Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits, recherche mots ou phrases tous azimuths.  ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Search results: 9
Search time counter: 0.1934s

être humain

De toutes les êtres vivants, les humains sont les seuls animaux capables de perpétrer des génocides au sein de leur propre espèce.
C’est d’ailleurs ça qui définit l’homme. L’humanité, c’est la cruauté.

Auteur: Kazuaki Takano

Info: Génocide(s)

[ animal particulier ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

totalitarismes

Puis Staline nous apprit énormément de choses. Pour qu'existe le socialisme dans un seul pays il fallait priver les paysans du droit de semer et de vendre librement, et Staline n'hésita pas : il liquida des millions de paysans.
Notre Hitler s'aperçut que des ennemis entravaient la marche de notre mouvement national et socialiste, et il décida de liquider des millions de Juifs.

Auteur: Grossman Vassili

Info: Vie et Destin, p. 539

[ génocides ] [ ww2 ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

ville

La chaleur et la lassitude de son corps conspirèrent à aiguiller ses pensées sur des chemins moins troubles et, tout en contemplant les sceaux qui s'emplissaient lentement , il se remémora des images d'un autre monde.
De Babylone, la grande cité.
Il se rappela comment la nuit tombée, les rues se transformaient en fleuves de lumière sillonnés par d'immenses cortèges de voitures brillantes. Heure après heure le bruit persistait et les lumières refusaient de faiblir.

Auteur: Disch Thomas M.

Info: Génocides

[ réminiscence ]

Commenter

Commentaires: 0

utopie

[...] dès l'instant où l'on devient capable d'habiter le monde virtuel - qu'on invente avec nos récits - on peut très bien se haïr et désirer logiquement se tuer, pour l'idée qu'on se fait de l'autre et non pas pour la connaissance que l'on en a. À cet instant, on échappe aux mécanismes régulateurs de la nature et l'on devient complètement soumis au monde qu'on crée. Et c'est alors le plus moralement et le plus logiquement du monde, qu'on fabrique et constitue des génocides.

Auteur: Cyrulnik Boris

Info: Dialogue sur la nature humaine, avec E. Morin, p.27, Éd. de l'Aube, 2000

Commenter

Commentaires: 0

génocides

Il y a longtemps que toute trace de haine pour les Allemands m'a quitté. Et si le nazisme n'était pas une monstruosité inhumaine? S'il était humain? S'il était un aveu, une vérité cachée, refoulée, camouflée, niée, tapie au fond de nous-mêmes, mais qui finit toujours par resurgir? Les Allemands, bien sûr, oui, les Allemands... C'est leur tour, dans l'histoire, et voilà tout. On verra bien, après la guerre, une fois l'Allemagne vaincue et le nazisme enfui ou enfoui, si d'autres peuples, en Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique, ne viendront pas prendre la relève.

Auteur: Gary Romain

Info: Les cerfs-volants

[ inévitables ]

Commenter

Commentaires: 0

homme-animal

Au début de l'éthologie en France nous avons rapidement découvert que l'expression "animal-machine" de Descartes et Malebranche était un énorme contresens. Dès l'instant où l'on a observé des animaux en milieu spontané, on s'est rendu compte qu'ils possédaient un monde mental. Les animaux peuvent traiter des tas d'informations et s'en servir pour résoudre des problèmes, ce qui est la définition de l'intelligence. En milieu naturel, on a ainsi observé des singes effeuiller une branche, la traîner sur plusieurs kilomètres, l'introduire délicatement dans une termitière, attendre que les termites grimpent dessus, puis la sortir doucement pour manger les insectes. A cette époque, nous avons accumulé des centaines d'exemples de ce type, prouvant que chaque animal pouvait avoir un développement personnel en fonction du contexte, de l'état de sa mère et de celui de sa société. Je me suis alors dit qu'on mourra de honte d'avoir mis ces êtres qui pensent dans des cages dans le seul but de nous amuser, comme on meurt de honte d'avoir toléré l'esclavage ou les génocides.

Auteur: Cyrulnik Boris

Info:

Commenter

Commentaires: 0

futur

Je suis d'une famille de forestiers et de paysans et nos discussions convergent souvent vers l'idée que l'homme est bien un virus terrestre, avec de mauvaises perspectives principalement pour lui et sa famille de mammifères qui, plus que la planète et les formes de vie qui y séjournent, payeront peut-être le prix fort de son avidité non contrôlée.
Nous disparaîtrons avant le gros du reste, végétaux, bactéries, fourmis, etc... Trop fragiles, malgré - ou à cause - de notre pseudo grande intelligence d'adaptation. Cette même intelligence qui me fait dire que les pessimistes tout autant que les optimistes ont trop eu tendance à mettre l'humain au centre depuis le développement de l'ère industrielle efficace, pilotée par les européens, principalement protestants.
N'oublions pas : pendant que se déroule notre vie, avec ses pollutions, ses génocides et autres saloperies, tout le reste bouillonne, les plantes poussent, les algues X ou Y prolifèrent à cause des phosphates, les sauterelles envahissent telle ou telle contrée, les bateaux coulés se métamorphosent en refuge pour la faune, etc... Je veux dire : pendant que l'homme détruit, ça construit ailleurs...
Acceptons de n'être rien d'autre que ce qui servira de fumier à la prochaine race d'insectes conscients.

Auteur: Mg

Info: 18 mars 2013

[ spéculation ] [ écologie ]

Commenter

Commentaires: 0

masturbation

Quand j'étais jeune, on m'a raconté qu'après ma mort, à mon arrivée au Ciel, les anges me conduiraient à un immense musée rempli de tableaux que je n'aurais jamais vus de mon vivant, des tableaux créés par tous les spermatozoïdes artistiques que j'aurais gaspillés dans ma vie. Puis les anges me feraient entrer dans une grande bibliothèque remplie de livres que je n'aurais jamais lus, écrits par tous les spermatozoïdes littéraires que j'aurais gaspillés dans ma vie. Ensuite, les anges m'emmèneraient dans une vaste maison de prières où se presseraient des centaines de milliers de juifs en train de prier et d'étudier, juifs qui seraient venus au monde si je ne les avais pas tués, gaspillés, épongés avec une chaussette sale au cours de ma répugnante et inutile existence. (Une éjaculation contient environ cinquante millions de spermatozoïdes. A peu près neuf Holocaustes à chaque branlette. Lorsqu'on m'a dit ça, je venais d'atteindre la puberté - ou la puberté venait de m'atteindre -, de sorte que je commettais en moyenne trois ou quatre génocides par jour). On m'a prévenu qu'après ma mort, une fois arrivé au Ciel, on me ferait bouillir vivant dans une marmite géante qui contiendrait tout le sperme que j'aurais gaspillé en vain pendant ma vie. On m'a signalé que les âmes de tous les spermatozoïdes que j'aurais gaspillés me poursuivraient à travers le firmament jusqu'à la fin des temps.

Auteur: Auslander Shalom

Info: La lamentation du prépuce, p. 13-14

[ religion ]

Commenter

Commentaires: 0

colonialisme

Emmanuel Macron ne se rendra pas à Kigali le 7 avril pour commémorer le génocide rwandais.

Le 7 avril, les Rwandais commémoreront le génocide des Tutsis (et le massacre des Hutus pacifistes). Près d’un million de morts en trois mois, entre avril et juin 1994. Dans les premiers jours, le massacre atteignait dix mille morts toutes les 20 minutes. Emmanuel Macron a fait savoir qu’il ne se rendrait pas à Kigali. On croyait avoir décelé ces derniers mois des signes de réchauffement diplomatique entre nos deux pays. Las. Ni le chef du gouvernement, ni le ministre des Affaires étrangères, ni même un secrétaire d’État n’iront. De la façon la plus maladroite qui soit, l’Élysée annonce être représenté par… un député… originaire du Rwanda. Double faute.

Mais l’essentiel réside sans doute ailleurs. Le pouvoir français continue en effet, en notre nom, de cultiver le déni de sa responsabilité dans l’un des plus grands génocides de l’histoire. On peut discuter longtemps de savoir si elle est directe ou non, et ce bien que les preuves s’accumulent, que les documents d’archives sont exhumés ou encore que des témoins – y compris des militaires français – rompent l’omerta. Mais responsabilité il y a : l’armée et des instructeurs français ont armé et formé le pouvoir génocidaire. Avant, pendant et après. Certes, les Français n’ont pas transmis les techniques de mort à la machette. Mais les services et les responsables politiques français savaient qu’un génocide se préparait. Ni en amont ni quand il s’est déclenché, le pouvoir français ne s’est donné véritablement les moyens de l’empêcher puis de l’arrêter, quoi qu’en disent les défenseurs de l’opération Turquoise.

Il est un autre aspect de ce génocide mis sous le tapis : celui qui a présidé à sa construction mentale, à sa justification raciste. Hutus et Tutsis n’ont en réalité aucune différence : même langue, même culture, même zones de nomadisme et de sédentarisation… Même histoire. Ce sont, à l’instar des Anglais et des Français, les colonisateurs belges qui ont créé et entretenu une distinction artificielle destinée à affermir leur pouvoir. Ce qui est frappant dans ce déni profond est ce qu’il dit de la France. De son incapacité à assumer autant que de son refus systématique de s’excuser de ce que d’autres ont fait avant. Ah ! la repentance, ce vilain mot qui déshonore. La Belgique et même le Vatican ont reconnu leur part ? Peu importe. Un président français ne s’excuse pas.

Auteur: Pouria Amirshahi

Info: https://www.politis.fr, 27 mars 2019

[ nord-sud ] [ machiavélisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel