle droit qu'auparavant, etc. Le solo de guitare en avant plan de la musique qui passe sur le juke box n'est plus musique, mais pâte brillante qui sort spasmodiquement d'un tube de dentifrice sonore... Et puis ce que le type en face de vous raconte est d'un prévisible effarant, tant les rapports humains sont basés sur des conventions de langage, pensées pré digérées sans surprise aucune.
Et d'un coup il n'y a plus de sollicitation externe, c'est parti pour un voyage gamberge introspectif. Je m'embarquais ainsi dans un long raisonnement, implacable et étayé, dont la conclusion irrévocable fut : "C'est ça, t'es complètement fou, dingo-sinoque irrécupérable"... Constat que j'accueillis avec sérénité ce jour-là, comme une évidence de sagesse.
Ensuite vous vous retrouvez à l'extérieur. Le ballet des mouettes au-dessus de vous écrabouille les meilleurs effets spéciaux de la guerre des étoiles, les oiseaux dessinant par leurs vols croisés d'incroyables trajectoires dont vous comprenez les paramètres comme si vous étiez le frère de la calculatrice qui les aurait créés. Au sol les lignes des zones bleues sur le macadam sont phosphorescentes et font 5 centimètres d'épaisseur... Vous avez l'impression d'enfin voir et comprendre l'univers, d'avoir vieilli d'un coup. Je me rappelle avoir pensé que cet état "en trip" était celui qui serait le mien à un âge avancé, quand j'aurai beaucoup de recul et une grande sensibilité. Par la suite les quelques fois où je me suis quelque peu rapproché de cette sensation générale ce fut lors d'états de grande fatigue, comme lors de ces journées qui suivent une nuit blanche.
C'était il y a près de quarante ans. Ces expériences nous marquèrent avec force.

Auteur: Mg

Info: 12 sept 2013

[ hyper conscience ] [ simultaneïté ] [ témoignage ] [ déséquilibre homéostasique ]

Commenter

Commentaires: 0

Mis dans la chaine